Accédez directement au site compétition

Rahmouni : «Ensemble, on sauvera la JSK»

Mourad Rahmouni, qui s’est adressé hier pour la première fois à ses capés, n’a pas hésité à revenir en arrière afin de sensibiliser les coéquipiers d’Yettou.

«J’ai passé les meilleurs moments de ma carrière de joueur dans ce stade, d’ailleurs, en entrant aujourd’hui au vestiaire, j’ai eu la chair de poule, que de beaux souvenirs. Incha Allah, je réussirai aussi comme entraîneur, néanmoins, pour réussir, je compte beaucoup sur vous, je sais que vous avez un grand potentiel et que vous avez besoin juste d’un bon déclic pour se libérer.» Après cette phrase, l’ancien joueur des Canaris du Djurdjura a abordé le sujet de l’avenir de l’équipe avec ses poulains. «Je pense que vous êtes conscients de la situation que traverse l’équipe, la JSK est un club qui représente toute une région et non pas seulement un ou deux quartiers, il faut travailler avec un grand sérieux, on sera appelés même à faire des sacrifices.» Pour mettre fin à son discours et céder la parole à son adjoint, Rahmouni a souhaité : «Avec une grande volonté, le travail et le sérieux, on arrivera à sortir l’équipe du bout de tunnel, ensemble, on sauvera la JSK.»

A. H.

 

Moussouni : «Je suis là pour vous protéger, il faut juste travailler»

De son côté, Fawzi Moussouni a tenu un autre langage aux joueurs. Avec son expérience dans le domaine, l’ancien joueur de la JSK et de l’EN a basé son speech sur le plan psychologique. « Je sais que vous jouez la peur au ventre, je vous comprends parfaitement, j’ai joué à la JSK, c’est un grand club et dans tous les grands clubs du monde, la pression existe toujours, hamdouliAllah, moi, c’est tout le monde qui me respecte à Tizi Ouzou, je suis là pour vous protéger et vous écouter, néanmoins, il faut cravacher très dur, votre mission se limite sur le terrain, pour autre chose, vous pouvez compter sur moi et à n’importe quel moment.»

A. H.

 

Ce sont Benabderahmane et Azlef qui ont présenté Rahmouni et Moussouni aux joueurs

 

Comme prévu, Mourad Rahmouni et Fawzi Moussouni se sont présentés hier en fin d’après-midi au stade 1er-Novembre pour entamer leur aventure à la tête du staff technique de la JSK. C’est Hannachi qui devait présenter les deux entraîneurs aux joueurs, néanmoins, à la dernière minute, Mohand-Chérif Hannachi a préféré ne pas se présenter au stade, il a chargé Nassim Benabderahmane et Malik Azlef d’installer les nouveaux entraîneurs de l’équipe première. C’est Nassim Benabderahmane qui a pris la parole en premier lieu en présentant Rahmouni et Moussouni. « Rahmouni et Moussouni ne sont plus à présenter, ils ont marqué leur passage à la JSK comme joueurs, ils ont gagné plusieurs titres, ils sont parmi les joueurs les plus titrés sous le maillot de la JSK. A partir d’aujourd’hui, vous serez appelés à travailler avec eux. » De son côté, Malik Azlef a demandé aux camarades de Djerrar de faciliter la tâche à leurs nouveaux entraîneurs. « Je n’ai pas beaucoup de choses à vous dire, on vous présente vos nouveaux entraîneurs, vous serez appelés à travailler la main dans la main afin de sauver l’équipe et beaucoup plus de respecter Rahmouni et Moussouni et de leur faciliter la tâche. » Par la suite, les deux anciens entraîneurs du MOB et du MCS ont pris la parole avant de passer au travail. En résumé, Rahmouni et Moussouni ont dirigé hier en fin d’après midi leur première séance d’entraînement, ils seront appelés à sauver la JSK de la relégation.

A. H.

 

 

Le cauchemar de la relégation angoisse les Kabyles

Depuis le dernier titre de champion d’Algérie gagné en 2008, le club n’a plus brillé en championnat, au contraire, ces quatre dernières saisons, c’est la catastrophe, la JSK luttait et se bagarrait jusqu’à la derniere journée du championnat pour assurer son maintien parmi l’élite, ce qui a vraiment inquiété les amoureux des Jaune et Vert qui n’ont pas cessé de réclamer des changements radicaux au sein du club rien que pour que la formation du Djurdjura puisse retrouver son lustre d’antan. Bref, après les cauchemars des quatre précédentes saisons, les Kabyles vont vivre cette saison un autre cauchemar, qui sera apparemment plus ténébreux que les autres. A onze journées seulement du baisser de rideau du championnat, l’équipe chère à tous les Kabyles se trouve à l’avant-dernière place du classement général, une position qui fait très mal aux fans des Canaris du Djurdjura, mais ce qui inquiète beaucoup plus les supporters de la JSK est toutes ces crises qui secouent le club. Les plus chauvins des supporters restent optimistes concernant l’avenir de leur club en Ligue 1 Mobilis, mais les autres fans commencent à baisser les bras, ils pleurent les moments de gloire de leur JSK. Pour un rappel, la formation de la ville des Genêts est la seule équipe du pays qui n’a pas rétrogradé depuis son accession en nationale Une (En 1969), pour cette raison d’ailleurs, le cauchemar de la relégation angoisse les Kabyles. Ces derniers prient pour leur club, c’est la seule chose qu’ils peuvent faire…

A. H.

 

Asli : «On doit sauver la JSK»

A l’instar des autres amoureux des Jaune et Vert, le président du comité de supporters de la JSK est très triste par rapport à la position que le club occupe en bas du tableau. « Cela me fait vraiment mal de voir la JSK dans cette position, hélas, c’est la pyramide inversée, des moments de gloire, de titres, de succès et de sacres aux cauchemars de la relégation, moi, personnellement, je n’arrive pas à ferme les yeux la nuit à cause de cette situation que la JSK traverse, c’est la plus sale histoire du club depuis sa création », nous dira Sid-Ali Asli qui refuse apparemment de voir son club mourir à petit feu. « Je ne baisserai pas les bras, c’est vrai, la mission est très difficile mais on est là pour sauver la JSK, on ne peut pas rester les bras croisés alors que notre club traverse des moments très difficiles. » Selon le premier responsable du comité de supporters, la seule chose qui pourrait sauver la JSK est l’union sacrée. « Tous les anciens joueurs et dirigeants, les supporters, les proches du club… Tout ce beau monde doit être derrière l’équipe, on doit mettre nos différends de côté et en fin de saison, celui qui veut présenter son projet sera le bienvenu, pour le moment, on doit sauver la JSK, ni plus ni moins.»

A. H.

 

Hannachi a préféré zappé la séance de la reprise

Le numéro 1 de la JSK se dirigeait hier après-midi au stade du 1er-Novembre pour assister à la séance de la reprise des entraînements, néanmoins, avec la présence de quelques supporters devant le stade, Hannachi a préféré faire demi-tour et zapper la séance.

 

Asselah, le seul absent

Tous les joueurs se sont présentés à la séance de la reprise des entraînements d’hier mis à part Malik Asselah. Au moment où nous mettons sous presse, on ignorait les raisons qui ont poussé le portier number one de la JSK à sécher la séance d’hier.

 

L’équipe libérienne devrait arriver vendredi

Sauf surprise de derniere minute, l’équipe libérienne, adversaire de la JSK en coupe de la CAF, devrait arriver vendredi en Algérie. Des rumeurs ont circulé ces derniers jours concernant le forfait de cette équipe libérienne qui ne possède pas les moyens pour se déplacer en Algérie.

 

La délégation du Monrovia CB sera hébergée à l’hôtel Les Deux- Palmiers  

La direction de la JSK a pris ses précautions concernant l’hébergement de cette équipe libérienne, les membres de la délégation du Monrovia CB seront hébergés à l’hôtel Les Deux-Palmiers, lieu de mise au vert de la JSK.

 

Le match est programmé dimanche à 18H

Le match retour JSK-Monrovia CB est programmé pour dimanche prochain au stade 1er--Novembre de Tizi Ouzou à 18H.

En plus d’une amende financière

Dernier avertissement pour Berchiche

Traduit hier devant le conseil de discipline suite à son accrochage avec Redouani lors de la rencontre face à Monrovia CB, Koceila Berchiche, a écopé d’une lourde amende financière. En plus de la sanction financière, les dirigeants lui ont clairement dit que s’il enfreint le règlement intérieur à l’avenir, il sera renvoyé de l’équipe. L’enfant d’Ath Douala s’est défendu au cours de son audition en déclarant à ses dirigeants que c’est Redouani qui l’a provoqué en insultant sa mère, mais ces derniers lui ont répliqué qu’il n’était pas à sa première et que désormais il doit assumer ses responsabilités. En écopant d’un dernier avertissement, Berchiche n’aura plus droit à l’erreur.  Au moindre écart disciplinaire, il risque d’être exclu de l’équipe. Ce qui étonne dans la décision de la direction, ce n’est pas cette mise en garde en elle-même, mais le fait qu’elle lui a rappelé son accrochage avec Hidoussi la veille de la rencontre face à l’USMBA. Le coach tunisien avait dit à ses dirigeants qu’il n’a plus besoin des services de Berchiche, mais le président Hannachi avait réussi à régler le problème sans trop faire de bruit. Revenu en juin 2015 pour aider l’équipe à jouer les premiers rôles, Berchiche s’est retrouvé au centre d’une polémique depuis la saison dernière même s’il a joué tous les matches de son équipe.

N. Boumali

 

Premier avertissement et une amende financière à l’encontre de Redouani

Le défenseur Saâdi Redouani a été entendu hier après-midi par les responsables du club sur son accrochage avec Berchiche. Même si celui-ci leur a affirmé qu’il n’était pour rien dans ce qui s’est passé, les dirigeants l’ont sanctionné. Ils lui ont infligé une amende financière tout en le mettant en garde contre d’éventuels écarts disciplinaires à l’avenir. «Depuis que vous êtes là, vous n’avez jamais créé le moindre problème. Mais vous avez fauté à Monrovia et comme c’est votre première faute, vous écoperez seulement d’une amende financière et d’un premier avertissement», lui ont-ils dit. Ce que reproche la direction, ce n’est pas l’accrochage en lui-même, mais c’est le fait d’avoir refusé de reprendre en deuxième mi-temps. Lui se justifie en disant qu’il n’avait pas le moral pour revenir sur le terrain en deuxième mi-temps, mais les dirigeants lui ont rétorqué qu’il est payé pour jouer et qu’il n’avait pas à refuser de reprendre en deuxième période. Sa sortie a influé négativement sur l’équipe puisqu’elle a encaissé 3 buts en seconde période.

N. Boumali

 

Il ne s’est pas présenté hier au stade

Asselah aggrave son cas

Attendu hier à Tizi-Ouzou pour s’expliquer sur ses bourdes à répétition, Malik Asselah ne s’est pas présenté au stade. Il ne s’est même pas donné la peine d’appeler ses dirigeants pour les informer de son absence. Déçu par les déclarations du président Hannachi dans lesquelles il a déclaré qu’il payera très cher sa roulette manquée, Asselah boude l’équipe sous prétexte qu’il souffre d’une blessure. Il avait joué tout le match face à Monrovia CB et il n’avait ressenti aucune douleur et ce n’est qu’à son retour qu’il parle de blessure pour ne pas affronter et ses dirigeants et les supporters qui ont marre de son comportement indigne d’un grand club comme la JSK. Pour eux, il savait qu’il allait être relégué sur le banc lors de la rencontre de ce dimanche face à Monrovia CB et c’est pour cela qu’il n’a pas repris les entraînements avec ses partenaires.

 

La direction en colère

Selon une source autorisée, le président Hannachi et les autres dirigeants sont très en colère contre leur gardien. Au lieu de se rendre au stade pour présenter ses excuses à ses responsables pour le tort qu’il a fait pour l’équipe dans un match de coupe de la CAF, il est resté chez lui sous prétexte qu’il est blessé. Les dirigeants affirment haut et fort qu’il paiera très cher son comportement et qu’il est hors de question de passer l’éponge sur ce qui s’est passé. Ayant eu l’habitude de faire ce qu’il voulait dans l’équipe, Asselah n’a pas apprécié les critiques de son président, lequel l’a remis à sa place en déclarant que non seulement qu’il n’a pas respecté le club, mais c’est à cause de son cirque que les supporters l’insultent.

 

Gaouaoui pour l’appeler

Selon toujours notre source, l’entraîneur des gardiens Lounès Gaouaoui a été chargé par ses responsables d’appeler Asselah aujourd’hui pour qu’il exige de lui de se présenter aux entraînements. Gaouaoui auquel les dirigeants reprochent de ne pas avoir remis à sa place Asselah à chaque fois qu’il fautait, est obligé désormais de changer de discours avec lui. Il sait que s’il continue à laisser Asselah faire ce qu’il veut dans l’équipe, c’est lui qui risque sa place à la JSK. Les dirigeants sont décidés à instaurer la discipline dans l’équipe et ils veulent   prouver à Asselah qu’aucune faveur ne lui sera accordée désormais.

Mohamed A.

 

Ils s’en sont pris aux joueurs

Une cinquantaine de fans mécontents hier au stade

«Vous avez fait de la JSK un club de quartier»

 

Mécontents et de la lourde défaite concédée face au représentant du Liberia et du comportement de certains joueurs à Monrovia, les supporters, environ une cinquantaine, se sont déplacés hier au stade afin de demander des explications aux joueurs. Malgré les déclarations du président Hannachi dans lesquelles il a affirmé que Berchiche, Redouani et Asselah seront sévèrement sanctionnés, les supporters, soucieux de l’avenir de leur équipe, ont décidé d’exprimer leur ras-le-bol en se présentant hier à la séance de la reprise des entraînements. «Vous avez fait de la JSK un club de quartier. Vous ne méritez pas de porter le maillot de ce prestigieux club. Vous avez oublié que la JSK est le club le plus titré d’Algérie, mais depuis que vous êtes là, elle a touché le fond», ont-ils lancé aux joueurs devant le portail qui mène au terrain.

 

«Vous vous prenez pour qui pour dicter votre loi»

Ecœurés par le comportement de certains éléments qui au lieu de se faire petits à la suite de leur parcours catastrophique en championnat, ils se comportent comme de véritables nababs si comme ce sont eux qui ont écrit l’histoire en lettres d’or de la JSK, les supporters leur ont dit ce qu’ils ont sur le cœur. «Vous vous prenez pour qui pour dicter votre loi à la JSK. La JSK est plus grande que vous. Des hommes se sont sacrifiés pour le maillot de ce club et vous, vous êtes en train de le salir. On vous demande juste de faire votre travail sur le terrain», leur ont ajouté les fans.

 

«Honte à vous d’avoir mené la JSK à cette situation»

Admettant mal que leur équipe se trouve à l’avant-dernière place après 17 matches, les supporters mécontents ont accusé les joueurs d’avoir mené le club à la dérive. «Honte à vous d’avoir mené la JSK à cette situation. C’est grave qu’on se retrouve relégable après 17 matches. Vous devez assumer vos responsabilité en tirant l’équipe vers le haut», leur ont-ils annoncé.

 

«Votre devoir est de sauver l’équipe de la relégation, car si… »

Craignant que leur équipe rétrograde en Ligue 2 Mobilis, les supporters ont rappelé aux joueurs qu’ils doivent faire le maximum pour extirper l’équipe de la zone rouge. «Vous êtes obligés de donner le meilleur de vous-mêmes pour faire sortir l’équipe de la zone rouge. Votre devoir est de sauver l’équipe de la relégation, car si jamais elle descend à la fin du championnat, on ne vous le pardonnera jamais. Vous devez mouiller votre maillot, car la JSK représente toute une région», les ont-ils mis en garde.

 

«Les matches se gagnent sur le terrain et non pas dans la presse»

Pour narguer les équipiers de Rial, les supporters présents hier au stade leur ont dit que s’ils se réfèrent à leurs déclarations dans la presse, la JSK serait première au classement. «Ce n’est pas dans la presse qu’on gagne un match, mais sur le terrain. Au lieu de trop parler, vous devez vous concentrer sur votre travail sur le terrain», leur ont-ils conseillé.

N. Boumali

 

Rial, Berchiche et Redouani, les plus ciblés

Parmi les joueurs qui ont été particulièrement ciblés par les fans présents hier : le capitaine Ali Rial et les défenseurs Koçeila Berchiche et Saâdi Redouani. Ils leur ont fait entendre des vertes et des pas mûres avant de les mettre en garde contre d’éventuels écarts disciplinaires. Certains fans se sont entretenus pendant 15 minutes avec Berchiche auquel ils ont demandé des explications sur ce qui s’est passé entre lui et Redouani. Toutefois, quelques fans ont pris la défense de Berchiche en rétorquant à ceux qui lui reprochent de se comporter comme un nabab de demander des comptes à tous les joueurs et non pas à Berchiche seulement.

N. Boumali

 

Les supporters à Rahmouni et Moussouni

«Il faut chasser les indisciplinés et les nababs»

Après avoir demandé des comptes aux joueurs, les supporters mécontents se sont entretenus avec Rahmouni et Moussouni avant de leur demander de chasser tous les joueurs qui créent des problèmes dans l’équipe. «On va vous soutenir dans votre mission, mais vous devez chasser les indisciplinés et ceux qui se comportent comme des nababs. Il faut être sans pitié avec eux, car ils ont comploté contre tous les entraîneurs qui se sont succédé à la tête du staff technique. Pour réussir dans votre tâche, vous devez mettre fin aux mauvaises habitudes. Vous devez aussi remettre de l’ordre dans l’équipe, car l’heure est grave», leur ont-il déclaré.

 

«Vous allez sauver l’équipe»

Pour mettre Rahmouni et son adjoint à  l’aise, les supporters leur ont dit qu’ils croient en eux et qu’ils sont capables de redresser la barre. «Vous allez sauver l’équipe. On croit en vous, mais vous devez faire un grand nettoyage dans l’équipe. Vous devez imposer une discipline de fer pour faire sortir l’équipe de la zone rouge», leur ont-ils ajouté. Rahmouni et Moussouni les ont remerciés pour leur soutien avant de leur dire qu’ils vont faire une révolution et qu’il n’y aura plus de place pour les indisciplinés et les nababs.

N. Boumali

 

L’entraînement en présence du service de sécurité

Ayant appris que les supporters allaient se présenter au stade pour  demander des comptes aux joueurs, les dirigeants ont fait appel aux services de sécurité pour éviter des dérapages. Même si certains joueurs ont été victimes d’insultes, la séance s’est déroulée le plus normalement du monde. Certains fans ont suivi l’entraînement des gradins. La seule préoccupation des supporters présents hier au stade est la situation dans laquelle se trouve leur équipe après 17 matches. Ils ne s’étaient pas déplacés au stade pour régler leurs comptes avec X ou Y. 

 

 

 

 

Tags:

Classement