Accédez directement au site compétition

Heddane : «Si Mokdad revient, Mouassa devra partir»

L’affaire Mokdad fait débat au MC Alger. Mustapha Heddane, l’ancien coach du Doyen, livre son précieux éclairage en rappelant ce qu’il avait fait dans un cas similaire.

 

Après un violent accrochage avec son coach, Abdelmalek Mokdad a été autorisé à reprendre l’entraînement, qu’en dites-vous ?

C’est vraiment ahurissant, plus rien ne semble choquer les gens ! Avec tout le respect que j’ai pour le club, le joueur et l’entraîneur, ce qui s’est passé est inimaginable et inqualifiable : dans un pays étranger, en direct à la télévision, il a fallu l’intervention du ministre pour inviter les gens à représenter dignement l’Algérie et ses couleurs. Pendant ce temps, dit au passage, la Fédération n’a pas levé le petit doigt. Après, sans doute à chaud, Omar Ghrib, le premier responsable du MCA, a dit qu’il ne voulait plus de Mokdad. J’ai des informations précises sur ce qui s’est passé ensuite.

 

Partagez-les donc avec nous…

La commission de discipline du MCA a traité le cas. Elle s’est réunie, le joueur a été à juste titre sanctionné au 3e degré pour sa bévue monumentale, cela veut dire l’exclusion sans indemnités. Après, je ne sais par quel moyen, le joueur a été quasiment gracié, il s’en est sorti avec un blâme, il a été ensuite autorisé à reprendre l’entraînement comme si de rien n’était. Je ne trouve pas les mots pour qualifier ça. Cela étant, je tiens à saluer l’attitude d’une personne de la commission de discipline.

 

Qui donc et pourquoi ?

On a appelé les gens ayant siégé dans cette commission pour signer le procès-verbal de la nouvelle sanction. L’un d’eux, Ali Bencheikh en l’occurrence, n’a pas accepté, il a démissionné !

 

Que feriez-vous à la place de Mouassa ?

Si Mokdad revient et qu’on le lui impose, Mouassa devra partir. C’est aussi simple que ça. Son joueur l’a insulté, usant de grossièretés, on en est presque venus aux mains, et vous voudriez qu’il accepte sa réintégration après ?! Vous savez, par le passé, on est partis pour moins que ça. Et je ne tiens pas ce langage pour bomber le torse. J’ai vécu un cas similaire, j’ai été fidèle à cette ligne de conduite. Cela s’est passé en 2012, quand j’avais en charge le MC Saïda, qui était encore en Ligue 1. On jouait à El-Eulma, un joueur a manifesté son mécontentement suite à son changement.

 

De qui s’agissait-il ?

C’était Berramla, je n’hésite pas pour donner son nom. Il avait frappé une bouteille d’eau sur la main courante, aspergeant tout le banc de touche. Moi, j’étais debout. Je l’ai renvoyé définitivement, de suite. Je me suis entretenu avec le président du club. Je lui ai dit que je n’en voulais plus et que la survie du club, qui jouait pour éviter la relégation, en dépendait aussi. J’ai recommandé de le laisser s’entraîner avec les espoirs jusqu’à la fin de saison, le président m’a dit : OK. Une semaine après, il me l’a envoyé à l’entraînement. J’ai terminé la séance, j’ai appelé le président pour lui dire au revoir et merci. Je suis parti, Berramla est revenu et le Mouloudia de Saïda est descendu en Ligue 2 !

H. D.

 

 

 

 

 

Tags:

Classement