Accédez directement au site compétition

ESS : Sétif, taille champion

Et de six pour l’Entente sétifienne qui assoit sa suprématie sur le football algérien en s’offrant un deuxième titre de champion de suite, le sixième de son histoire.

L’Aigle noir, assurément la meilleure formation de cette saison comme celle de l’année dernière, aura fait montre d’une extraordinaire régularité. Pas le moindre point concédé dans son antre, le 8-Mai tout au long de la saison. Il faut le faire. Championne en titre, la formation sétifienne va, pourtant, entamer le championnat l’été dernier dans la peau d’un outsider, et ce, après le départ de beaucoup de ses cadres. D’aucuns avaient pensé que l’ESS n’avait pas les moyens de défendre son titre : «Elle sera débordée par d’autres formations autrement mieux armées et bien plus affamées, comme l’USMA, le MCA ou encore la JSK et peut-être même le CRB et l’USMH.» Qu’à cela ne tienne, l’Entente sétifienne démarre en trombe et aligne performance sur performance. Dès le coup de starter, les Noir et Blanc prennent la corde et imposent leur rythme. La première ligne droite avalée, Sétif est devant. L’USM Alger, que tous les observateurs donnent archi favorite pour le sacre, reste au contact, mais éprouve de la peine à prendre la tête. A l’entame du premier virage du championnat, l’Entente fait cavalier seul, à peine si de temps à autre El-Harrach se hisse à sa hauteur avant de se voir dépasser dans la semaine qui suit, par une équipe décidément prenant le mors à pleines dents, arrivant au galop. La course au titre honorifique de champion d’hiver est lancée, l’ESS ne lâche pas la bride, toujours à la corde, elle gagne d’une tête. Un titre amplement mérité au vu de ce qui a été réalisé en cette première partie du parcours. «Il reste  toute une phase retour à disputer et n’arrivera au bout que celui qui aura ménagé sa monture»,  disait-on à la fin du mois de décembre dernier dans certains cercles des initiés. Mais Hubert Velud en bon coach avait pris le soin, justement, de ménager sa monture et semble bien décidé à aller le plus loin possible en championnat pour que l’ESS succède à elle-même.

Les prétendants font allusion… seulement allusion

Janvier, on se lance dans la deuxième partie de la course. Toujours devant, bien installé à la corde, le club sétifien ne concède rien à ses concurrents directs. Delhoum et ses camarades multiplient les bons résultats, en plus du plein qu’ils font à la maison, ils n’hésitent pas à aller grappiller des points par-ci, par-là. A mi-chemin, en cette deuxième phase du championnat, ils creusent l’écart. El-Harrach, qui était à une encolure derrière, pointe désormais à quatre longueurs. Le MCA, qui avait fait allusion un certain moment, reste dans le sillage certes, mais en faisant la course «à l’extérieur», perd du terrain en concédant des points, tout bête, à domicile face à des cabochards. L’USMA, que les bookmakers avaient donné gagnante à cent contre un, éprouve toutes les peines du monde à suivre la cadence imposée par l’Entente qui, pleine de fraîcheur, prend le large et entame la dernière ligne droite tout en puissance. A quelques encablures du poteau, beaucoup de prétendants lâchent prise et se battent clairement pour une place d’accessit. Au bout d’une course haletante, au prix d’un remarquable effort, Sétif sème tout le monde. A  trois journées de la fin du championnat, l’ESS s’impose en championne virtuelle, elle valide son ticket à deux journées de la fin. Une victoire logique pour l’équipe qui, sans faire trop de bruit, a su s’imposer, grâce à l’abnégation d’une équipe dirigeante lucide, ayant fait preuve d’un remarquable pragmatisme en matière de gestion. L’ESS championne, c’est aussi un staff technique, en plus d’être des plus compétents, sait où il va. L’ESS championne, c’est la récompense du travail et du sérieux.

Enfin, l’ESS championne, c’est aussi et surtout la récompense d’un groupe de joueurs unis, d’un vestiaire bien géré.

M. O. 

 

L’Entente ou la légende du second souffle

 

Entre mythe et réalité, le légendaire second souffle de l’Entente sétifienne a traversé les périodes du football algérien et constitue encore le signe particulier d’un club au palmarès éloquent. Un trait qui coïncide avec la grande histoire de l’Aigle noir avec Dame Coupe, cette épreuve qu’il a dominée dès les premières années de l’indépendance avec cette hargne et cette endurance qui avaient valu au club d’Aïn El-Fouara de brandir le premier trophée le 12 mai 1963 au stade Municipal d’Alger (actuel stade du 20-Août) après deux finales et 210 minutes de jeu face aux Mostaganémois de l’ESM. Les infatigables  lauréats sétifiens de cette année-là avaient pour nom Ferchichi, Bourouba, Mattem et consorts. Et ils cultivaient déjà ce qui allait constituer le point fort des Sétifiens redouté par tous leurs adversaires. Cela se traduisait très nettement sur le terrain par des ressources physiques exceptionnelles qui permettaient à chaque fois aux Sétifiens de s’imposer dans les ultimes moments de leurs matches. L’explication de ce phénomène variait selon ceux qui tentaient d’en tirer les conclusions les plus pragmatiques, mais celle qui a retenu mon attention est sans aucun doute celle d’une figure emblématique de l’Entente à qui j’avais demandé un jour à quoi était dû au juste ce fameux second souffle sétifien. Le regretté Mokhtar Arribi me dit ceci à ce sujet : «On a tendance à lier ce second souffle au fait que les joueurs sétifiens sont issus des Hauts Plateaux. Mais, en fait, il y a aussi une explication psychologique qui tient de cette volonté inébranlable et qui émane de la préparation mentale des joueurs avant un match. Chez nous à Sétif on a toujours accordé une grande importance autant à la préparation physique que psychologique et c’est cela je pense qui a donné naissance au second souffle dont tout le monde parle.» Sur le terrain, les générations se sont succédée mais le trait atypique de l’Entente demeurait intact : de Salhi, Koussim et Gâaga à Adjissa, Zorgane et Adjas, le second souffle de l’Aigle noir n’a pas pris la moindre ride et fait encore frémir aujourd’hui les équipes les plus huppées du football national.

M. T.

 

Les chiffres du champion

Par Abdelghani Talbi

Cinq sur Cinq

 

1 COACH, un seul, Hubert Velud a su mener de bout en bout la barque sétifienne, il termine  en force en tant que Best Coach et échappe à la valse des entraîneurs qui a fait ravage, cette saison.

2 GARDIENS. La cage de l’Entente a été gardée par Khedaïria, il n’a cédé que deux fois sa place au jeune Ghoul. Cela lui permet d’être l’un des plus réguliers dans ce poste.

3 NULS dans les derbies à l’extérieur. L’Entente a obligé le MCEE, le CSC et le CABBA au partage des points avant de battre le CAB. Les Sétifiens sont les rois à l’Est en restant invaincus dans les derbies.  

4 PENALTIES. Tous transformés, les Sétifiens présentent un taux de réussite parfait grâce à la bonne adresse d’Aoudia (3 fois) et le jeune Ogbi. C’est la seule formation à n’avoir jamais raté un penalty.   

5 VICTOIRES consécutives. C’est cette performance, réalisée dès le début de la phase retour, qui a permis à l’Entente d’échapper à ses poursuivants, notamment l’USMH. Il s’agit de la meilleure performance de la saison dans ce domaine et seul l’USMA a pu faire un parcours semblable. 

 

Les étoiles

9 dans le Top 50

En plus de la réussite collective, les Sétifiens se sont illustrés sur le plan individuel. La plupart ont réussi à se placer parmi les joueurs les plus notés par nos journalistes et correspondants. Le plus en vue est le défenseur Ziti ainsi que le milieu Karaoui. Mais le plus surprenant est le toujours jeune Belkaïd qui, malgré ses 36 ans, figure parmi les meilleurs joueurs du championnat. Du côté des gardiens, Khedaïria est, tout simplement, le meilleur avec pas moins de 94 points récoltés en 27 matches. A signaler qu’ils sont neuf Sétifiens à figurer dans le Top 50.  

 

Khedaïria

94

Ziti

85

Karaoui

84

Belkaïd

83

Benabderrahmane

58

Legrâa

80

Gourmi

71

Delhoum

70

Djahnit

67

Aoudia

64

       

Les buteurs

Aoudia en dauphin

La force sétifienne réside dans le fait que le danger vient de partout. Ils sont, en effet, 16 joueurs à avoir marqué au moins un but cette saison, le meilleur est le centre-avant Aoudia qui a conclu 11 fois et qui se place comme le dauphin du Soulier d’or, Djallit. Il y a aussi Nadji, Djahnit, Madouni et Delhoum qui figurent parmi les meilleurs cannoniers du championnat. Ces cinq joueurs représentent à eux seuls plus de 65% de l’efficacité sétifienne.    

 

Buteurs

Total

A dom

En Depl

Aoudia (ESS)

11

10

1

Nadji (ESS)

7

7

0

Djahnit (ESS)

5

3

2

Madouni (ESS)

5

3

2

Delhoum (ESS)

5

4

1

Okbi (ESS)

4

3

1

Chalali (ESS 3+JSK)

3

1

2

Touili (ESS)

2

1

1

Ziti (ESS)

2

2

0

Karaoui (ESS)

2

2

0

Soltani (ESS)

1

0

1

Kofi (ESS)

1

0

1

Goumri   (ESS)

1

1

0

Lakhdari (ESS)

1

1

0

Benabderrahmane (ESS)

1

1

0

Ferrahi (ESS)

1

1

0

Buts contre son camp

2

1

1

 

54

31

13

 

 

Les gardiens

Khedaïria en Number One

Lorsqu’il a atterri à Sétif, Khedaïria ne savait pas qu’il allait devenir en l’espace d’une saison le gardien number one de l’Entente, il a gagné ses galons de titulaire, confirmé son talent et réussi à devenir le meilleur gardien de la Ligue 1. Un parcours impressionnant pour le Franco-Algérien qui a été l’élément le plus régulier de l’effectif de Velud, il n’a raté que deux rencontres. Khedaïria a raté de peu le record d’invincibilité des gardiens que détient  Zemmamouche. Son remplaçant, Ghoul, n’a joué que deux fois (conte la JSS et la JSK).

 

 

Chrono

d’invincibilité

Matches

joués

Buts

encaissés

Khedaïria

492’

27

23

Ghoul

117’

2

1

 

Rapport offensif

1 but toutes les 48 minutes

Si l’Entente est championne, c’est surtout grâce à sa ligne d’attaque qui a frappé 54 fois en 29 matches, cela lui donne un rapport d’une réalisation toutes les 48’ de jeu. Les Sétifiens sont les meilleurs dans le challenge offensif, mais pas sur le plan  défensif où ils sont 7es, à cause notamment des derniers matches de la saison (8 buts seulement encaissés lors de la phase aller).

Un simple regard sur le timing des buts (voir tableau) nous confirme que  l’ESS  présente cette particularité de mettre du temps pour roder la machine. En effet, les Sétifiens attendent le 2e quart d’heure pour retrouver son efficacité, 9 buts contre 5 pour le début du match. La fin de la première période est encore plus fertile avec  11 réalisations, même scénario pour la 2e mi-temps avec pas moins de 11 buts pendant la période intermédiaire. A signaler que la défense a tendance à perdre sa solidité dans les ultimes moments du match (9 buts dans le dernier quart d’heure dont 3 dans le temps additionnel).

 

Période

de jeu

Attaque

Défense

De 0 à 15’

5

3

De 16 à 30’

9

5

De 31 à 45’

11

4

De 46 à 60’

9

2

De 61 à 75’

11

1

De 76 à 90’

9

9

 

54

24

 

 

A Domicile

Le carton plein

L’Entente est restée intraitable chez elle avec 14 victoires en autant de matches (reste le dernier match contre le CSC). La bande à Velud est donc la meilleure formation à domicile, elle va tenter de rester invincible et d’être la 4e formation dans l’histoire, après la JSK, le CRB et l’USMA à réaliser le carton plein à domicile.  

 

J

Rencontre

2e

ESS 6-CAB 0

4e

ESS 3-WAT 1

6e

ESS 1-USMA 0

8e

ESS 1-JSMB 0

10e

ESS 1-CRB 0

12e

ESS 3-MCA 1

14e

ESS 3-CABBA 1

16e

ESS 3-MCEE 1

18e

ESS 1-USMH 0

20e

ESS 1-JSS 0

22e

ESS 4-MCO 1

24e

ESS 4-USMBA 0

26e

ESS 4-ASO 1

28e

ESS 4-JSK 1

 

 

 

 

J

Pts

perdus

G

N

P

Bp

Bc

ESS

14

0

14

0

0

39

7

 

 

En déplacement

 

17 points dont 9 à l’Ouest

Les Sétifiens sont champions grâce à leur invincibilité à domicile, mais aussi grâce à leur solidité en déplacement. En effet, l’Entente fait partie des trois équipes qui savent voyager (aux côtés de l’USMH et le MCA), elle a surtout gagné 4 fois dont trois fois à l’Ouest du pays (Oran, Tlemcen et Bel-Abbès) 

 

J

Rencontre

1er

MCEE 1-ESS 1

3e

USMH 0-ESS 0

5e

JSS 1-ESS 0

7e

MCO 0-ESS 2

9e

USMBA 0-ESS 2

11e

ASO 2-ESS 1

13e

JSK 1-ESS 1

15e

CSC 0-ESS 0

17e

CAB 1-ESS 2

19e

WAT 1-ESS 2

21e

USMA 1-ESS 0

23e

JSMB 2-ESS 1

25e

CRB 4-ESS 1

27e

MCA 3-ESS 1

29e

CABBA 0-ESS 0

 

 

 

J

Pts

gagnés

G

N

P

Bp

Bc

ESS

15

17

4

5

6

14

17

 

Effectif

26 joueurs sous la main

Velud a peut-être l’embarras du choix, mais il n’a sollicité que 22 éléments durant toute la saison, il s’est surtout reposée sur une ossature imperturbable formée par le  gardien Khedaïria, les défenseurs Ziti, Legraâ et l’expérimenté Belkaïd, mais le plus régulier avec 28 matches est le virevoltant Gourmi qui n’a raté que le match d’El-Harrach lors de la 3e journée. Il y a aussi  le métronome Karaoui, le stratège Delhoum ainsi que Djahnit, Ferrahi et Benabderrahmane qui ont atteint le cap de 20 matches. En termes de minutes jouées, la palme revient au gardien Khedaïria et son défenseur Ziti avec 2430 minutes.   

 

 

 

 

Joueurs

Nb de

matches

Nb de

minutes

Gourmi

28

1952

Khedaïria

27

2430

Ziti

27

2430

Legraâ

27

2342

Belkaïd

25

2225

Karaoui

25

2034

Delhoum

23

1968

Djahnit

23

1719

Ferrahi

21

994

Benabderrahmane

20

1683

Aoudia

19

1581

Madouni

18

1114

Ogbi

18

1009

Tiouli

18

646

Naïdji

14

767

Chalali

13

818

Lakhdari

11

790

Koffi

8

316

Soltani

7

375

Benchadi

7

271

Barry Demba

5

372

Mammeri

5

450

Annab

3

54

Ghoul

2

180

Amokrane

2

90

Ammour

2

9

 

 

Bon à savoir

0 carton rouge

L’Entente pourrait terminer la saison avec un tableau vierge au niveau des  expulsions. En effet, sur les 46 cartons rouges distribués par les arbitres depuis la 1re journée, aucun n’a été adréssé aux joueurs de Velud. En revanche, c’est ce dernier qui en a pris un contre le CRB, ce qui lui a valu une suspension de 2 matches. Pour ce qui est des avertissements, on note 71 signalisations pour les 29 matches, soit un rapport de 2,4 par match. Le plus visé est Karaoui qui a comptabilisé 8 cartons jaunes.

 

Voici  la répartition des 71 cartons

Noms

 

Karaoui

8 avts

Belkaïd

7 avts

Delhoum, Lagraâ, Khedaïria

6 avts

Gourmi

5 avts

Ogbi, Aoudia

4 avts

Ziti, Lakhdari

3 avts

Ferrahi, Madouni, Djahnit, Benabderrahman, Touili, Djahnit Chalali

2 avts

Ghezali, Demba, Soltani, Ghoul, Koffi

1 avt

 

 

Les artisans du 6e titre

 

L’Entente de Sétif, à la fin de la saison passée, après avoir remporté le doublé (le titre du championnat et la coupe d’Algérie), a vécu une saignée. 14 joueurs ont quitté l’ESS à l’intersaison et 12 nouvelles recrues sont venues, malgré cela, elle a conservé sa stratégie de jeu. Ella a joué les premiers rôles et a réussi à remporter pour la sixième fois dans son histoire et la deuxième fois consécutive le titre de championne d’Algérie grâce au staff technique, au staff dirigeant, aux joueurs ainsi qu’au public.

 

Joueurs 

Khedaïria, El-Ghoul, Benkhoudja, Saadoune, Ziti, Mammeri, Lagraâ, Benchadi, Djarroudi, Arroussi, Mellal, Belkadi, Amokrane, Belkaïd, Benabderrahmane, Lakhdari, Delhoum, Karaoui, Djahnit, Ferrahi, Okbi, Tiouli, Madouni, Nadji, Gourmi, Koffi, Aoudia

 

Staff technique

Velud (entraîneur en chef), Madoui (entraîneur adjoint), Benammer (entraîneur des gardiens), Ammar Boumiliat

 

Staff administratif

Hamar (président de club), Arab (président du conseil d’administration), Sensaoui (trésorier), Djarroudi (directeur administratif), Zaghleche (vice-président), Mouloud Ansser (chargé de l’investissement), Chamsa (membre), Khabchache, Bourahla (chargé des délégations étrangères)

 

Staff médical

Kari (médecin), Fellahi (kiné), Tiaïba (masseur)

 

 

Paroles de champions

 

Aoudia : «Notre titre est mérité»
«Dieu merci, notre titre est mérité. Le public y est pour beaucoup, car il nous a toujours soutenus dans les moments difficiles. Rien que pour lui, je me suis défoncé pendant toute la saison.»

 

Delhoum : «Depuis le début de saison, je ne pensais qu’à cela»

«Depuis le début de la saison, je ne pense qu’à une chose : comment réaliser les victoires et remporter le titre du championnat pour la deuxième fois consécutive. Je sais que cette opportunité ne se présentera pas chaque année, pour cela, on a fait ce qu’il fallait faire et on a réussi.»

 

Khedaïria : «Je suis très fier…»
«Depuis mon recrutement, j’ai tout de suite compris que je suis dans un grand club qui joue pour les titres et que je serai en fin de saison recomposé. Cela est arrivé à la fin. Je suis champion d’Algérie dès ma première saison, c’est formidable.»

Belkaïd : «Les titres sont plus chers que l’argent»
«Jai remporté beaucoup de titres dans ma carrière footballistique. Ce titre de champion d’Algérie restera le meilleur. Nous avons confirmé que l’Entente est un club des titres et, pour moi, les titres sont plus chers que l’argent.»

Ziti : «C’est un honneur pour moi d’être parmi l’effectif»

«Le plus important pour nous, c’était de conserver le titre du championnat que l’Entente a remporté la saison passé et, hamdoullah, nous avons réalisé l’essentiel.»

 
Benabderrahmane : «C’est le 1er titre de ma carrière»

 «Franchement, je ne trouve pas les mots pour m’exprimer. Je suis très heureux par ce titre qui est le premier dans ma carrière footballistique.»


Karaoui : «Un grand merci au public»
«La vérité, ce titre de champion est mérité. Je dirais que notre public a contribué dans ce sacre avec un grand pourcentage et nous a aidés beaucoup dans les moments difficiles à remporter ce titre haut la main.»

Djahnit : «Nous étions déterminés»
«Nous avons affronté toutes les équipes soit à Sétif ou à l’extérieur, avec une détermination pour gagner. Nous avons réalisé de bons résultats à l’extérieur, ce qui nous a aidé à améliorer notre capital points et décrocher le titre.»


Benchadi : «Tous les joueurs avaient rendez-vous avec l’histoire»
«Dès le début de la saison, nous savions que nous avons un rendez-vous avec l’histoire si on arrive à remporter le titre pour la sixième fois consécutive.»

Gourmi : «3 titres en 2 saisons, c’est génial»
«Avant toute chose, je tiens à dire que réaliser trois titres en deux saisons est une chose extraordinaire pour moi qui est venu à Sétif pour essayer de relancer ma carrière en championnat algérien.»


Mammeri : «Je savais qu’en venant à l’ESS, j’allais gagner des titres»
«Je savais qu’en venant dans un club comme l’ESS j’allais gagner des titres. C’est extraordinaire ce que je suis en train de vivre dans ce club.»

 

Okbi : «Je suis très heureux»

«Je suis très heureux de ce premier titre de champion dans ma vie footballistique après la coupe du monde militaire. Je suis très fier.»

 

Lagraâ : «Je dédie ce titre à ma famille»

«C’est un honneur pour moi de contribuer à la réussite de mon équipe et remporter le titre de champion d’Algérie qui est le premier dans ma carrière et qui restera gravé dans ma mémoire.»

K. A.

 

 

Tags: ,

Classement