Accédez directement au site compétition

MOB: Henkouche jouera sa tête face à l’USMA

Dos au mur, Henkouche jouera gros lors de la prochaine rencontre à l’Unité maghrébine qui opposera les Vert et Noir de Béjaïa au Rouge et Noir de Soustara.

Avec ce deuxième faux pas de suite face au CRB, tout autre résultat que la victoire compromettra sérieusement son avenir au sein de cette formation mobiste. C’est pour cette raison que l’échec est formellement interdit. En dépit des moyens qui ont été mis à sa disposition, Mohamed Henkouche a apparemment montré ses limites lors de ses deux premières rencontres à la tête du staff technique mobiste avec des choix jugés inappropriés et non étudiés, certaines voix ne cessent de réclamer son départ. Même si le premier responsable du club n’a pas voulu agir dans la précipitation, et malgré le fait qu’il bénéficie d’une nouvelle chance, le prochain rendez-vous des Vert et Noir sera déterminant pour l’avenir du driver béjaoui.

 

Seule une victoire le maintiendra

Vu l’importance du résultat de la prochaine rencontre des Crabes face à l’USM Alger aux yeux des supporters, une victoire face aux Rouge et Noir de Soustara va permettre au coach Mohamed Henkouche de poursuivre son aventure avec le MOB. Un succès face aux Usmistes calmera donc un peut les ardeurs des fans et le maintiendra en poste.

 

Dans tous les cas, la victoire face à l’O Médéa est impérative
Dans le cas où Henkouche serait confirmé dans son poste après la rencontre de l’USMA, la victoire face à l’O Médéa dans la rencontre qui entre dans le cadre de la vingtième journée de Ligue 1 Mobilis est impérative, puisque cette confrontation se jouera à domicile où tout autre résultat sera considéré comme un échec. 

B. B

 

La direction doit assumer ses responsabilités

Les responsables du club sont à présent mis devant le fait accompli, à savoir assumer leurs responsabilités en commençant par mettre à la corbeille le discours habituel de « Attia et Sandjak sont responsables de la situation du club » ainsi que la démission virtuelle après chaque faux pas, l’ensemble des responsables du club sont donc appelés à trouver une solution pour sortir le club de la situation à laquelle il fait face depuis maintenant plusieurs mois et cela dans les plus brefs délais.  

B. B.

 

Une équipe sans âme

Après le semi-échec de la semaine dernière à Béjaïa, les joueurs mobistes semblés avoir retenu la leçon et rechargé les batteries afin d’aller à Alger pour rectifier le tir raté face au CSC, les amoureux du MOB qui espéraient un éventuelle succès face au Chabab. Seulement, ils étaient plus que jamais déçus en tombant sur une formation sans âme, sans objectif. La défaite face au CRB était la goutte qui a fait déborder le vase puisqu'il était temps aux supporters de découvrir le vrai visage des joueurs, incapables de gagner. Lors des rencontres disputées à huit clos, les coéquipiers de Messaâdia réclamaient souvent leurs supporters, mais lorsque ces derniers furent nombreux dans les gradins à l’image de la première rencontre de la phase aller face aux Sanafir ou lors de ce déplacement à la capitale ou pas moins de 500 supporters ont répondu présent à l’appel du cœur en se déplaçant au stade du 20-Août-1956 pour soutenir leur équipe, ils n'avaient même pas le droit à une maigre victoire. Même Henkouche, qui n'a pas digéré l'échec, n'a pas manqué de déclarer après la rencontre que ses poulains n'ont rien fait pour gagner et que le CRB était plus déterminé qu’eux sur le terrain.

 

1 occasion en 90 mn !

On peut dire que la bande à Henkouche a montré ses limites lors de cette rencontre et n’est même pas arrivée à se créer des occasions de but. En effet, les Béjaouis, qui était condamnés à gagner, étaient tous à côté du sujet. En 90 minutes de jeu, seulement une occasion nette a été conçue, celle de Rahal avant la pause. Qui a vu sa frappe passer juste à côté du cadre. Pour une équipe d’un statut de finaliste de la coupe des confédérations africaines, se voir créer seulement une seule occasion de but durant toute la partie est vraiment insuffisant. Le compartiment offensif, qui traverse des moments difficiles, devrait vite retrouver l'efficacité avant qu'il ne soit trop tard.

 

Rendement insuffisant de plusieurs joueurs
Loin de l'amère défaite que les Crabes ont essuyée contre le CRB, il est utile de préciser que l'une des raisons de cet échec n'est autre que le rendement limité de plusieurs éléments qui, faut-il le dire, étaient pratiquement absents sur la pelouse en étant complètement déconcentrés depuis l'entame de la partie à l’image de l’ex-arrière gauche du Chabab de Belouizdad Bencherifa ou le nouvel attaquant Hamza Boulemdaïs qui n'a disputé aucun duel pour ne pas compliquer ni d'ailleurs participer aux attaques de son équipe.

 

Boulemdaïs ne répond toujours pas aux attentes des Crabes

L’ex-attaquant de l’ES Sétif qui cette fois-ci a pris place sur le terrain comme titulaire sous les couleurs du club phare de la Soummam, n’a encore une fois rien démontré en perdant tous ses duels face à l’axial Naâmani qui a démontré que l’attaquant mobiste Hamza Boulemdaïs ne valait pas grand-chose en réussissant à le contrer tout au long de la rencontre qui les a opposés, Boulemdaïs est donc appelé à se ressaisir dès la prochaine journée et éviter les gâchis devant les bois adverses.

 

Aligner Bencherifa, ce n’était pas la meilleure chose à faire

Le coach mouloudéen Mohamed Henkouche, qui a en effet choisi d’aligner Zakaria Bencherifa parmi son onze type, un choix jugé inapproprié lors de cette rencontre qui a opposé l’arrière gauche béjaoui à son ex-club de Belcourt qui connait assez bien les capacités du joueur, ainsi le driver mobiste en optant pour ce choix a dévoilé le plan qu’il comptait employer pour affronter les Rouge et Blanc du CR Belouizdad.

 

Jouer avec deux attaquants de pointe n’a pas été efficace

Vu la carrure des deux axiaux du CRB à savoir Naâmani et Cheurfaoui, le coach a fait le plus mauvais choix en combinant Messaâdia et Boulemdaïs tous les deux comme attaquants de pointe, et de jouer sans ailier, chose qui a permis aux deux défenseurs chababistes de remporter quasiment la globalité des duels qui se sont présentés à eux.

 

Un changement était nécessaire à la pause

Alors que le MO Béjaïa a subi le jeu tout au long de la première période l’entraîneur Mohamed Henkouche devait se réjouir que son équipe ait terminé la première manche sur le score de zéro par tout et était censé changer de dispositif au vestiaire et ceci après la médiocre prestation produite par ses poulains durant les 45 premières minutes, chose que l’entraîneur n’a pas fait, ce qu’il a valu au MOB d’encaisser dès les premières minutes de la seconde mi-temps.

 

Du poste pour poste, voilà la vision du coach

Voilà arrivés les changements et au moment où les Vert et Noir avaient le plus besoin de récupérer la possession de balle afin d’essayer de construire et d’aller de l’avant pour revenir au score le coach a choisi de faire deux changements poste pour poste, à savoir faire entrer Baouali et Belkacemi et sortir Boucherit et Rahal tout en continuant à évoluer sous le même schéma, pour ensuite inviter Salhi à prendre place sur le terrain à cinq minutes de la fin de la partie.

B. B.

 

 

 

.

Tags:

Classement