Accédez directement au site compétition

Charef : «La situation est devenue intolérable»

Le coach de l’USMH, Boualem Charef, confirme bien que l’ensemble du staff technique est solidaire avec les joueurs qui ont décidé de faire grève en guise de protestation contre la non-perception de leurs salaires depuis plusieurs mois.

L’ex-sélectionneur des Verts reconnaît que la situation est devenue intolérable, car, dit-il, les joueurs sont démotivés du fait qu’ils n’ont pas été régularisés depuis  plusieurs semaines. «Comment voulez-vous demander à un joueur de s’entraîner et de faire les efforts nécessaires, alors qu’il n’a pas un sou dans sa poche. Tout cela est insupportable et, franchement, les joueurs ont été patients avec la direction, mais les dirigeants n’ont pas respecté leurs engagements. Chaque fois, on leur promet qu’ils seront payés. Finalement, rien de cela ne s’est concrétise», a affirmé le driver harrachi, avant d’enchaîner : «La patience a des limites et que chacun assume ses responsabilités. Le public de l’USMH doit connaître la vérité.»

 

«En cas d’échec, on n’endosse pas la responsabilité»

Le coach des Jaune et Noir a également tenu à clarifier les choses sur les répercussions de cette situation sur la suite du parcours de l’équipe : «On travaille dans des conditions insupportables avec des moyens dérisoires. On a demandé récemment à faire un stage bloqué pour préparer la suite du championnat, on n’a pas pu le faire faute d’argent. Il faut que le public comprenne bien la situation dans laquelle on se trouve. En tant que staff technique, on n’endossera pas la responsabilité de l’échec futur, car le minimum n’a pas été assuré par la direction du club», a précisé Charef.

K. H.

Ils refusent de reprendre

Les joueurs mettent la pression à la direction

 

Au sein de la maison harrachie, le problème financier continue de perturber les joueurs et par ricochet le travail de l’entraîneur Boualem Charef qui ne sait plus à quel saint se vouer.

 

Après le match amical joué face au NAHD, lundi passé, les camarades de Younès ont décidés de boycotter la séance d’entraînement programmée pour le lendemain au stade du 1er-Novembre de Mohamadia. Malgré l’engagement du président Mohamed Laïb, qui leur a promis de les régulariser ce dimanche, les joueurs ne sont pas revenus à des meilleurs sentiments en poursuivant leur mouvement de grève pour mettre de nouveau la pression sur leurs dirigeants. Les poulains de Charef réclament leurs mensualités et la prime du match face au MOB.

 

Ils ne sont pas présentés au stade

Hier les camarades de Harrag ne se sont pas présentés au stade de Mohammadia, contrairement aux membres du staff technique. Mis à part les deux joueurs Abdat et Debari qui étaient présents, mais en tenue de ville, les autres joueurs n’ont pas effectué le déplacement au stade du 1er-Novembre de Mohammadia. Apparemment, le président Laïb n’a pas pu les convaincre et ils décident de maintenir la grève. Le premier responsable du club devra       it verser hier quelques salaires à ses joueurs, selon une source proche de la direction harrachie, et les camarades de Zeghba devront attendre la journée de dimanche pour retirer leur argent. Le boss des Jaune et Noir leur a demandé de suspendre leur mouvement de grève, mais les joueurs ont décidé après concertation de la maintenir.

 

Ils ne comptent pas reprendre aujourd’hui

Ne voyant rien venir, les joueurs de l’USMH campent sur leurs positions en maintenant leur grève pour le 3e jour d'affilée, de même que certains joueurs qui résident en dehors de la capitale ont carrément regagné leur domicile familial en attendant que la situation s'éclaircisse. Les joueurs que nous avions contactés hier-matin nous ont fait savoir qu’ils ne comptent pas reprendre aujourd’hui et ils vont attendre jusqu’à la régularisation de leurs arriérés pour retrousser les manches et reprendre les entraînements.

 

Le staff technique solidaire avec eux

Constatant que les choses continuaient à traîner et qu'ils allaient encore devoir attendre avant de toucher leur argent, les joueurs harrachis ont décidé de ne plus s'entraîner avec l'espoir que cette mesure radicale fasse enfin bouger les choses. Même le coach Boualem Charef et ses adjoints seraient solidaires avec ses joueurs, car contrairement aux semaines écoulées, le premier responsable de la barre technique des Jaune et Noir n'a pris aucune initiative pour les raisonner.

Le premier responsable de la barre technique des Jaune et Noir, qui se retrouve à chaque fois avec un effectif amoindri, souhaite la régularisation de ses poulains pour poursuivre son programme et l’appliquer à la lettre, en prévision de la suite du parcours qui s’annonce d’ores et déjà difficile. Présents hier au stade, Charef et ses collaborateurs ont affiché leur soutien pour les camarades de Younès.

M. H.

 

Réunion d’urgence ce matin

Sous une terrible pression depuis plusieurs mois, le président Laïb tentera de convaincre les joueurs de reprendre et se concentrer sur leur travail afin de finir la saison en force.

Notre source nous a révélé qu’une réunion est prévue ce matin, à partir de 10h30, au stade du 1er-Novembre de Mohammadia entre le boss et les joueurs afin de discuter sur cette crise financière que traverse le club. Aujourd’hui les camarades du capitaine Younès se réuniront avec leur président pour mettre les points sur les i. Le premier responsable du club sait que ses joueurs s’impatientent concernant leur argent et ne peut pas fuir ses responsabilités durant cette période de crise. Le boss harrachi sait également que son équipe doit atteindre son objectif de se maintenir parmi l’élite et pour cela, il faudra que tout le groupe se concentre seulement sur son travail pour terminer en force l’exercice.

M. H.

 

Debari : «Nous sommes démotivés»

Face à cette crise financière que vit l’USMH en ce moment, avec cette grève déclenchée lundi dernier, l’arrière droit Abdelhak Debari que nous avions rencontré hier au stade de Lavigerie, souhaite que ce problème d’argent prenne fin le plus tôt possible afin que le groupe puisse se concentrer sur son travail. «Sincèrement, c’est désolant de voir les choses en arriver là. C’est à cause de la situation financière des joueurs qui ne sont pas régularisés depuis plusieurs mois qu’on en est arrivé là. J’espère que la direction trouvera une solution à ce problème. Nous sommes agacés par les fausses promesses et nous avons vraiment besoin de motivation pour reprendre le travail», nous a déclaré Abdelhak Debari.

 

«La discision de boycotter est collective»

En outre, le natif de Boumerdès estime que ce conflit entre la direction et les joueurs n’est pas dans l’intérêt du club, vu que ses camarades et lui n’ont pas encore assuré leur maintien parmi l’élite. «La décision de sécher la séance de dimanche soir est collective. Tous les joueurs étaient d’accord de boycotter les entraînements depuis le match amical face au NAHD, d’autant plus que les dirigeants n’avaient pas tenu leur promesse. Il y a des joueurs parmi nous qui n’ont pas été payés depuis six à sept mois et nos dirigeants doivent savoir que les joueurs ont aussi leurs problèmes et des familles à charge. J’espère que ce conflit entre la direction et les joueurs connaîtra sa fin le plus vite possible», a-t-il conclu.

M. H.

 

Abdat et Debari présents au stade

Deux joueurs seulement de l’équipe sénior ont été présents hier au stade du 1er-Novembre de Mohamadia. Abdat et Debari ont répondus à l’appel de collaborateur, Hanoune qui leur a demandé de se présenter au stade. Contrairement aux joueurs de l’équipe réserve, promue en équipe sénior à l’image de Boutaleb, Nekrouf, Lakhdja et autres qui ont effectués quelques tours de piste avant de rejoindre les vestiaires, Abdat et Debari ont quitté les lieux sans s’entraîner. 

M. H.

 

 

 

Tags:

Classement