Toulouse sur les traces de Medjani

Le défenseur international algérien Carl Medjani  qui porte actuellement les couleurs du club turc de Trabzonspor pourrait retourner jouer en France si on prend en compte les dernières informations rapportées par la presse sportive française qui cite que le FC Toulouse veut renforcer sa défense par un joueur expérimenté  de la trempe de l’international algérien.

Le Téfécé qui possède une équipe très jeune a besoin de renforts pour pouvoir attaquer la nouvelle saison avec des certitudes, comme l’a fait savoir l’entraîner Dupraz à l’issue du dernier match amical disputé contre Nîmes. «Le groupe est malgré tout dangereusement trop jeune, il faut des recrues. J'espère que les choses vont se débloquer. Trois défenseurs centraux, les trois absents (Diop au dos, Jullien et Fortes au genou) et je souhaite qu'ils reviennent très vite car ça nous oblige à bricoler. On n'a pas de solutions de rechange», a indiqué le coach du Téfécé. Les déclarations de Dupraz confirment bien que son  club a besoin de renforts en ce mercato estival. Le défenseur international Algérien  qui a retrouvé du temps de jeu et surtout de la confiance en retournant à Trabzonspor l’hiver passé,  n’est pas contre l’idée de rejouer en France mais à condition de bénéficier d’un bon de sortie de la part des responsables de son équipe actuelle surtout qu’il est encore lié par un contrat jusqu’en 2018. L’expérience de Medjani serait bénéfique pour le FC Toulouse qui vise le maintien cette saison en Ligue 1. Agé de 32 ans, le défenseur algérien pourrait bien connaître une autre aventure lui qui a joué déjà dans 10 clubs différents.

K. H.

BF extraordinaire hier à Dely  Ibrahim

Le rééquilibrage des groupes se fera cette saison

Sur proposition du président de la Fédération algérienne de football,  Kheireddine Zetchi, une réunion du Bureau Fédéral s’est tenue hier au siège de la Fédération à Dely Ibrahim. Un seul point à l’ordre du jour a été inscrit au cours de ce BF extraordinaire, à savoir le rééquilibrage des groupes à partir de la division nationale amateur vers le bas. Dix membres du Bureau Fédéral étaient présents alors que MM. Zefzef et Haddad ont mandaté le président de la FAF pour délibérer à leur place. Après avoir entendu les présidents de la commission de coordination avec les ligues MM. Bahloul et Ghouti qui suivent de très près ce dossier, les membres du Bureau Fédéral ont adopté les résolutions suivantes :

1- Les clubs qui ne se sont pas engagés la saison dernière ne réintégreront pas la division où ils ont évolué au cours de la saison 2015- 2016.

2- Le rééquilibrage des groupes se fera à partir de la saison 2017- 2018.

- Deux formules ont été proposées pour harmoniser les groupes : soit faire accéder le deuxième classé à l’issue de la saison 2016- 2017, soit repêché le meilleur classé parmi les équipes qui ont rétrogradé. Le Bureau Fédéral a décidé à l’unanimité d’associer les ligues régionales dans le choix de la formule appropriée pour harmoniser les groupes. La formule choisie sera communiquée lors de la prochaine réunion du Bureau Fédéral élargie aux présidents des ligues prévue le 26 juillet au Centre technique national de Sidi Moussa.

 

Le RCB ou le NTS pour compléter la DNA Centre

Suite à la décision du BF extraordinaire tenu hier  il ressort clairement  que la FAF version Zetchi a cédé à la pression de certaines équipes et  certaines personnes influentes dans la sphère footballistique, sinon comment expliquer que lors du dernier BF ce point précis a été discuté en présence de Kerbadj, Ali Malek et Benmedjber  mais les membres du BF ont été incapables de se prononcer vu les arguments présentés par les président de la LNFA et de la LIRF. Pourquoi Zetchi a exclu Ali Malek et Benmedjber du conclave d’hier alors qu’ils sont les premiers concernés dans ce dossier. Il y a anguille sous roche  et ce dossier n’a pas encore livré tous ses secrets.   Pour la DNA Centre, on va revenir à un groupe avec 16 équipes pour la saison 2017-2018, une place est encore en jeu  dans ce groupe  alors que deux équipes sont en lutte pour  espérer  faire partie de ce groupe, il s’agit du RC Boumerdès club qui a été relégué à la fin de cette saison pour s’être classé mauvais avant-dernier et le NTSouf  qui s’est classé meilleur second dans la division Inter-Régions pour les 4 groupes.

 

Pourquoi convoquer les ligues régionales ?

Ce qui paraît  intrigant dans ce dossier c’est le fait que le BF qui a pourtant toutes les prérogatives pour prendre  la décision qu’il juge appropriée reporte sa décision au 26 juillet en associant les présidents des ligues régionales  alors que ces même présidents avaient adopté au mois de décembre passé à Saida lors de la réunion de l’ancien  BF version Raouraoua une décision relative à ce dossier relatif aux  divisions amateurs qui précise que s’il y aura changement  dans le système de compétition, il devrait se faire lors de la saison 2018 -2019 dans un but d’informer les clubs une saison à l’avance. Les présidents des ligues régionales sont convoqués 7 mois plus tard pour revenir sur une décision déjà prise. Le ridicule ne tue pas !

K. H.   

Une nouvelle configuration des compétitions des clubs au programme d’un symposium

 

La CAF protège les gros du continent

 

Dans notre édition de vendredi passé, on vous exposait les grandes lignes du programme du symposium prévu le 18 et le 19 de ce mois à Rabat au Maroc.

Les décisions les plus attendues sont celles du changement des dates de la compétition phare du continent, à savoir la coupe d’Afrique des nations, qui devrait passer au mois de juin.

L’organisation de ce tournoi avec 24 au lieu de 16 teams est elle aussi programmée et les membres de l’AG devront les valider dans une assemblée générale extraordinaire qui sera tenue le 21 de ce mois toujours à Rabat.

Ceci dit, et en plus de ces décisions relatives aux compétitions des sélections, qui verront la CAF aussi arrêter un cahier des charges bien précis qui risque de coûter cher au Cameroun et aux autres pays déjà choisis par Hayatou durant son règne, la Confédération présidée par Ahmad tentera d’arrêter un nouveau système pour les compétitions des clubs.

Ainsi, pour mettre un terme au système arrêté par l’ancien bureau de la CAFG qui a fait de son possible pour créer plus de compétitions et donc plus de matches, afin de gagner plus d’argent, un panel du bureau actuel se penchera sur cette question. Plusieurs scénarios ont été préparés. Les participants choisiront celui qui répond aux exigences.

L’idée est de laisser effectivement le niveau élevé de la compétition, avec un nombre de matches réduit, mais aussi protéger les grands clubs, les deux constats sont liés l’n à l’autre, car en présence de tous les clubs qualifiés au même moment, cela augmente le nombre des matches, et cela dérange à plus d’un titre le bureau d’Ahmad, qui veut désormais passer à un système plus souple notamment pour les ténors du continent qui ne devraient plus passer par les fameux tours préliminaires, ces derniers vont être injectés a la fin de ces tours, même les tours préliminaires ne seront plus comme avant et devraient avoir lieu à l’échelle régionale, cela se fera vite et les dépenses ne seront pas importantes, un peu comme cela se fait lors des éliminatoires du CHAN avec les 6 zones distinguées : Nord, Ouest A, Ouest B, Centre, Est et Centre et la zone australe.

Le but est donc clair, inscrire aux côtés des ténors 1 ou 2 petits poucets qui viendront jouer les trouble-fête dans la fameuse phase des poules, l’autre objectif étant aussi de donner le temps de souffler aux joueurs des clubs compétitifs, le nombre de matches sera donc réduit pour coller au calendrier, à l’instar de ce qui se fait au niveau des compétitions européennes, il faut dire que cette année par exemple de nombreux clubs dont l’USMA et le MCA ont soumis leurs joueurs à un rythme incroyable, et cela va bientôt changer à en croire les plans de la confédération.

S. M. A.

 

    

CAN 2019

Le cahier des charges risque de faire mal aux Camerounais

Le Maroc grand favori en cas de retrait du Cameroun

 

Le symposium prévu au Maroc va aussi trancher par rapport au cahier des charges et à l’organisation de la CAN d’une manière générale.

Les décisions qui seront prises devraient concerner l’édition 2019.

Le Cameroun allait l’organiser dans un ancien format, mais les recommandations de ce symposium risquent d’imposer d’autres critères, seront-ils remplis par le Cameroun ? On le saura plus tard puisque la CAF va donner un ultimatum pour le pays en question, mais en cas de son incapacité, l’ouverture à la candidature d’autres pays sera annoncée.

Le président Zetchi avait dans cette direction affirmé que l’Algérie se porterait candidate, mais c’était juste une déclaration, car le nouveau cahier des charges pourrait ne pas correspondre aux capacités actuelles de notre pays, ce n’est pas le cas du voisin marocain qui s’apprête pour cette bataille, le président de la FRMF Faouzi Lakjaâ l’a déclaré avec fierté, pour lui son pays n’a même pas besoin de faire des efforts pour remplir ce futur cahier des charges : « En cas d’incapacité, l’ouverture à la candidature d’autres pays sera annoncée. Le Maroc sera dans la course.» Et de continuer : «L’augmentation du nombre des équipes se traduira par le passage de 4 à 6 villes, soit 6 stades pour accueillir les compétitions, y compris notamment l’infrastructure hospitalière, routière et hôtelière. Le Maroc n’aura pas à investir un dirham pour cela. Nous avons les 6 stades à Marrakech, Agadir, Casablanca, Rabat, Fès et Tanger. En 2018, nous aurons également Tétouan. Ce sont des villes qui ont des stades aux normes de la FIFA, avec toutes les infrastructures qui vont avec. Les conditions sont idéales pour organiser une CAN à la hauteur des ambitions de l’Afrique. Le Maroc n’hésitera pas une seconde à répondre favorablement à une doléance de la CAF pour abriter cette CAN.» Le Cameroun qui a perdu l’organisation de sa CAN 2015 à cause d’Ebola n’a toujours pas oublié que Hayatou y était pour beaucoup, le pays se préparer pour cette revanche, avec une présence très importante dans le bureau de Fouzi Lakjâa qui a fait sortir Raouraoua du mouvement, pour replacer son pays et lui permettre de revenir en force dans la cour des grands.  A noter que lors de la réunion du bureau exécutif, le Maroc va proposer pas moins de 10 noms qui intégreront les differentes commissions de la CAF, de quoi rendre ce pays encore plus fort dans cette instance, au moment où Zetchi a évoqué récemment le danger que pourrait être l’absence des Algériens de ces mêmes commissions, reste à savoir quelle sera son plan d’attaque pour parer à cet épineux problème.

S. M. A.

Le Standard de Liège s’impose contre Lens

Belfodil a joué 63 minutes 

Pour son cinquième match de préparation, le RC Lens s’est incliné hier au Touquet face au Standard de Liège sur le score de 2 à 0. L’international algérien du Standard de Liège Ishak Belfodil  a joué 63 minutes avant de céder sa place à son coéquipier Legear. Malgré la belle entame de match lensoise, c'est le Standard qui ouvre le score sur sa première vraie occasion à la 8e minute de jeu par l'intermédiaire de Sa. Le Standard de Liège regagne le vestiaire avec un but d'avance. Au retour des vestiaires, le RC Lens se crée quelques occasions sans se montrer réellement dangereux. Quant aux Belges, ils font preuve d'un réalisme froid avec un second but signé MPoku sur une reprise au second poteau (56e minute). Le score ne bougera plus malgré quelques occasions de part et d'autre.

K. H.

 

 

 

 

 

 

 

Classement