Quand, en décembre dernier, Youssef Atal fut victime d’une grave blessure au genou qui a nécessité une opération chirurgicale, la première question que s’est tout le monde en Algérie s’est posée est : que va faire Djamel Belmadi pour remplacer son véloce arrière droit ?

 

Le Stade de Reims est sous le choc. L’ancien club de l’international algérien Aïssa Mandi qui joue en Ligue 1 a appris le suicide de Bernard Gonzalez, 60 ans, médecin chargé de l'équipe première. Atteint du Covid-19, il était en confinement chez lui avec son épouse, également contaminée. Il a laissé une lettre détaillée qui expliquerait le lien entre son geste et sa contamination.

 

«Une personne connue dans le monde du sport m’a appelé pour me dire qu’il était prêt à donner jusqu’à 40 millions d’euros après m’avoir promis de rester anonyme. Il m’a dit cela en pleurant…» Cette déclaration du ministre de la sSanté Abderrahmane Benbouzid a fait le buzz, notamment sur les réseaux sociaux où tout le monde se demande quel est ce sportif algérien capable de donner une somme pareille. D’abord, il faut signaler qu’excepté Zidane et peut-être Benzema, aucun sportif algérien ou d’origine algérienne n’a les moyens pour faire un tel don, même Mahrez, Belmadi, Ziani, Belhadj et Bougherra qui ont pourtant travaillé de nombreuses années dans le Golfe ou joué en Grande-Bretagne ne peuvent pas se le permettre, à moins qu’ils le fassent tous ensemble… De ce fait, beaucoup ont pensé que le ministre s’est peut-être trompé de chiffre, sinon de monnaie. Il y a même ceux qui ont pensé que ce fut un poisson d’avril vu la date à laquelle le ministre a fait cette annonce, ce qui n’est pas le cas bien sûr vu la gravité de la situation.

 

«Il veut rester anonyme»

Le ministre de la Santé n’a pas explicitement dit qu’il s’agit d’un sportif. «C’est quelqu'un de célèbre dans le milieu du foot», dixit Benbouzid. On a donc pensé aux personnes qui ont un rapport avec le sport et ceux qui  et qui ne sont pas forcément sportifs. Et là, nous avons pu compter quelques sponsors de clubs de l’élite qui peuvent se permettre un tel don, cela dit et malgré tout cela, l’hypothèse la plus logique reste Zizou ou Benzema… Si bien sûr le ministre ne s’est pas trompé de chiffre ou de monnaie.

 

Après l’arrêt des compétitions, la presse n’a d’autres sujets à explorer que de parler du confinement des footballeurs et de la façon qu’ils le vivent, voire des dons qui sont versés pour aider les nécessiteux.

Se trouvant à Oran, Youssef Belaïli attend la reprise des compétitions en Arabie Saoudite pour regagner le royaume wahhabite, contrairement à ses coéquipiers en équipe nationale qui évoluent dans les pays du Golfe qui n’ont pas pu rentrer chez eux.