[Alt-Text]

Belmadi ne compte pas se laisser faire

Au cours de ces derniers jours, une grosse polémique est en train d’animer la scène footbalistique algérienne suite à la démission de Rabah Saâdane de son poste de directeur technique national.

En effet, juste après qu’il ait envoyé sa démission au président de la Fédération algérienne de football Kheireddine Zetchi, Rabah Saâdane a fait plusieurs sorties médiatiques accusant la FAF et ses responsables de trahison pour avoir orchestré un coup monté, le privant de se rendre au congrès de la FIFA à Londres le mois dernier. Des accusations auxquelles a tenu à répondre Kheireddine Zetchi avant-hier, alors qu’il se trouvait à Tlemcen. Et le moins qu’on puisse dire c’est que le président de la FAF n’y est pas allé par 36 chemins traitant tout simplement Rabah Saâdane de menteur : « Il a inventé cette histoire. C’est invraisemblable. Comment voulez-vous qu’on change son nom au niveau de la FIFA alors que son invitation est nominative. C’est un pur mensonge. Saâdane a passé plus de temps au cours de ces derniers jours à parler de sa démission et de son histoire de visa qui n’a pas été fait, que d’exposer son projet en tant que DTN au cours des 12 derniers mois. Franchement j’aurais vraiment souhaité qu’il soit aussi communicatif sur ce qui se faisait au niveau de la direction technique nationale», a-t-il précisé.

 

Belmadi n’a pas saisi pourquoi son nom a été cité

Une polémique dont on se serait passé volontiers en ce moment, surtout à l’approche de la double confrontation des Verts face au Bénin ce vendredi au stade Mustapha Tchaker de Blida, et mardi prochain à Cotonou.

Une polémique qui risque encore de  durer. Et effet, lors d’une de ses sorties médiatique au cours de ces derniers jours, Rabah Saâdane a fait savoir que «depuis la venue de Djamel Belmadi en équipe nationale, j’ai senti un changement de la part du président de la FAF, car tout le monde ne s’occupe que de l’équipe nationale A et ont littéralement marginalisé la DTN. Même sous l’ère Vahid Halilhodzic connu pourtant pour sa grosse intransigeance dans la discipline, il n’a jamais donné comme instruction de ne pas rentrer ou s’approcher du restaurant. On n’a même plus le droit de quitter notre zone de bureau quand les joueurs sont en stage, et contraints à manger des sandwichs, c’est vraiment grave », a-t-il signalé.

Des accusations qui se sont poursuivis en reprochant au coach des Verts d’avoir choisi Aziz Bouras comme accompagnateur au congrès de la FIFA à sa place : « Bien évidemment que c’est sur la demande de Belmadi que la FAF a demandé une accréditation à la FIFA pour Bouras à ma place. Les choses sont claires, l’entraîneur national a voulu se faire accompagner par son ami Bouras pour qui j’ai beaucoup de respect, que par moi le DTN. Mais bon là aussi je me pose la question suivante : pourquoi a-t-il accepté de prendre ma place, il n’aurait pas dû. Il s’agit d’un congrès international, on est censés représenter l’Algérie. Tous les pays du monde ont envoyé leur DTN, sauf nous. Lors de sa prise de fonction, j’ai bien reçu Djamel Belmadi lui faisant même savoir devant toute l’assistance du bureau fédéral que je le voyais réussir dans sa mission au vu de ses compétences, mais aussi des qualités de son staff technique », a avoué Rabah Saâdane.

 

Il veut à son tour éclairer l’opinion publique et apporter sa version des faits

A la question de savoir s’il y a eu un différend entre lui et Belmadi à l’occasion de la CAN 2004, lorsque Saâdane était entraîneur national, Cheikh Saâdane dira : «Vous savez quand vous êtes sélectionneur, des différends y en a toujours avec les joueurs, c’est très normal. Comme vous le savez, j’étais venu en pompier en 2004 après le départ précipité de Georges Leekens. On avait joué un seul match amical face au Mali, et j’ai pu constater qu’on attaquait bien notamment avec Ouadah et Belmadi, mais que derrière c’était la catastrophe. Avant le premier match de la CAN, je fais une réunion aux joueurs et je leur ai donc expliqué qu’on allait changer de stratégie en jouant avec un seul numéro 10 et qu’on mettra en place une défense à trois. Et c’est comme ça d’ailleurs qu’on a pu tenir face au Cameroun notamment, et atteindre les quarts de finale de cette compétition. Après tout le monde connaît l’histoire de Ouadah qui a quitté le stage parce qu’il n’a pas apprécié le fait qu’il soit sur le banc de touche », a indiqué Saâdane.

Une déclaration qui met en cause directement Djamel Belmadi dans le fait que Saâdane ne se soit pas déplacé en Angleterre.

Des propos qui n’auraient pas du tout plu au sélectionneur national, qui d’après nos infirmations n’arrive pas à saisir pourquoi son nom a été mêlé à cette affaire.

Connu pour sa franchise et son discours direct, et sachant pertinemment que la question concernant les propos et les accusations de Rabah Saâdane lui sera posée lors de son prochain point de presse, Djamel Belmadi ne compte pas se laisser faire, et donnera à son tour sa version des faits pour éclairer l’opinion publique.

Il est vrai qu’avant la rencontre face au Bénin ce vendredi soir, l’EN se serait bien passée d’une telle polémique, mais du côté de l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille, impossible de rester muet face à de telles accusations dont il est directement concerné.

Asma H. A.

Zetchi : «Le temps des décisions prises au hasard est révolue»

Le président de la Fédération algérienne de football a indiqué que toutes les décisions qui seront prises dorénavant seront bien réfléchies.

La démission de Rabah Saâdane du poste de directeur technique national fait encore beaucoup parler. Ce dernier a pris la même décision que son prédécesseur, Fodhil Tikanouine qui a été prié de quitter son poste. KheireddineZetchi s’était exprimé sur la décision de l’ex-sélectionneur national qui avait fait retrouver aux Verts la Coupe du monde en 2010 après des années d’absence. Il faut dire que depuis l’ère Zetchi, il y a eu plusieurs changements au sein de la FAF, surtout en ce qui concerne les sélectionneurs, qui ce sont succédé jusqu’à Djamel Belmadi qui a débuté son travail depuis peu. Le président de la Fédération algérienne avoue ainsi que certains choix depuis son arrivée à la tête de la FAF n’étaient pas bon. C’est en tout cas ce qu’il a laissé entendre hier lors d’un point de presse à Oran : « Dorénavant, nous devons choisir l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Le temps des décisions prises au hasard est révolu. Nous devons désormais compter sur les compétences et les personnes qualifiées dans le domaine de la formation.» Ainsi, les prochains postes de responsabilité seront la principale préoccupation de Kheireddine Zetchi qui veut avoir les bonnes personnes au bon endroit.

« Il y a des gens qui font beaucoup de bruit mais qui sont inutiles au football algérien»

Le président de la Fédération algérienne de football s’est ensuite exprimé sur les spécialistes et ceux qui s’expriment sur les différents plateaux télé à propos du football en Algérie : « Il y a des gens qui font beaucoup de bruit dans les médias, mais qui sont inutiles pour le football algérien. Ce sont les tonneaux vides qui font le plus de bruit. Je rends hommage à tous ceux qui sont en permanence avec les jeunes joueurs qui sont toujours là pour jouer le rôle du père et de la mère. Ceux qui nous donnent des exemples à travers les médias, nous les laissons amuser les galeries, on ne s’en occupe pas trop. Nous serons toujours derrière les gens qui travaillent, qui sont au service du football.»

  1. K.

La sélection béninoise dès demain à Alger

Le prochain adversaire des Verts, le Bénin, fera le déplacement dès demain à Alger afin de se préparer pour le premier match qui se déroulera vendredi au stade Mustapha Tchaker de Blida.

Le stage de préparation des Verts a débuté hier au Centre technique national de Sidi Moussa. Riyad Mahrez et ses coéquipiers ont débuté le travail afin de se tenir prêts pour le prochain rendez-vous face au Bénin. Comme tout le monde le sait, l’équipe nationale aura une double confrontation face aux Ecureuils. Le premier match est prévu pour vendredi prochain au stade Mustapha Tchaker de Blida, quant au second rendez-vous, il se jouera à Cotonou au Bénin, le 16 de ce mois. Pour la première rencontre, la sélection béninoise devrait arriver en Algérie dès demain. En effet, c’est mercredi, que Michel Dussuyer et ses hommes débarqueront à l’aéroport international d’Alger, Houari Boumediene. Ces derniers rejoindront ensuite la ville de Blida, où ils effectueront une ou deux séances d’entraînement avant de se tourner vers le match. En tout cas, il faut savoir que le Bénin n’aura qu’un jour afin de préparer la rencontre et que la Fédération béninoise de football a décidé d’effectuer le déplacement l’avant-veille de la rencontre seulement. Tout sera fait afin d’accueillir la délégation du Bénin dans de bonnes conditions avant le second match qui se jouera à Cotonou. Cette rencontre sera la troisième pour les Verts dans ces éliminatoires de la CAN 2019. Djamel Belmadi et ses hommes ont réussi à arracher la première place du groupe D en revenant avec un match nul de la Gambie. Ces derniers sont cependant à égalité de points avec le Bénin et devront profiter du premier match à Blida afin de creuser l’écart et ainsi pouvoir gérer le second match à Cotonou.

En France depuis hier

Avant de rejoindre l’Algérie, les joueurs de la sélection béninoise devaient se regrouper à Paris hier. Alors qu’ils évoluent dans différents championnats, les internationaux béninois ce sont ainsi retrouver en France et se préparer à rejoindre dès demain l’Algérie. En tout cas, le sélectionneur du Bénin, Michel Dussuyer, a fait appel à 22 joueurs pour cette double confrontation et compte sur tout le monde lors de ce premier déplacement. Après le match à Blida, la sélection béninoise rejoindra Cotonou avant d’être suivi par les Verts qui veulent s’assurer la qualification pour la prochaine CAN dès cette double confrontation.

  1. K.

 

 

 

 

 

Classement