Accédez directement au site compétition

MCO : Sale temps pour les Oranais

Décidément, le club phare de l’Ouest n’est pas sorti de l’auberge. Déjà déçus par les résultats en dents de scie de l’équipe (8 matchs sans victoire), les supporters étaient sous le choc lundi soir quand ils ont appris que la commission de discipline vient d’infliger à leur club une sanction de deux matches à huis clos.

Cette sanction fait suite au rapport accablant de M. Benbraham, l’arbitre du match MCO-MCA (0/0). Une sanction jugée sévère par les Oranais, qui soupçonnent même un complot contre leur club.

 

2 matches à huis clos

Comme il fallait s’y attendre, la commission de discipline n’a pas été clémente avec le MCO ; comme à chaque fois, cette commission s’est montrée sévère envers le club oranais. «Pourtant, il n’y a eu qu’un blessé. A entendre certains commentaires, notamment sur une chaîne de télévision privée, on dirait qu’un grand drame s’est produit vendredi. Mais comment lutter contre certains reporters qui ne dissimulent pas leur penchant pour tel ou tel club», dira le président Ahmed Belhadj de la campagne menée contre son club. Finalement celle-ci a fait son effet puisque la commission de discipline a infligé deux matches à huis clos au MCO, qui recevra la JSK et l’ESS sans son public. Ce dernier ne reverra son équipe que lors de la venue du MOB, alors qu’il était privé du plaisir de voir ses favoris à l’œuvre depuis deux mois (arrêt du championnat). Les supporters étaient nombreux à prendre place vendredi dernier au stade Ahmed-Zabana pour encourager leur équipe. On imagine que cette sanction est dure à supporter pour eux.

Les Algérois avaient salué le bon accueil

Ce qui est rageant après la rencontre de vendredi, c’est que ce soit Kamel Mouassa ou son président Omar Ghrib, les deux avaient loué le bon accueil qui leur a été réservé par les Oranais. Quant à M. Benbraham, des soupçons pèsent sur lui. «Il est venu avec une mission bien précise. Sans rentrer dans le détail, cet arbitre a réussi sa mission, celle d’achever notre club», suspectera un proche de l’équipe. Ce même arbitre aurait failli provoquer une émeute vendredi, comme a tenu à le rappeler après la rencontre Omar Belatoui. «Si Djemaouni avait marqué sur la faute de main du défenseur du MCA que l’arbitre n’a pas sifflée, il y aurait eu des émeutes au stade. Heureusement que les Algérois n’ont pas marqué, sinon ça aurait été la catastrophe», s’agace le coach oranais. En tout cas, prenant cette sanction pour une injustice, les joueurs promettent de réagir positivement dès ce samedi en remportant leur premier succès en 2017, disait-on hier au sein du groupe.

M. S.

 

Le club ne peut faire appel

A la question de savoir si le club fera appel suite à la sanction de deux matches à huis clos, infligée au MCO, le secrétaire général Toufik Benlahcène nous a indiqué que, réglementairement, le club ne peut faire appel. «On n’a le droit de faire appel que lorsque la sanction dépasse les cinq matches à huis clos», expliquera le SG du MCO.

 

Le témoignage d’Alcaraz

Présent au stade Ahmed-Zabana, Luis Lucas Alcaraz a été impressionné par la belle ambiance qui régnait pendant la rencontre MCO-MCA. Il faut dire que le seul incident (jet de projectile qui blessa un policier) s’est produit à la fin de la rencontre. Révoltés par la décision injuste de M. Benbraham sur le penalty non sifflé en faveur de leur équipe, des supporters ont réagi négativement. Sinon, pendant les 90 minutes, il n’y a eu aucun incident, comme l’a constaté le néo-sélectionneur national, dont le témoignage a été apprécié par les Oranais.

 

Helaïmia : «On est touchés dans notre orgueil»

 

L’excellent arrière-droit du MCO, qui avait tapé dans l’œil d’Alcaraz vendredi dernier, éprouve un sentiment de fierté mais refuse, malgré son jeune âge, de se prendre la tête. «Je continuerai à bosser sérieusement pour progresser davantage dans mon jeu», affirme le jeune défenseur oranais.

 

Réda, le sélectionneur national a, paraît-il, été subjugué par vos qualités…

Vous me l’apprenez ! Franchement si c’est vrai, cela me rend fier et me motive davantage pour espérer avoir dans le futur l’honneur de porter le maillot national. Sinon, mon sentiment reste le même, je ne vais pas me prendre la tête avec ça ! Je continuerai à bosser sérieusement pour progresser dans mon jeu. N’oublions pas que je suis à l’aube d’une carrière que j’espère sera riche.

 

Vous avez goûté à la sélection nationale, c’était avec les Olympiques l’année dernière…

Je garde un souvenir mitigé de cette aventure avec l’EN olympique. Après avoir participé à la Coupe d’Afrique du Sénégal, malheureusement je n’ai pas été retenu pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro ; ça reste un mauvais souvenir pour moi. Toutefois étant encore jeune, je ferai tout pour revenir en sélection nationale.

 

Parlons de votre club, cela fait huit journées que vous courrez derrière votre premier succès ; comment sortir de cette crise de résultats ?

Franchement contre le MCA, on n’a pas été chanceux. En plus, l’arbitre a fermé les yeux sur une faute de main flagrante, alors qu’il était près de l’action. A propos de M. Benbraham, on garde de lui un mauvais souvenir ; la saison passée à Blida, il a averti Zaabia au moment où ce dernier s’apprêtait à sortir du terrain. Conséquence de cet avertissement, Zaabia fut privé du match d’après contre la JSS.

 

Heureusement que sur ce dernier contre, le MCA n’a pas marqué…

Ah oui. Raouf (Natèche) nous a non seulement tiré d’affaire sur ce coup, mais a également calmé les supporters qui étaient en rogne contre M. Benbraham pour n’avoir pas sifflé le penalty. Oui, heureusement que le MCA n’a pas marqué, car ça aurait été la catastrophe. Nos supporters se seraient révoltés sans doute contre cette injustice.

 

Vos peines ne se sont pas estompées avec cette sanction de deux matches à huis clos, votre réaction ?

En tout cas, cette sanction va nous pousser à nous surpasser, car on est touchés au fond de nous-mêmes. Face à la JSK, on ne jouera que pour la gagne ; idem pour la rencontre d’après (MCO-ESS). Pour revenir au match de ce samedi, on se souvient qu’à l’aller, M. Achouri nous a lésés par son arbitrage scandaleux ; après avoir expulsé Souibaah sévèrement, il a tout fait pour nous casser. A la fin, on a pris un point (JSK1- MCO 1), alors que la victoire était à notre portée.

 

Sans la pression, l’équipe jouera plus décontractée, non ?

En football, la pression est toujours présente, même à huis clos. On sait que nos supporters ne toléreraient pas un nouvel échec.

M. S.

 

 

Hamidi, la poisse

Le résultat des examens médicaux effectués par Walid Hamidi n’est pas rassurant. En effet, le jeune attaquant, promu récemment en équipe première, devrait rester trois semaines en convalescence. Décidément, Hamidi n’a pas de veine ; à chaque fois que l’entraîneur fait appel à ses services, il se blesse, alors que ses prestations récemment en matches amicaux laissaient croire qu’il va gagner enfin une place de titulaire sur l’échiquier de Belatoui. Finalement, il devra patienter encore ; dommage pour lui. Alors que même l’équipe a besoin de ses dons de buteur, il est poursuivi par la guigne.

 

Le président va se rapprocher de l’équipe

Le président, qui a pris du recul par rapport à l’équipe ces derniers temps, compte se rapprocher de ses joueurs. Hier, Ahmed Belhadj devait faire un saut au stade Ahmed-Zabana (match entre l’équipe première et la réserve) et compte les revoir, avant la rencontre de samedi, a-t-on appris.

 

 

 

 

Classement