Accédez directement au site compétition

CAF : Vers la création d’une Super Ligue ?

La décision de l’instance que dirige le Sud-Africain Patrice Motsepe de fixer aux associations membres la date de l’envoi des noms des clubs participants à la C1 et la C3 au 30 juin prochain met ces dernières dans une situation très compliquée.  

On sait déjà, qu’exceptée la Tunisie qui connaît déjà son champion,  tous les autres pays seront à mi-chemin au 30 juin prochain de leurs championnats respectifs. Pourquoi donc la CAF impose cela à ses membres ? À qui profitera cette décision et surtout comment la CAF pourrait s’attendre à des retours favorables des fédérations, elle qui connaît la situation de chacune d’elles dans les détails ? L’une des explications avancées par les observateurs aguerris est que la CAF «a un plan B, qui est en réalité un plan A, ou pourrais-je dire, le seul plan auquel toutes les fédérations devraient se soumettre. «La Super Ligue Africaine», nous dira un ancien membre de la Confédération africaine de football.  

 

Les clubs permanents et les invités

Le nouveau président de la CAF Patrice Motsepe aurait émis le vœu de créer une Super Ligue africaine qui remplacerait la future-ancienne Champions League. Le principe est identique à à celui de celle qui a failli avoir lieu en Europe, sauf que celle-ci n’émanera pas des clubs, mais sera sous le contrôle de la CAF et de la FIFA. L’idée est de créer un championnat africain qui regrouperait 20 des meilleurs clubs du continent. Il y aurait, selon des rumeurs, des clubs permanents, mais on en sait pas combien. On parle du Ahly et du Zamalek en Egypte, du WAC et du Raja au Maroc, de l’EST et de l’ESS en Tunisie, de la JSK et de l’Entente de Sétif en Algérie, du TP Mazembe du Congo,   d’Orlando Pirates ou Sundowns d’Afrique du Sud, d’Al Hilal ou d’Al Merreikh du Soudan, d’Iniyemba du  Nigeria, de l’Asec Mimosa de la Côte d’Ivoire, du Stade Malien du Mali, du Coton Sport du Cameroun... Des invités chaque année compléteront la liste pour arriver à 20 clubs. Pour le moment, la formule et les détails de cette compétition n’ont pas fuité ou communiqué, mais des indiscrétions parlent déjà d’une grande bataille en coulisses entre des géants d’Afrique pour en faire partie et y être inscrits comme permanents.  

 

20 M € pour le vainqueur, mais 19 déplacements en Afrique…

C’est un secret de polichinelle, la Champions League dans sa formule actuelle ne génére pas assez d’argent pour les clubs et surtout pour la CAF. Motsepe veut changer cela en créant cette super League qui, d’après nos amis égyptiens, pourrait permettre au gagnant d’empocher au minimum  20 millions €, soit 10 fois plus que ce qu’a touché Al Ahly gagnant de la dernière édition, 2,7 M $. Beaucoup s’interrogeront sur la source de tout cet argent, mais Motsepe, ou quel que soit le concepteur de ce projet, pense que le diffuseur exclusif de cette compétition à lui seul peut largement couvrir les primes et les dépenses des équipes participantes, sans compter les annonceurs et les partenaires qui vont selon lui se bousculer pour accompagner cette compétition. Après, et c’est important de le signaler, les heureux clubs qui seront choisis pour y prendre part devront pouvoir assurer 19 déplacements en Afrique, peut-être un peu moins vu qu’ils y auraient des pays qui auront 2 clubs inscrits dans cette compétition, avec des vols speciaux si la pandémie ne s’estompe pas, ce qui est, il faut l’avouer, pas à la portée de tous, sûrement pas à nos deux meilleurs clubs en Afrique la JSK et l’ESS, en l’occurrence. Quoi qu’il en soit, si ce projet voit le jour, cela provoquerait un tsunami en Afrique, et pas seulement chez les petits clubs qui n’auront que la CAF pour se consoler, mais aussi pour des pays comme l’Algérie où pas moins de 5 équipes voudraient, devraient et mériteraient vraiment d’y prendre part.

  1. B.

 

Classement