Accédez directement au site compétition

USMAn : Les joueurs refusent de s’entraîner

Les Tuniques rouges, qui revendiquent les primes de matchs, sont décidées à aller jusqu’au bout de leur menace. Comme pressenti, elles n’ont pas effectué la séance de lundi comme elles l’avaient menacé la veille.

Arrivés au stade, les joueurs ont attendu la venue des dirigeants dépêchés par la direction pour discuter avec eux et les rassurer.

 

Derahi, Messali et Debbous meneurs

Les deux mandataires, Benothmane Hacène et Chouki Saci constatant qaue les joueurs étaient déterminés ont alors ouvert le débat et tenté de rassurer les joueurs. Ces derniers, menés par Derahi, Messali et Debous, ont alors fait un large réquisitoire sur leur attente et sur tous les sacrifices qu’ils ont consentis pour sauver l’équipe. Malheureusement, estiment-ils, la direction a failli à ses promesses,  ce qui installa une crise de confiance qui n’est pas près de disparaitre. Les deux émissaires de Boudiaf ont promis que le paiement aura lieu mardi et qu’il faut s’entraîner pour éviter toute cassure du rythme physique, ce qui aura une influence négative sur leur forme à la fin de cet exercice durant lequel les recruteurs supervisent.

 

Les joueurs quittent les vestiaires et s’en vont

Mais les joueurs constatant que le concret n’y est pas ont répondu qu’ils ne croient plus aux promesses et qu’ils ne reprendront les séances qu’une fois l’argent versée. Et c’est sur cette position qu’ils ont décidé de quitter les vestiaires avec leur sac sur le dos et de prendre leur voiture laissant pantois les deux dirigeants qui ne savaient plus quoi faire face à un pareil défi. «Nous ne reprendrons que lorsque nous aurons encaissé notre argent. Il n’est plus question de s’alimenter avec les promesses. Celles-ci ont trop duré et il faut arrêter ces scénarios car nous n’avons plus confiance dans cette direction», lance un joueur en se placant au volant de sa voiture avant de démarrer en trombe.

 

Les comptes du club bloqués

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, voilà qu’une source très au point des affaires du club nous apprend que les comptes du club viennent d’être bloqués suite aux plaintes de Saci  Khaldona, celui-là même qui,  à un certain moment, avait envisagé de se porter candidat à la présidence du club, réclamant le règlement des sommes que lui doit le club depuis quelques saisons relatif à la prise en charge des joueurs par ses établissements.

 

La Belle étoile réclame 3,3 milliards

Pour rappel, l’équipe sous le mandat de Menadi avait souvent élu domicile chez Khaldona pour la restauration. L’hôtelier propriétaire de la Belle étoile réclame pas moins de 3,3 milliards de facturation. Une somme jugée excessive et gonflée, selon un dirigeant qui indique qu’à l’examen des factures et de la situation l’administration du club, il s’est aperçu que de nombreux repas ont été facturés durant la période du Ramadhan, ce qui est en contradiction avec l’agenda du club. Par ailleurs, d’autres repas on ont été facturés dans des périodes durant laquelle l’équipe se trouvait en déplacement. Des situations somme toute contradictoires et embarrassantes, selon ce dirigeant qui veut garder l’anonymat et qui en veut beaucoup à Menadi. «L’affaire devrait être traduite en justice. Il faut situer les responsabilités», estime-t-il.

 

Boudiaf continue d’éviter de parler aux joueurs

De son côté, le président Boudiaf, qui évite de s’afficher en public, continue d’entretenir le suspense. Attendu pour affronter les joueurs de face pour leur parler et les rassurer, il continue de se cacher, pretextant à chaque fois un voyage d’affaires à Alger ou une mission professionnelle importante et préfère déléguer plutôt ses collaborateurs les plus crédibles et les plus estimés par les joueurs. Cependant, cette fois-ci, le coup n’a pas marché. Benothmane est certes très populaire auprès des joueurs, mais le vase était trop plein pour les convaincre ou leur faire changer d’avis.

 

Le match face au MOC risque de mettre le feu aux poudres

Ils étaient décidés et Boudiaf sait mainteanat qu’il vient de consommer ses derniers atouts. Alors, selon un de ses proches, il ne lui reste plus qu’à affronter ses joueurs et désamorcer la bombe avant le match face au MOC qui peut lui aussi connaître différentes interprétations qui risquent de pousser à l’éclatement. Boudiaf sait-il que la situation est explosive et qu’il joue avec le feu ? Ses adversaires l’attendent au tournant.

B. R.

Tags:

Classement