Au lendemain de l’entretien entre le président de la FAF, Charaf Eddine Amara et son homologue gambien Kaba Bajo qui était censé apaiser la situation, la GFF n’a pas mis longtemps avant de retourner sa veste et remettre une couche en honorant l’arbitre au cœur de la polémique, à savoir Bakary Gassama. Sans se soucier de l’apaisement que prônait la FAF, la Fédération Gambienne a qualifié l’arbitre aux multiples polémiques de fierté de la Gambie mais aussi de l’Afrique. Inclure tout le continent pour exprimer sa fierté est un peu exagéré surtout qu’il ne s’agit pas de la première fois que Gassama se trouve pointé du doigt. Le continent mérite mieux et de grands noms du sport africain ne peuvent être associés à un arbitre vicieux. Soutenu par sa fédération, cette dernière n’a semble-t-il pas assez donné de coups bas à l’Algérie qu’elle avait d’ailleurs déjà trahi lors de la préparation de la CAN en annulant un match amical de préparation au Qatar à la dernière minute alors que l’EN misait beaucoup sur cette rencontre. Cette sortie en qualifiant les algériens d’antisportifs est une réelle atteinte. Défendre son arbitre est une chose, mais maintenant ça devient une attaque qui montre bien les intentions vicieuses de la GFF après ce nouveau coup bas qui en dit long sur les raisons qui font que le football ne s’est pas et ne va pas se développer en Afrique.

Voici la traduction du texte de la Fédération Gambienne qui soutient son arbitre :

Bakary Papa Gassama, la fierté de la Gambie et de l'Afrique, a rendu aujourd'hui une visite de courtoisie au président à Football House. Il a exprimé sa joie pour le soutien qu'il reçoit de la Fédération gambienne de football au milieu des comportements antisportifs des Algériens contre sa personne. Le GFF, par l'intermédiaire du président, a réaffirmé sa position en le défendant en cette période très difficile et l'a encouragé à être fort et déterminé comme toujours.

La fédération Algérienne de Football, vient de pondre un communiqué dans lequel elle répond à son homologue gambienne qui avait appelé à ce que la FAF condamne les déclarations du sélectionneur national, Djamel Belmadi, suite à ses déclarations au sujet de l’arbitre Bakary Gassama «La Fédération a déposé une plainte formelle à la Fédération algérienne de football à ce sujet et a formellement demandé à la FIFA et à la CAF d'ouvrir des enquêtes et des procédures disciplinaires contre l'entraîneur en chef de l'équipe nationale de football d'Algérie M r. Djamel Belmadi pour ses remarques sur un clip vidéo et sur une télévision algérienne.» pouvait-on lire dans le communiqué de la GFF. La réaction de la FAF ne s’est pas faite attendre au lendemain de la note de la Fédération Gambienne. Tout en affirmant que le président Amara s’est entretenu avec le président de la GFF Kaba Bajo, la FAF affirme que les deux hommes ont eu un échange courtois lors duquel l’Algérie a expliqué sa position et affirmé qu’elle était dans son droit d’introduire une réclamation tout en étant en accord afin d’œuvrer pour que la situation s’apaise et ne dépasse pas son cadre sportif.

Voici la réponse de la FAF à la FFG :

Faisant suite à la plainte de la Fédération gambienne de football (FGF), dont la Fédération algérienne de football (FAF) a été destinataire, et à travers laquelle elle exprime ses inquiétudes au sujet de l’arbitre M. Bakary Papa GASSAMA, qui a officié le dernier match des barrages des éliminatoires de la Coupe du Monde de la FIFA – Qatar 2022 entre l’Algérie et le Cameroun, le 29 mars 2022 à Blida, le Président de la FAF, M. Amara CHARAF-EDDINE a eu un entretien téléphonique avec son homologue gambien, M. Lamin KABA BAJO.

Les deux hommes ont longuement échangé sur ce sujet, où chacun a expliqué sa position vis-à-vis de ce qui s’est passé, notamment la partie algérienne qui a rappelé qu’elle était dans son droit le plus absolu d’introduire une réclamation relative à un arbitrage ayant pesé, selon elle, sur le résultat d’une rencontre aussi importante que celle qualificative à une Coupe du Monde.

A l’issue de leurs discussions, empreintes de courtoisie, les deux présidents se sont promis d’œuvrer chacun de son côté à apaiser la situation et à laisser les choses dans leur contexte strictement réglementaire, tout en préservant les bonnes relations qu’entretiennent depuis toujours les fédérations des deux pays.

Peut être une image de texte

Deux jours après le communiqué de la FECAFOOT dans lequel l’instance dirigée par Samuel Eto’o a menacé de porter l’affaire devant la commission d’éthique de la FIFA, la Fédération Algérienne de football à réagit pour réponde à son homologue camerounaise. Etonnée de la réaction de président de la FECAFOOT, la FAF a tenu à expliquer une nouvelle fois les raisons qui ont poussés Belmadi à s’exprimer au sujet de l’arbitrage et uniquement l’arbitrage de Gassama lors du match retour des barrages pour la Coupe du monde il y a un mois. Rappelons que Belmadi avait pointé du doigt l’arbitre et même lorsqu’il a cité de personnes qui ont conspirés, il n’avait jamais cité une instance ou désigné ces gens qu’il accuse d’être complices de cet arbitrage qui aura non seulement faussé le résultat de la rencontre mais aussi fait perdre leur lucidité aux joueurs sur le terrain qui devaient alors jouer contre deux adversaires à savoir le Cameroun et l’arbitre de la rencontre qui, pour ne pas dire a provoqué sciemment la défaite des Verts, a commis des erreurs graves dont la conséquence est connue de tous.

Notons par ailleurs que la Fédération gambienne avait elle aussi saisi la FAF pendant la journée pour qu’elle se dissocie des déclarations de Belmadi. Ce communiqué de la Fédération algérienne est aussi valable pour l’instance gambienne qui défend son arbitre.

Voici le communiqué publié par la FAF sur son site officiel :
La Fédération algérienne de football (FAF) a pris connaissance avec étonnement et désappointement le communiqué de presse n°3 publié, dans la soirée du lundi 25 avril 2022, par la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) et signé par son président, M. ETO’O Fils Samuel, et tient à apporter les précisions suivantes :

La FAF, fidèle à sa ligne de conduite, a toujours entretenu d’excellentes relations, amicales et fraternelles avec les fédérations africaines sœurs, et plus particulièrement avec la FECAFOOT, et veillera au renforcement et à la consolidation de ces relations.

La FAF et le sélectionneur national, M. Djamel BELMADI dans l’interview dont fait référence ce communiqué n’ont, à aucun moment, insinué, cité et encore moins accusé la FECAFOOT ou une autre fédération ou bien une instance internationale de quoi que ce soit. Par contre, ils ont à maintes reprises dénoncés légitimement le comportement de certains arbitres dont les décisions et les attitudes ont influé négativement sur le déroulement, voire le résultat d’un match.

La FAF, comme toute autre fédération à travers le monde, a usé de son droit légitime de défendre ses intérêts auprès des instances internationales compétentes, et ce, conformément aux règlements en vigueur.

Aussi, tout comme la FECAFOOT, la FAF est foncièrement attachée aux valeurs et aux vertus du sport, et a de tout temps accepté loyalement les résultats qui étaient en sa défaveur dans un total esprit de fair-play, sans rechigner ni accuser qui que ce soit.

Cela ne peut être le cas lorsque l’arbitrage fausse l’issue d’une rencontre.

Et, l’histoire du football est richement truffée de destins brisés, d’épopées dramatiques, mais aussi d’injustices, notamment d’ordre arbitral.

Dénoncer le comportement de certains arbitres, s’inscrit dans une démarche d’intérêt générale, à laquelle adhère la plupart des acteurs du football, pour le bien et la préservation de l’intégrité du jeu dans notre cher continent auquel nous appartenons et dont nous partageons les valeurs et jalousons son honorabilité et son image.

Pour terminer, la FAF se réjouit d’avance et se fera un réel plaisir d’accompagner la FECAFOOT dans sa quête de mettre toute la lumière sur cette affaire devant la Commission d’Ethique de la FIFA ; car l’Ethique et l’intégrité ont toujours fait partie des principes défendus crânement et en toute circonstance par l’Algérie.

Amara CHARAF-EDDINE
Président de la Fédération algérienne de football

 

Le président de la FAF, Charaf Eddine Amara, s’est exprimé au sujet de la polémique autour des déclarations de Belmadi qui ont fait réagir la FECAFOOT et à sa tête Samuel Eto’o. Ce dernier avait menacé de porter l’affaire devant la Commission d’éthique de la Fifa. N’acceptant pas le fait que le Cameroun ait bénéficié d’un arbitrage favorable, la fédération dirigée par Eto’o à réagit vivement aux propos de Belmadi qui ne visaient pourtant pas la sélection ni la fédération camerounaise mais bien l’arbitre Gassama avec qui l’Algérie avait déjà connu des situations semblables. Suite à cette sortie de la FECAFOOT, le président de la FAF, Charaf Eddine Amara s’est exprimé sur cette démarche des camerounais en affirmant que les accusations du sélectionneur national ne ciblaient pas la sélection du Cameroun mais l’homme en noir qui est une des principales causes de l’élimination de l’Algérie «Que les choses soient claires. Lors de sa dernière interview, le coach national, Djamel Balmadi, n’a à aucun moment ciblé le Cameroun que ce soit en tant que pays ou la fédération. Le sélectionneur national est dans son droit absolu de critiquer un arbitrage que nous jugeons injuste. On en a déjà parlé et nous avions déjà dit que l’arbitrage était scandaleux dans cette rencontre face au Cameroun et que ce n’était pas digne pour un match de cette envergure. De notre côté nous avons usés de nos droits en déposant une plainte et en faisant appel et tout ce qu’il faut. Hormis ça, nous n’avons jamais évoqué la fédération camerounaise ou accusée de quoi que ce soit. Eto’o est un ami et un frère et nous respectons la fédération camerounaise autant que toutes les autres fédérations du continent. Je rappelle que nous étions parmi les premiers à soutenir et encourager la CAN au Cameroun. Eto’o même se souvient de la position de l’Algérie vis-à-vis de l’organisation de la CAN qui avait connu des perturbations. Cela est une preuve que de notre respect envers toutes les fédérations africaines.» a déclaré Amara qui a tenu rappeler à Eto’o les liens d’amitié entre les deux fédérations qui auront certainement encore à travailler ensemble et se recroiser. Amara explique que les propos de Belmadi ont étés soit mal interprétés soit mal compris et sortis de leur contexte pour que la réaction de l’ancienne star du Barça soit aussi virulente «Je pense que les propos de Belmadi ont été mal compris et sortis de leur contexte. Donc je réitère ce que j’ai dit ; à aucun moment nous n’avons attaqué la FECAFOOT ni sous-entendus quoi que ce soit quant à l’intégrité de cette fédération.»