Accédez directement au site compétition

MCO: Quelles solutions pour sortir de la crise?

La dégringolade que connaît l’équipe en championnat, depuis le début de l’année 2017, laisse perplexe plus d’un.

 

Alors que l’équipe avait accompli, avec brio, la première partie du championnat, cette régression interpelle les supporters, mais c’est surtout le président du club qui est depuis à la recherche du bon remède permettant à son équipe de sortir de cette crise. Généralement, quand ça va mal, un président de club sacrifie son entraîneur, mais Belhadj écarte cette éventualité ; même quand son entraîneur, en l’occurrence Omar Belatoui, lui donne sa démission, comme ce fut le cas au lendemain du nul peu glorieux concédé à Zabana face au CAB. Certes, dans un premier temps, Baba l’avait accepté (la direction avait même sollicité Henkouche) avant de se raviser. En refusant sa démission, la défaite concédée, la journée d’après face au NAHD, n’a pas non plus affaibli la position du coach auprès de son président ; bien  au contraire, elle a renforcé le pouvoir de ce dernier. Illustration au lendemain de la défaite face au Nasria ; le président nous a confié qu’il refuserait d’envoyer son équipe en stage : «Pourquoi dépenser de l’argent, alors qu’on a perdu tous nos objectifs ?» disait-il. C’était avant sa rencontre avec son entraîneur. Le dîner mardi soir entre les deux responsables a fait changer d’avis le président qui a donné son aval pour que l’équipe aille en stage à Maghnia, où elle séjournera à partir de la semaine prochaine pendant huit jours. Soit un signal fort du boss envers son entraîneur qui doit certainement apprécier au fond de lui cette confiance du président qui prône la stabilité, selon lui. Néanmoins, il espère un retour d’ascenseur du coach, qui est appelé à trouver les solutions pour sortir l’équipe de cette mauvaise passe. Ce repos de trois semaines sera l’occasion pour le staff technique de voir ce qu’il y a lieu de faire pour stopper l’hémorragie, et ce, dès la reprise du championnat avec la récupération des joueurs blessés. C’est sur ces mots que Baba et Belatoui se sont quittés à l’issue de leur dernière rencontre.

 

Bien diagnostiquer le mal

Ce qui est inquiétant au MCO, après chaque camouflet, on le justifie par un prétexte différent ; si ce n’est pas le manque de rythme, c’est la faute à l’arbitrage ou aux ratages d’occasions faciles. Tandis que certains observateurs estiment que l’équipe n’est pas au point physiquement depuis son retour de la trêve hivernale, les entraîneurs et même les joueurs rejettent ce motif. «Non, les joueurs sont dans une bonne forme physique», rétorquera Bachir Mecheri, l’entraîneur adjoint. Alors le problème, c’est quoi ? On ne va pas dire que les joueurs sont limités, vu qu’avec la même composante, le MCO avait accompli un formidable parcours à l’aller. Il reste enfin le problème de la confiance avec un groupe qui semble douter ; il est clair qu’un énorme travail psychologique attend le staff technique. C’est le seul motif a priori valable pour justifier les déboires de l’équipe.

M. S.

 

Aoued : «Franchement, on ignore le vrai problème»

 

En dépit de sa riche expérience, Aoued reconnaît qu’il est difficile de cerner le véritable mal qui ronge l’équipe depuis le début de la phase retour, même s’il estime que cette trêve peut aider l’équipe à rectifier ses défauts.

 

Cet arrêt permettra-t-il au MCO de revoir certaines choses, qui ne fonctionnent pas bien ?

Si l’on prend en considération nos performances, il est évident que l’équipe ne marche pas fort depuis le début de l’année. On va tirer profit de cet arrêt pour corriger nos défauts, afin de mettre un terme à la mauvaise série de résultats.

 

Concrètement, qu’est-ce qui ne fonctionne pas bien ?

Franchement, même nous les joueurs, on n’arrive pas à mieux cerner le vrai mal qui ronge notre équipe. Parfois, on se dit que les joueurs sont en baisse de forme, mais comme je l’ai dit, on va profiter de cette trêve pour revoir certaines choses, même si cela relève de la compétence des entraîneurs, lesquels doivent trouver les solutions à ce problème.

 

C'est-à-dire quoi faire ?

C’est une question à poser aux entraîneurs, c’est à eux de faire le bon diagnostic. Moi en tant que joueur, je ne peux me mêler de ce qui ne me regarde pas.

 

Peut-être que physiquement, l’équipe accuse un déficit ?

Non, physiquement le groupe est bien, il n’ya rien à dire sur la forme physique des joueurs. Preuve en est, on finit bien nos matches ; peut-être qu’il faudrait changer de tactique ou le placement des joueurs ? Franchement, on n’en sait rien.

 

Dans le proche entourage de l’équipe, on prétend que l’état d’esprit au sein du groupe n’est plus le même…

Faux ! Rien n’a changé par rapport à l’ambiance qui régnait durant la phase aller, mais les résultats ne sont pas bons. On sort souvent des histoires qui ne tiennent pas debout ; on a même parlé de clans au sein de l’équipe où des éléments cherchent la tête de l’entraineur. Ce sont de fausses rumeurs ; le groupe travaille et vit de la même façon de la première séance de la saison jusqu’à présent.

 

On ne peut pas nier que l’efficacité fait toujours défaut à cette équipe…

Pourquoi avant, on a marqué de nombreux buts ? A l’aller, on a gagné  nos matches, mais c’était souvent avec des scores étriqués. Si, comme vous dites, la réussite nous fait défaut, alors là, je suis entièrement d’accord avec vous, car non seulement on ne marque pas, mais le plus grave, cela fait sept journées qu’on court derrière notre première victoire.

 

Comment vivez-vous le statut de remplaçant ?

Bien entendu, cette situation ne me réjouit pas ; cependant, je me dois de respecter les choix de l’entraîneur, même s’il est contre mes intérêts.

M. S.

 

On a tout réglé à Maghnia

Hier matin, le secrétaire Benlahcène et Belatoui se sont déplacés dans la ville frontalière pour régler les détails du stage qu’effectuera l’équipe à partir de la semaine prochaine. Selon le secrétaire du club, l’équipe aura à sa disposition le terrain du stade communal tout au long du regroupement. Par ailleurs, on a appris que les deux clubs de Maghnia (ASM et l’IRM) vont donner la réplique au MCO. A signaler que le club compte de nombreux supporters dans la ville frontalière.

 

On va contacter le WAT

L’entraîneur Omar Belatoui devait contacter, dans la journée d’hier, son homologue du WAT, Kheireddine Kheris, pour éventuellement programmer durant le stage une rencontre amicale entre les deux clubs. A rappeler que durant la trêve hivernale, un match entre les deux clubs fut prévu à Tlemcen, mais malheureusement il a été annulé en raison d’intempéries.

 

MCO-ESM ce mercredi

Le MCO, qui affronte ce mardi le SCMO, livrera dans 24 heures une autre rencontre contre l’ESM, toujours au stade Ahmed-Zabana, au même horaire (coup d’envoi à 17h), a-t-on appris ce dimanche.

……………………………………………

 

U21 : USMB-MCO ce vendredi

Dans le cadre des 1/8 de finale de la Coupe d’Algérie, catégorie U21, le MCO sera en appel ce vendredi à Blida. En effet, les jeunots oranais affronteront l’USMB au stade Brakni de Blida. Le coup d’envoi du match est fixé à 15h.

 

U18 : ESS-MCO le même jour

Quant aux U18 du club, ils se déplaceront à Sétif pour affronter l’ESS au stade du 8-Mai-45, dans une chaude explication entre deux écoles du football national. Son coup d’envoi est prévu à 15h, comme annoncé sur le site de la LFP.

M. S.

 

 

              

 

 

 

 

 

 

Tags:

Classement