Accédez directement au site compétition

Hichem Chérif : «Se faire insulter est inadmissible»

 

Chahuté par ses propres fans, Hichem soupçonne une manipulation car, s’interroge-t-il, «pourquoi n’insulte-t-on que Nessakh et moi ?» Sérieux dans le travail, il se demande ce qu’on lui reproche. Il vide son sac dans cet entretien.

 

Il paraît que vous êtes marqué par l’hostilité des supporters à votre encontre…

Quand on vous insulte à l’échauffement, bien avant le coup d’envoi du match, comment interprétez-vous cela ? C’est clair, il y a des supporters qui sont montés contre Nessakh et moi. Pendant la phase aller, alors que je marquais des buts et multipliais les bonnes prestations, parfois on m’insultait, mais maintenant, ça a pris des proportions graves, c’est inadmissible !

 

C’est un sérieux coup au moral que vous prenez…

Je suis abattu. Avant chaque match, je rentre sur le terrain pour donner le maximum ; il suffit que je rate un contrôle ou une passe pour qu’on me traite de tous les noms. Malgré mes efforts pour rester indifférent, mon moral est sérieusement sapé, je ne peux le cacher.

 

En retournant au MCO, l’été dernier, vous n’imaginiez pas revivre un tel calvaire ?

Si le président m’a demandé de revenir au club (la saison écoulée, il évoluait à l’USMB), c’est parc qu’il sait très bien que je suis un joueur qui ne triche pas. Même Belatoui me connaît depuis que j’évoluais dans les catégories jeunes. Je ne m’imaginais pas être la cible de nos supporters. Hélas, il a suffi que l’équipe traverse une mauvaise période pour que tout retombe sur Nessakh et moi, alors qu’avant on gagnait et perdait ensemble nos matches, maintenant, on nous fait porter le chapeau des déboires de l’équipe, c’est insensé !

 

Vous dites que vous n’êtes pas un tricheur, pouvez-vous être plus explicite ?

J’ai entendu ici et là que des joueurs avaient levé le pied, lors des derniers matches, c’est absurde de le penser. Dans le passé, peut-être que des joueurs combinaient pour gagner de l’argent ; or actuellement, on touche de bons salaires, je ne vois pas pourquoi on osera lever le pied ; mais on sait d’où ça vient.

 

Qui soupçonnerez-vous ?

C’est clair, il y a des gens derrière la propagation de ces rumeurs, ils ne cherchent qu’à casser l’équipe. J’avertis les vrais supporters du MCO, il ne faut pas qu’ils tombent dans le piège de ces ennemis du MCO. Quand on aime une équipe, on la supporte même quand elle est en difficulté.

 

Une fois de plus, cette trêve forcée n’arrange pas vos affaires…

Déjà pendant la trêve hivernale, on a payé chèrement le prix ; après on est revenus diminués par le manque de rythme compétitif. Alors que l’équipe a montré face au NAHD un beau visage, on redoute que cet arrêt de presque un mois nous pénalise. Même si on ne va pas arrêter l’entraînement et qu’on va jouer des matches amicaux, cela ne remplace pas la compétition officielle.

M. S.

 

En attendant la réponse de Naftal

Les Oranais tenus en haleine

 

PAR M. STITOU

 

Et si cette fois-ci, c’était la bonne ? La question taraude l’esprit des Oranais, qui espèrent que Naftal finira par entériner une décision, celle de s’engager avec le MCO qui tarde depuis des années.

 

Cela fait cinq ans qu’on parle de ce projet de partenariat entre la filiale du groupe Sonatrach et le club phare de la région Ouest. Alors que les trois clubs sélectionnés par Sonatrach (un club de chaque région du pays) tirent bénéfice de ce partenariat, le MCO, par la faute, de certaines personnes «inconscientes» ou ennemies du club, à chaque fois, que ce dossier est rouvert tentent de saboter cette transaction, qui devrait rapporter pourtant beaucoup au club. On déplore l’inconscience de ces personnes qui usent de tous les moyens pour dissuader les responsables de Naftal à finaliser avec le MCO, alors qu’un protocole d’accord est signé depuis belle lurette. A cause des coups «lâches» de ces personnes, la filiale de Sonatrach hésite à s’engager avec le club, alors que le MCO est le premier club en Algérie, avec lequel Naftal avait collaboré durant les années 80. Et grâce à cet apport, le MCO trustait les titres et produisait de grands talents au football algérien. C’est pour cela que les amoureux du club, notamment les plus anciens, sont en haleine depuis qu’ils ont appris que ce dossier a été rouvert, car ils savent très bien que si le MCO bénéficiait d’une bonne prise en charge et dispose de structures nécessaires (administration, terrain d’entraînement, etc.), il rebondirait à moyen terme dans le diapason du football national et même international, comme il le faisait naguère, justement cette époque où l’équipe était gérée de manière rigoureuse, avec des gens auxquels Naftal faisait confiance à l’image du regretté Houari Chaila qui accomplissait un énorme travail administratif. Près de 30 ans après, le MCO au lieu de poursuivre son évolution se retrouve démuni de toutes structures. Alors qu’il est passé au statut de club professionnel, il n’a ni siège administratif ni infirmerie, alors que pendant l’époque de Naftal, toutes ces structures existaient. C’est surtout pour ces raisons que les supporters du club sont pressés de revoir Naftal accaparer les clés du club, car ils savent pertinemment qu’avec la restructuration du club, celui-ci récupèrera son lustre d’antan.

M. S.

 

Affaire Benyahia

Confrontation ce matin entre Baba et Haddad

 

La CRL a convoqué les deux présidents ce mercredi matin pour une confrontation concernant l’affaire Mohamed Benyahia. Pour rappel, il y a quelques semaines, les deux présidents ont été convoqués par cette commission, mais Rebouh Haddad n’a pas répondu à cette convocation. Sur insistance de Belhadj, on a repoussé cette confrontation à une date ultérieure. C’est donc ce mercredi que cette confrontation aura lieu. Le président oranais réclame de son homologue le versement de l’indemnité de transfert qui avoisinerait, croit-on savoir, un milliard. A signaler que cette fois-ci, Benyahia, qui devait s’envoler hier avec l’USMA à destination de Ouagadougou, dans le cadre du match retour de la Ligue des champions africaine, ne sera pas présent à cette confrontation.

 

Salem va rencontrer le président

C’est une information qu’on détient du proche entourage du président ; ce dernier va rencontrer d’ici à la fin de la semaine Fodil Salem pour lui proposer de prendre le poste de responsable de la cellule des supporters, a-t-on appris.

 

Ferahi blessé

Sorti sur blessure samedi dernier, Rachid Ferahi est aux soins depuis, d’où son absence à l’entraînement, indiquera un membre du staff du club.

 

Séance ce matin

L’équipe s’entraînera ce matin au stade Ahmed-Zabana. Alors qu’on avait prévu deux séances, finalement le staff technique n’en a programmé qu’une seule.

 

Des absences à la pelle

Depuis la reprise, on déplore plusieurs absences. Alors que Ferahi soigne une blessure, on a noté la défection de Delhoum, Bennai, Moussi et Souibaah. A signaler aussi que Helaimia, Blaha et Hassani ont été retenus par Bekadja Djamel dans l’effectif des U21, qui devait affronter hier après-midi l’USMBA, dans le cadre des 1/16 de finale de la Coupe d’Algérie.

 

2 matches amicaux…

La semaine prochaine, Omar Belatoui  souhaite programmer deux joutes amicales, l’une en milieu de semaine et la deuxième vendredi prochain. Reste à savoir si on parvient à trouver des sparring-partners, notamment pour la rencontre de vendredi.

 

Réunion coach-président

Hier soir, le président devait tenir une réunion avec Belatoui. Selon Baba, il va demander des explications sur la régression que connaît l’équipe depuis le retour de la trêve hivernale. Par ailleurs, le président va interroger son coach sur le comportement de joueurs durant la semaine. On y reviendra.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tags:

Classement