Accédez directement au site compétition

Paul Duarte : «Ce qui m’a le plus inquiété, c’est le jeu de l’Algérie»

 

Le sélectionneur du Burkina Faso, que nous avons accosté en marge de la conférence de presse d’avant-match hier, a accepté de nous parler du parcours de l’Algérie durant la CAN 2017.

L’Algérie, la Côte d’Ivoire, le Mali, le Gabon sont passés à la trappe dès le premier tour. Comment expliquez-vous cela ?

La Coupe d’Afrique est devenue une compétition où personne ne pourrait pronostiquer pour telle ou telle équipe. Elle n’est plus une compétition facile et que chaque équipe peut prétendre battre une autre, et ce, quel que soit son statut. Il faut d’abord que je félicite les huit équipes qualifiées en quarts de finale et souhaiter bonne chance aux entraîneurs qui ont vu leur équipe éliminée. La compétition a été d’un assez bon niveau et ce n’est pas par hasard que certaines équipes, dites petites, à l’image du Zimbabwe et de la Guinée-Bissau, ont réussi de belles prestations. Le seul constat actuel, c’est que les huit équipes qualifiées le méritent amplement. Ceci dit, l’élimination de l’Algérie, de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Gabon constitue une surprises, il faut le reconnaître tout de même.

 

Quelle lecture faites-vous du parcours de l’Algérie et êtes-vous surpris de son élimination ?

Tous les spécialistes, y compris moi, sont surpris de voir l’Algérie quitter la compétition aussi prématurément. Les Algériens ont réalisé un parcours catastrophique. L’équipe a très mal entamé la compétition, mais ce qui m’a le plus inquiété c’est la qualité du jeu qu’elle a montré. L’équipe, qui avait réalisé un excellent Mondial, il y a à peine trois ans, était absente à la CAN. Il y avait une équipe presque inexistante sur le terrain et nous avons vu un groupe d’Algérie sans âme. Ceux qui connaissent cette formation connaissent son jeu fluide et léché, son potentiel technique et physique, savent qu’elle peut faire mieux.

 

Et cela est dû à quoi, selon vous ?

Cette question, il faudra la poser aux responsables de cette équipe. Personnellement, je ne peux répondre du fait que je ne suis pas proche de l’environnement de cette équipe pour  avoir les réponses avec exactitude. Ce qui est sûr, pour moi, l’Algérie était un candidat en puissance pour le sacre final. Elle possède de grands joueurs, qui sont ensemble depuis trois ans. Ils ont une énorme marge de progression et c’est tout à fait logique qu’elle soit placée favorite pour le sacre final. Maintenant, être éliminée avec le rendement que ses joueurs ont montré durant les trois matches est lamentable.

 

Peut-on comprendre par là qu’il y a eu une mauvaise gestion des stars de l’équipe ?

Je pense que c’est une des raisons. Tout le monde connaît le tempérament du footballeur algérien. C’est un joueur chaud et se donne à fond sur le terrain, mais il doit comprendre qu’il doit se fondre dans le groupe et travailler pour le bien de l’équipe. Cette équipe doit avoir un leader sur le terrain et des joueurs qui doivent respecter les décisions du coach. Dans le cas contraire, il ne devrait pas avoir sa place dans ce groupe. Nous avons remarqué que certains joueurs n’ont pas apprécié leur statut et c’est l’une des raisons du faible rendement de l’équipe algérienne dans cette CAN. Cependant, il faudra au nouvel entraîneur plus de temps et se montrer patient avec lui. Je suis sûr que l’Algérie ne va pas tarder à revenir.

 

Pensez-vous que c’est facile de rebondir après un tel tournoi ?

Sincèrement, je suis sûr que l’Algérie va apprendre de ce tournoi raté, car elle a une grande équipe, qui renferme en son sein de grands joueurs. Il y a beaucoup de vedettes et il est fort possible que la force de cette équipe s’est retournée contre elle. Il leur a probablement manqué un peu plus de solidarité. Il y a aussi l’instabilité de la barre technique puisqu’on vient de changer le coach. Ceci dit, l’Algérie possède un énorme potentiel que ce soit en attaque ou dans tous les autres compartiments. C’est une équipe possédant une grosse quantité de joueurs de valeurs, qui évoluent en Europe, je suis sûr qu’elle va revenir et elle est obligée de revenir d’ailleurs.

K. F. 

 

 

Classement