Belhadj tire sur Hamar : «Pourtant, plusieurs présidents m’ont prévenu»

 

Le président du MCO ne mâche pas ses mots à l’encontre de son homologue de l’ESS, coupable selon  lui, d’avoir réservé un mauvais accueil à son équipe. Avec son franc-parler, Baba fustige l’attitude de Hamar pour lequel il avait beaucoup d’estime. «Désormais, ça ne sera plus comme avant», prévient le premier responsable du MCO.

 

Vous avez quitté le stade du 8-Mai-45 à la mi-temps, pourquoi ?

D’emblée, je préciserai que ce n’est pas parce que notre équipe était menée au score, je suis un président qui connaît le football. Quand vous jouez une grande équipe telle que l’ESS, il faut s’attendre à perdre le match. Si j’ai quitté le stade à la mi-temps, c’est parce que j’étais déçu par l’accueil qui a été réservé à notre équipe.

 

Soyez plus explicite ?

A notre arrivée au stade, on nous a réservé un vestiaire qui dégageait des odeurs pestilentielles, ou je ne sais quoi encore. En tant que dirigeant, je n’étais pas content du tout ; alors qu’en est-il des joueurs ? Certains étaient sortis dans le couloir pour enfiler leur tenue. Franchement, les Sétifiens, plus précisément leur président, ont la mémoire courte ; alors qu’ils ont été de tout temps accueillis royalement à Oran, ils n’ont pas été corrects.

 

Pourtant, Hassan Hamar est un président avec lequel vous entretenez de bonnes relations ?

Je dois affirmer que personne ne nous a aidés, le MCO a toujours compté sur ses hommes pour régler ses problèmes. Par contre, j’ai aidé Hamar. Un jour alors qu’il avait un souci avec une personne à Oran, c’est moi qui l’ai  réglé et pour me rembourser mon argent, il a fallu du temps. Lorsque l’ESS vient à Oran, elle est toujours bien traitée, on s’en souviendra.

 

A ce point vous êtes remonté contre lui ?

Notre secrétaire l’a sollicité pour une séance d’entraînement au 8-Mai-45 ; alors qu’il attendait sa réponse, Hamar a éteint son portable. Je regrette de n’avoir pas écouté des présidents d’autres clubs qui m’ont demandé de se méfier de lui. Comme j’étais de bonne foi avec lui, je leur ai répliqué que Hamar est un frère pour moi. Après ce qui s’est passé samedi, je me rends compte que ces présidents n’avaient pas du tout tort.

 

Côté sportif, votre équipe est invulnérable dans les grands rendez-vous, les raisons ?

C’est une question qu’il faut poser à l’entraîneur, moi j’estime avoir mis tous les moyens à la disposition de l’équipe afin qu’elle fasse un bon résultat. Hélas, elle a été décevante, plus particulièrement en 1re mi-temps.

 

Après un stage en Tunisie, on nourrissait beaucoup d’espoirs de voir le MCO arracher un bon résultat…

Même moi, en tant que premier responsable, j’avais bon espoir qu’elle ramène un bon résultat, c’est une défaite qui fait mal. Cependant, je regrette une chose…

 

Laquelle ?

Celle d’avoir envoyé l’équipe un peu plus tôt à Sétif ; il fallait opter pour un mini-regroupement à Alger à notre retour de Tunisie que d’aller directement à Sétif ; enfin c’est du passé.

 

Un supporter dépité est entré sur le terrain après le 3e but de l’ESS pour réclamer plus de volonté des joueurs, un commentaire ?

Cette scène m’a vraiment touché, la réaction de ce supporter est légitime, car à l’image de ses pairs, il ne supportait pas de voir son équipe être humiliée de cette façon. J’ai éprouvé le même sentiment à cet instant-là de la rencontre. J’ai fait le trajet Oran-Sétif par route dans la nuit de vendredi ; ils étaient vraiment nombreux. On est vraiment peinés pour eux, car on tenait absolument à leur offrir la victoire en reconnaissance pour tous les sacrifices qu’ils consentent, mais ce n’est que partie remise.

 

Le titre est-il encore jouable ?

Oui, à condition de gagner les deux prochaines sorties (CRB à Zabana et l’OM en déplacement) et qu’en même temps, le CSC trébuche à Béchar. A mon avis, le championnat n’a pas encore livré tous ses secrets.

  1. S.

 

Comment leurs relations se sont détériorées

 

Par M. STITOU

 

Il est de notoriété publique qu’entre le président de l’ESS Hassan Hamar et Ahmed Belhadj, les relations ont été de tout temps bonnes. Depuis, elles sont devenues mauvaises à tel point que Baba s’est senti apparemment trahi par la confiance aveugle qu’il accordait à son homologue sétifien. Si ces deux présidents ne s’apprécient plus, leur conflit est tout récent.

 

Affaire du match entre les deux réserves

Au match aller, alors que l’ESS avait pris le dessus sur le MCO à Zabana, le match de lever de rideau entre les réserves des deux clubs a été émaillé par un grave incident. En effet, l’arbitre désigné pour ce match ayant fait défection, on l’a remplacé au pied levé par un bénévole. Comme le veut le règlement, on a désigné un membre de l’une des deux équipes. Ainsi, l’entraîneur des gardiens de l’ESS a été choisi. Celui-ci fit preuve d’une partialité flagrante en sifflant un penalty en faveur de l’ESS pour une faute imaginaire. Alors que les joueurs du MCO se ruèrent sur lui pour contester cette décision injuste, cet arbitre sort le carton rouge au défenseur Abderrahmane Blaha. Encore pire, il signalera une agression de la part de ce dernier sur sa personne. Hamar qui était présent à Zabana a été prié par le secrétaire du club pour que cela ne soit pas signalé dans le rapport. Le lendemain au MCO, on était surpris d’apprendre qu’un rapport accablant a été envoyé à la commission de discipline de la LFP à l’encontre de Blaha. Cela est perçu comme une trahison car Hamar avait promis d’étouffer cette affaire d’autant que Blaha n’avait rien fait. Mais cet épisode a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Par le passé, entre les deux clubs, on avait convenu que l’équipe qui reçoit prend en charge les frais d’hébergement de l’autre. Là aussi, Baba était dans tous ses états, a-t-on appris, lorsque la saison dernière après leur rencontre à Oran, les Sétifiens sont revenus à l’hôtel El Mouahidine pour le dîner en laissant une note salée que le MCO a été contraint de payer. Par ailleurs l’automne dernier, l’ESS a payé ses frais d’hébergement quand l’équipe est descendue au même hôtel.

 

Chibane, ce n’était pas une faveur

Quand l’hiver arriva, à la recherche de renfort, le MCO avait jeté son dévolu sur Youssef Chibane, qui a été prêté jusqu’à la fin de saison au club oranais par l’ESS. Mais contrairement à ce que croient beaucoup de personnes, Hamar n’a pas fait de faveur au MCO, son but en prêtant Chibane est de se débarrasser d’un gros salaire, d’autant que Chibane ne jouait que rarement avec l’ESS. Par ailleurs, cette dernière récupérera la saison prochaine un joueur compétitif qui, de surcroît, s’est refait une santé au MCO.

  1. S.

 

Reprise cet après-midi

Après un repos de deux jours, l’équipe reprend le chemin de l’entraînement cet après-midi avec une séance qui débute à 15h.

 

Mekkaoui a passé une échographie

C’est à Alger que le défenseur du MCO a passé avant-hier une échographie ; celle-ci a révélé, a-t-on appris, une tendinite à la cheville ; ce qui n’est pas une blessure sérieuse.

 

Le cas de Abdat inquiète

En revanche, le cas de Fayçal Abdat inquiète. En effet après sa rechute samedi (il est sorti après 20 minutes de jeu), on soupçonne une blessure identique à celle qui avait éloigné Abidine Sebbah pendant plusieurs jours, à savoir un claquage au niveau de la cuisse. Comme le MCO ne renouera avec les matches du championnat que le 13 avril prochain, on espère d’ici cette date le récupérer. Entre-temps, une  bonne prise en charge médicale est nécessaire pour le remettre sur pied.

 

 

Tags:

Classement