Accédez directement au site compétition

Laïb : «Mana n’à qu’à payer les joueurs»

Mohamed Laïb, lors de la conférence de presse qu’il a animée hier au stade du 1er-Novembre de Mohammadia, a expliqué la grave crise que traverse le club depuis le blocage de son compte bancaire par Abdelkader Mana.

«Si j’ai décidé d’animer ce point de presse, c’est pour répondre aux accusations d’Abdelkader Mana qui déclare sur les plateaux de chaînes TV que les caisses du club sont vides. Nous avons plus exactement 6,3 milliards dans les comptes, une somme avec laquelle on peut régulariser tous les employés du club. Avant de venir ici, je suis passé par la banque et je tiens à vous informer que nous avons reçu 2,8 milliards d’Ooredoo, 2,5 milliards du ministère de la Jeunesse et des Sports, 1 milliard de l’ANEP, en plus des 400 millions qui sont dans l’ancien compte. Il n’a qu’à se présenter ou envoyer un des siens pour récupérer les virements et régulariser les joueurs. Je ne peux pas payer les joueurs puisque c’est lui le président légitime. Pour permettre aux joueurs de recevoir leur dû, il doit signer à la banque», déclare Mohamed Laïb.

 

«C’est à cause de sa mauvaise gestion qu’on est arrivés là»

Pour ce qui est de la crise financière que traverse le club, Laïb estime que c’est à cause de la mauvaise gestion et des dettes laissées par son prédécesseur que la situation s’est aggravée. «Nous n’avons jamais reçu autant d’argent que cette année, mais les dettes laissées par l’ancienne direction nous a obligés à régulariser les anciens joueurs qui sont passés à la CRL, à l’image de Coumbassa, Chaâl, Aït Ouamar… Lorsque je l’ai entendu parler sur les plateaux TV, j’ai l’impression que c’est moi qui n’ai pas payé ces gens. 12 joueurs de l’actuelle équipe n’ont pas saisi la CRL et on leur doit exactement 10 milliards.»

 

«Le clan Mana doit savoir que l’équipe est en danger»

«L’équipe est en grève depuis deux jours et Abdelakader Mana ne s’est même pas inquiété. La moindre des choses est de passer voir les joueurs et le staff technique pour les rassurer. Samedi, j’ai payé l’hôtel Beau Fayet de  mon propre argent (25 millions de centimes) ; je me demande comment l’équipe va se rendre à Sétif pour le match face à l’ESS et qui va prendre en charge les dépenses. Pour mettre fin à cette mascarade, il doit venir ou envoyer quelqu’un pour récupérer les ordres de virement et payer les joueurs.»

 

«Personne ne peut nier tout ce que j’ai apporté à l’USMH»

Répondant aux fans qui l’accusent de n’avoir rien apporté au club, Mohamed Laïb a fondu en larmes. «Je suis l’esclave de l’USMH ; personne ne s’est sacrifié comme moi pour ce club, et ce, aux dépens de ma santé et de ma famille. Je ne suis pas venu à El-Harrach en 1968 comme certains. Je suis harrachi et mes grands parents sont enterrés à El-Harrach. Le sang harrachi coule dans mes veines et personne ne peut nier tout ce que j’ai apporté au club. Je n’ai aucun intérêt personnel. J’ai 78 ans et je n’ai aucun autre intérêt que d’aider le club et essayer d’apporter un plus.»

M. H.

 

Les supporters perturbent la conférence

Plusieurs amoureux de l’USMH se sont rendus hier après-midi au stade Lavigerie pour assister à la conférence de presse de Mohamed Laïb. Les fans ont profité de cette occasion pour demander des explications sur le conflit à la présidence et la crise financière que traverse le club depuis des années. La majorité parmi eux ont demandé le départ des deux présidents (Laïb et Mana) et réclament l’ouverture du capital de la SSPA/USMH.

M. H.

 

Le président fond en larmes

Mohamed Laïb, très affecté par les accusations des supporters, qui lui ont dit «tu n’as rien apporté à l’USMH», a fondu en larmes en pleine conférence de presse. Il se dit très touché par les propos de ces fans qui nient tout ce qu’il a donné à l’USMH pendant dix ans. «Personne ne peut nier tout ce que j’ai apporté à ce club. J’aime l’USMH et j’ai sacrifié dix ans de ma vie pour servir le club. Aujourd’hui, des gens me demandent de quitter le club et m’accusent de n’avoir rien apporté», a-t-il déclaré.

M. H.

Les joueurs déclenchent une nouvelle grève

 

Les joueurs de l'USM El-Harrach sont entrés en grève depuis mardi pour protester, encore une fois, contre  le retard accusé dans la régularisation de leur situation financière. Après le match face à l’USMA, dimanche passé, les camarades de Debari se sont présentés mardi au stade du 1er-Novembre de Mohammadia pour la séance de reprise. Après une réunion à l’intérieur des vestiaires, les joueurs ont pris la décision de ne pas reprendre les entraînements avant de recevoir leur dû. Une semaine après le blocage du compte bancaire, Abdelkader Mana n’a fait que perturber le groupe qui n’a pas encore assuré son maintien parmi l’élite. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce conflit à la présidence ne fait pas les affaires des Jaune et Noir qui n’ont pas encore assuré leur survie parmi l’élite. Pour le moment, le flou le plus total persiste au sein du club.

 

Charef a tenté de les raisonner

Même s’il est toujours solidaire avec ses joueurs, le coach des Jaune et Noir Boualem Charef a tenté de les raisonner et de revenir sur la décision de boycotter les entraînements, mais sans parvenir toutefois à les convaincre. Constatant que les choses continuaient à traîner et qu'il va falloir encore attendre avant de toucher leur argent, les joueurs harrachis ont décidé de ne plus s'entraîner dans l'espoir que cette mesure radicale fera enfin bouger les choses. Face à cette situation, Charef ne savait pas trop quoi faire. Il paraissait très embarrassé, mais aussi très en colère, car cette situation a trop duré sans que les dirigeants trouvent une solution.

 

Ils traitent Mana de saboteur

Hier, les camarades de Boulakhoua ne se sont pas présentés au stade de Mohammadia et aussi les membres du staff technique. Contrairement à la séance de reprise prévue mardi, où tout le monde était présent malgré le mouvement de grève, hier matin aucun joueur ne s’est présenté à Lavigerie.  Ne voyant rien venir, les joueurs de l’USMH campent sur leurs positions en maintenant leur grève pour le 3e jour d'affilée. Les joueurs que nous avions contactés hier matin n’ont pas manqué de tirer sur Abdelakder Mana en l’accusant de saboteur. «On ne compte pas reprendre avant de percevoir notre argent. Nous avons trop attendu et au moment où on devrait retirer notre dû, ce saboteur (Mana) a bloqué le compte bancaire. Honte à lui, il passe son intérêt personnel avant celui de l’équipe. Il faut que le public comprenne bien notre situation et que chacun assume ses responsabilités en cas d’échec», nous a déclaré un cadre de l’équipe. 

M. H.

 

Charef s’accroche avec un supporter

Le technicien Boualem Charef a quitté le stade mardi très en colère. Pour être plus précis, le coach harrachi a eu un accrochage verbal avec un supporter qui a osé l’insulter des tribunes. Il y a eu un premier échange de propos entre les deux hommes sans méchanceté, ni d'un côté ni de l'autre. Mais par la suite, on a haussé le ton et l'accrochage verbal était névitable. La tension est montée d'un cran et les deux hommes ont failli en arriver aux mains n’était l’intervention des autres membres du staff technique et les joueurs qui les ont séparés. Au lieu de soutenir leur équipe durant cette situation très difficile, les fans exercent la pression sur les joueurs.

M. H. 

 

Hamidi s’est entraîné avec les U20

Le jeune milieu de terrain Zakaria Hamidi s’est présenté hier matin au stade du 1er-Novembre de Mohammadia pour prendre part à la séance d’entraînement de l’équipe des U20. Pour garder sa forme en prévision de la suite du parcours, le jeune de 20 ans n’a pas trouvé mieux que de se rendre au stade et s’entraîner. Ce qui a fait plaisir à l’entraîneur des U20, Saâdi Khebour qui a salué le geste du joueur. 

M. H.

 

Le match face à l’ESS retardé de 2 heures

Prévu à 16h, le match de samedi prochain, qui mettra aux prises l’ES Sétif avec l’USM El-Harrach au stade du 8-Mai-1945, est retardé de deux heures. La rencontre se jouera le même jour à 18h, a indiqué la LFP sur son site officiel. En grève depuis mardi, les joueurs harrachis risquent de laisser des plumes samedi face au leader du championnat qui fera tout pour récupérer les points qu’il a perdus au précédent match face à Oran.   

 

M. H.                              

Tags:

Classement