Équipe nationale

Coup d’envoi de la coupe arabe à Doha : La course aux 5M$ débute aujourd’hui

Coup d’envoi de la coupe arabe  à Doha

La course aux 5M$ débute aujourd’hui

Grande répétition générale à un an de la Coupe du monde ; la coupe arabe de la FIFA débute dès aujourd’hui au Qatar avec 6 sélections africaines en lice : la Mauritanie et la Tunisie (Groupe B), le Maroc (Groupe C), l’Algérie, l’Egypte et le Soudan (Groupe D).

Très médiatisée, contrairement aux précédentes éditions, dont la dernière, qui s'était déroulée en 2012 en Arabie saoudite a été remportée par le Maroc, cette édition constitue une répétition générale avant la Coupe du monde 2022, puisque le Qatar compte épater le monde en matière d'organisation.

Côté compétition, on aura droit dès aujourd’hui à un duel 100% africain avec l’affiche, devenue classique ces dernières années, entre la Tunisie et la Mauritanie, suivie du match entre l’Irak et Oman à 14h, avant un 3e match où évoluera le pays organisateur, le Qatar face au Bahreïn. Ce dernier sera considéré comme le match d’ouverture. Il ne sera pas le dernier de cette première journée puisque les Emirats et la Syrie joueront un 4e match à partir de 20h.

Pour ce qui est des Verts, leur entrée en lice est attendue demain matin à 11h contre le Soudan. Un match et une participation pleine d’espoir pour l’équipe qui tentera d’aller au bout de cette compétition. Cela permettra aux joueurs sélectionnés de briller et de postuler pour des places chez les A. Certains y sont déjà et bénéficieront de rencontres en plus dans les jambes, histoire de garder le rythme avant l’expédition camerounaise.

Un autre enjeu motive les 368 joueurs attendus dans les 6 stades retenus pour ce tournoi. Il s’agit des primes réservées aux participants, notamment les alléchants 5 millions de dollars promis au vainqueur. Près de 100 milliards que CEA mettrait bien dans les caisses souffrantes de sa Fédération pour booster les projets déjà en cours.

  1. M. A.

Le groupe s’entraîne au complet

Après un premier entraînement avec un groupe incomplet samedi suite à l’absence de quelques joueurs, et une 2e séance à laquelle Tougai n’a pas pris part pour cause d’un léger bobo, les Verts se sont entraînés dimanche et hier au complet, en présence de tous les joueurs. Ce qui a permis à Bougherra de mettre en place la première pierre de son onze ce mercredi.

Une séance vidéo hier

Pour ce 3e jour de l’EN à Doha, les joueurs se sont retrouvés pour une séance vidéo concoctée par le coach et son staff, et ce, à 13h45, peu avant leur 3e entraînement.

Test PCR ce matin au QG des Verts

En prévision de la première rencontre de l’EN, prévue demain contre le Soudan, les joueurs de l’EN ainsi que les staffs concernés seront soumis ce matin à 10h au test PCR anti-Covid.

C’est au niveau de l’hôtel Grand Hyatt Doha, lieu de résidence de l’équipe nationale, qu’auront lieu les prélèvements.

 

Bougherra et Mbolhi en conférence ce matin

L’entraîneur des A’ Madjid Bougherra animera une conférence de presse ce matin à 9h30 au stade Ahmad-bin-Ali de Doha, et ce, 24 heures avant son match contre le Soudan.

C’est l’une des rares fois où le coach de l’EN A’ fait face aux médias, puisque, jusque-là, il s’est contenté d’une seule conférence après le match d’Oran ainsi que quelques apparitions  en vidéo sur la chaîne de la FAF. A noter que Bougherra sera accompagné de son capitaine, le gardien Rais Mbolhi.

Après son remplacement, Benrahma a demandé des explications à Moyes

Après son remplacement

Benrahma a demandé des explications à Moyes  

Dimanche dans le choc face à Manchester City, Saïd Benrahma a été sorti à l’heure de jeu. Sur le coup, tout le monde pensait que son entraîneur l’a remplacé après l’avoir vu boitiller un peu à la suite d’une mauvaise chute quelques minutes auparavant mais d’après le site Hammers-news, Saïd Benrahma n’était pas content,

d’ailleurs, la caméra l’a surpris en train de discuter avec David Moyes à sa sortie du terrain. ‘’Pourquoi vous m’avez remplacé’’, demandera-t-il à son coach, une décision qualifiée de courageuse car le coach écossais est réputé pour être très sévère avec ses joueurs, les images ont pourtant montré le contraire, Moyes en train de tenir Saïd Benrahma par la main et lui expliquer pourquoi il avait décidé de le remplacer. Il faut dire qu’à l’instar de pratiquement tous les attaquants, Benrahma a fait un match moyen, les médias londoniens ne l’ont pas raté après sa prestation moyenne à Manchester, dire que les mêmes journalistes l’avait encensé pour son rendement face à Liverpool, Saïd Benrahma sera obligé de vivre avec cette pression médiatique au Royaume-Uni car il y a toujours beaucoup plus d’attentes de leur part de l’international algérien.

Pourtant, c’est quelqu’un de réservé

Si on a osé spéculer sur l’attitude de Saïd Benrahma après son remplacement, c’est parce qu’il ne s’est jamais comporté de la sorte, étant quelqu’un de réservé et timide, l’ancien attaquant de Brentford a toujours eu de bonnes attitudes, certes il a juste demandé des explication à son coach sans hausser le ton ou fait un geste déplacé mais certainement il était frustré de quitter le terrain dans ce match qui l’opposait à son capitaine en sélection nationale, Ryad Mahrez, auquel il voulait jouer un mauvais tour et en même temps à son équipe Manchester City, c’est la seule explication qui justifie sa réaction au moment de son changement.

Sera-t-il puni ?

Outre sa prestation qui n’a pas été bonne, il y a cet échange avec David Moyes qui n’est pas du genre à badiner avec la discipline et selon nos confrères en Angleterre, pour le sanctionner, David Moyes pourrait le laisser sur le banc de touche demain pour la rencontre contre Brighton, c’est la presse qui l’avance, toujours est-il que David Moyes qui n’a pas commenté après la défaite à Manchester ne devrait sanctionner un de ses atouts offensifs pour une simple petite réaction négative de sa part. Attendons le match de demain soir pour mieux le voir.

 

                  M.S

EN A': Voilà à quoi ressemblera le onze des A’ face au Soudan

Bougherra ne s’éloignera pas des 2 schémas tactiques des A

Voilà à quoi ressemblera le onze des A’ face au Soudan

Madjid Bougherra fait face au souci du manque de temps pour préparer convenablement son onze pour le coup d’envoi de la Coupe arabe, prévu ce mercredi pour les Verts.

Avec 3 séances pour certains éléments, et 4 pour les plus chanceux, il est clair que la mission d’aligner un onze homogène s’annonce difficile. Dans ses déclarations à la presse, Bougherra n’a pas arrêté de mentionner l’expérience du mois de juin lorsqu’il a pu, en 4 jours, monter une équipe qui a déroulé contre l’équipe première du Liberia au stade d’Oran (5-1).

C’est donc fort de cette expérience que Bougy s’apprête à se lancer dans cette aventure arabe. Les données vont changer, car le niveau et les profils des équipes ne seront pas les mêmes que celui du Liberia, ni même les atouts qu’il aura sous la main.

A en croire les propos de Bougy, le fait de convoquer un maximum de joueurs de la liste élargie des A est un gage de réussite de ses plans d’urgence. Cela veut dire que l’équipe nationale des A’ devrait aligner, au moins dans ce premier match contre le Soudan, un onze proche de celui que Belmadi a l’habitude de faire jouer. Ce qui nous renseigne quelque peu sur les intentions de Bougherra pour cette rencontre en matière de choix de joueurs.

En effet, en recoupant cette intention du coach et ses propos à Oran en juin, lorsqu’il a évoqué la nécessité d’utiliser les mêmes schémas que les A, dans le cadre d’un projet de jeu avec l’unique objectif de préparer les joueurs pour rejoindre l’équipe A plus tard, on peut déduire que Bougy ne prendra pas des risques, tactiquement, durant cette compétition. Pour l’EN, ça sera entre le 4-2-3-1 ou le 4-1-4-1, soit les deux dispositifs tactiques utilisés par Belmadi chez les A. L’architecte de la 2e étoile africaine aligne habituellement une sentinelle aux détriments d’un 2e attaquant lorsqu’il s’agit d’affronter des équipes dangereuses. Ce qui nous pousse à penser que Bougherra pourrait se rabattre sur le 4-2-3-1, car quoi qu’on dise sur le profil de l’équipe d’Hubert Velud, elle ne peut pas être du niveau d’une équipe égyptienne très explosive aux avant-postes.

Pour tout cela, vu la disponibilité du groupe emmené au Qatar, on peut d’ores et déjà imaginer le onze qui sera aligné, avec dans la cage un Mbolhi (ou Zeghba). En latéral droit, on devrait retrouver Benayada, l’une des doublures d’Atal à droite en A, alors qu’Abdellaoui devrait tenir sa place à gauche, dans l’axe, le duo Bedrane-Benlamri a des chances d’être sur la pelouse au coup d’envoi.

Au milieu, Bendebka, avec son expérience et sa maîtrise, devrait être l’une des armes de Bougherra durant tout le tournoi. Il jouera le rôle de Bennacer en A, aux côtés de Draoui qui est fait un bon début de saison.

Le trio d’animation devrait être composé de Belaili à gauche, Boutmene à droite, avec dans l’axe Brahimi ou Sayoud. Une position qui irait aux deux joueurs même si Sayoud est plus habile dans ce registre avec son profil de vrai numéro 10. Soudani irait, lui aussi, à une telle position, mais avec des prérogatives plus offensives. Ce qui permettrait au schéma de se transformer en un 4-4-2, et composer un duo avec Bounedjah qui sera en principe l’avant-centre de l’EN dans ce tournoi qui se jouera sur le sol d’un pays qui lui a tout donné lui permettant de briller. Les choix sont multiples, et Bougherra pourrait nous sortir un onze différent, mais l’ossature ne devrait pas s’éloigner de celle-ci. Ce qui est sûr, le groupe avec lequel il attaquera cette coupe est ultra-offensif. Le coach aura toutes les armes qu’il faut pour marquer des buts et avertir les 15 autres équipes de ce tournoi.

S. M. A.

Mahrez : « La CAN sera difficile, mais nous allons tout donner pour rendre fier le peuple »

Mahrez : « La CAN sera difficile, mais nous allons tout donner pour rendre fier le peuple »

Avant la grosse affiche d’hier face à West Ham United, Ryad Mahrez, qui suscite l’intérêt des médias français depuis son récital contre le Paris Saint Germain mercredi dernier,

a accordé une interview à Canal+. Il est revenu sur le début de saison de Manchester City, mais également des futures échéances qui l’attendent avec la sélection nationale avec en ligne de mire la CAN du Cameroun. « Je pense que la CAN sera difficile. En tant que tenants du titre, nous sommes conscients que toutes les équipes nous attendent au tournant, mais nous allons faire abstraction de tout cela. Comme d’habitude, nous allons tout donner et rendre fier notre peuple pour être là à la fin. » N’ignorant pas l’admiration des Algériens pour son talent, Ryad Mahrez se dit très touché par cette affection que lui témoignent ses compatriotes : «  Je sais qu’ils m’aiment, moi aussi je les aime. L’Algérie est un pays spécial pour nous les Algériens. On est très fiers de jouer pour ce pays. Notre souhait désormais, c’est de tout gagner. On a toujours faim de titres (rires). » Ryad Mahrez espère, selon ses dires, remporter à nouveau la CAN et autant de titres avec son club Manchester City.

« Le contrôle de balles ? C’est un aspect que j’ai travaillé très jeune »

Auteur d’une énorme prestation contre le Paris Saint Germain, le capitaine de l’EN a été invité à la commenter : « Est-ce que j’ai joué mon meilleur match ? Non, pas forcément ! A l’aller aussi, on peut dire que nous avons bien joué à l’image d’autres matches face à Liverpool, Manchester United ou encore Chelsea. C’était une rencontre spéciale (face au PSG) avec ce petit clin d’œil, c’est toujours positif (allusion à son lieu de naissance Sarcelles).» Par ailleurs, tous ceux qui ont eu le plaisir de le voir jouer ont tous apprécié ses contrôles de balles phénoménaux : «Contrôler la balle, c’est quelque chose que j’ai toujours su depuis le plus jeune âge. J’ai réussi à garder cela jusqu’à maintenant, c’est un aspect que j’ai travaillé très jeune. »

  1. S.

RMC a diffusé la vidéo de son accrochage avec Neymar

La chaîne RMC Sport a diffusé des images exclusives en 2e période du match entre Manchester City et le PSG montrant l’international algérien et le Brésilien s’invectiver et même s’insulter avec virulence. C’est Neymar qui a provoqué Mahrez après un violent tacle du Brésilien. Sur ces images captées, on peut voir l’échange musclé entre les deux stars : « Fils de p… » lâche Mahrez à Neymar qui se justifie : « Tu m’as touché le pied. » Lors de la demi-finale le printemps dernier, Neymar et Mahrez s’étaient déjà accrochés. Ce qui est certain, les deux stars ne passeront pas leurs vacances ensemble.

  1. S.

Oukidja gagne son duel face à Delort

A la surprise générale, l’OGCN a été piégée par la lanterne rouge le FC Metz (0/1). L’un des grands artisans de cette victoire inespérée des Messins a été incontestablement Alexander Oukidja. Très critiqué depuis le début de saison, après avoir encaissé de nombreux buts, la doublure de Rais M’Bolhi s’est illustrée par plusieurs arrêts de classe, notamment sur cette tête cadrée d’Andy Delort en fin de première période où, d’un arrêt magistral, il sauvera ses bois d’un but certain. A signaler que dans ce match, Hicham Boudaoui était remplaçant. Alors qu’il a repris après plusieurs semaines d’absence en raison d’une lombalgie, il n’est pas entré en cours de jeu.

  1. S.

Prolongation de son contrat de Bennacer : les raisons d’une temporisation

Prolongation de son contrat

Bennacer : les raisons d’une temporisation

Joueur incontournable dans l’effectif milanais,  Ismail Bennacer n’a toujours pas tranché la question de la prolongation de son contrat avec le club lombard, qui attend toujours sa réponse. Toutefois, le poumon de l’EN est toujours dans la réflexion d’autant que certaines choses ne lui plaisent pas, assure-t-on. Il y a d’abord son statut au sein de l’équipe. Considéré l’un des meilleurs à son poste en Europe, Ismail Bennacer n’arrive pas à comprendre pourquoi Stefano Pioli, son entraîneur au Milan AC, ne l’aligne plus dans son équipe-type. Certes, il le fait entrer toujours en 2e mi-temps, comme ce fut le cas mercredi soir contre l’Athlético Madrid en Ligue des champions. Entré à la 77’, il a apporté rapidement un plus à son équipe qui s’est imposée en fin de match (87’) sur le terrain du club madrilène. Mais à chaque fois, c’est pareil. En dépit de ses prestations qui lui ont valu au passage la distinction du meilleur joueur du mois d’octobre, hélas, il ne bénéficie pas encore de la confiance de son coach qui lui préfère Sandro Tonali. Cela, paraît-il, commence à peser sur le moral de Bennacer ; d’où ses réticences à prolonger dès maintenant son contrat qui expire, rappelons-le, en 2024, d’autant que la direction du club est satisfaite du travail de Stefano Pioli qui a prolongé cette semaine et va rester au poste d’entraîneur jusqu’à juin 2023.

Il mise sur la CAN…

Déçu de ne pas figurer dans le onze-type, Ismail Bennacer se pose évidemment des questions : faut-il prolonger ou non ? C’est la sempiternelle question qui taraude son esprit ces derniers temps, surtout, d’après des indiscrétions, les responsables du club ne l’ont plus relancé sur ce sujet depuis un bon moment. Ils préfèrent se focaliser sur le dossier de l’international ivoirien Frank Kessié, qui sera libre en juin prochain et que le club voudrait vendre dès le mercato hivernal qui ouvrira le 1er janvier 2022. En négligeant le dossier Ismail Bennacer, les responsables milanais risquent de l’apprendre à leurs dépens. Titulaire indiscutable en équipe nationale, il mise, d’après nos informations, sur la CAN du Cameroun pour attirer les recruteurs qui seront très nombreux à suivre cette compétition continentale. Certes, il a quelques contacts intéressants, notamment Manchester City qui devrait revenir à la charge, croit-on savoir, dès la prochaine fenêtre des transferts. Ismail Bennacer discute de son avenir régulièrement avec Moussa Sissoko, son agent qui est également celui d’Ousmane Dembélé (Barcelone), pour trouver une issue, car il n’est pas content de son statut actuel au Milan AC. Pour revenir à la CAN, tout le monde se rappelle qu’en Egypte (2019), notre international avait ébahi les spécialistes du football par ses grosses qualités. Pour la petite histoire, il révèlera plus tard avoir signé son contrat avec le Milan AC pendant le séjour cairote de l’EN. Le club italien avait exercé une grosse pression sur lui, car ses prestations stratosphériques à la CAN ont suscité l’intérêt de clubs européens, Milan AC avait réussi à le convaincre de signer le contrat pendant qu’il était en pleine compétition avec l’EN. En clair, n’ignorant pas l’impact médiatique de la CAN, il est déterminé à faire un grand tournoi. C’est tout bénéfique pour l’EN qui pourrait compter sur Ismail Bennace aussi fort que celui qui a brillé de mille feux il y a deux ans et demi en Egypte.

 

…et le match à domicile

Le Milan AC tentera cet après-midi de remporter le match à domicile face à Sassuoloo (15h00, BeIN Sport 1). Pour Bennacer et ses coéquipiers, une victoire les propulserait au fauteuil de leader avant le déroulement de Naples-Lazio, prévu en début de soirée. Pour rappel, Milan et Naples ont le même nombre de points, qui est de 32 unités avant le déroulement des matches de cette journée de Série A.

  1. S.

Bougherra : «On a bien étudié le Soudan»

Il souhaite avoir des joueurs réceptifs

Bougherra : «On a bien étudié le Soudan»

Avant de s’envoler pour Doha, Magic a répondu aux questions des journalistes, histoire de faire un dernier point avant l’aventure de la coupe arabe. Bougherra estime que le temps dont il dispose est court avant l’entame de la compétition, mais l’aventure de juin contre le Liberia l’inspire : « On va commencer la préparation dès demain (ndlr : aujourd’hui). Les choses sérieuses vont alors commencer, il nous reste très peu de temps pour travailler tactiquement et préparer le match contre le Soudan. Mais, dans l’ensemble, ayant parlé aux joueurs, tout le monde est prêt, tout le monde est motivé pour faire une belle coupe.»

«On fera tout pour parfaire la cohésion»

Bougy et son staff n’ont que 4 jours pour préparer l’équipe à cette compétition. Pour le coach, la balle est aussi dans le camp des joueurs : « J’espère que j’aurai la chance d’avoir des joueurs pros, très réactifs et très réceptifs. Une cohésion déjà assurée avec les joueurs de l’équipe A ; on va tout faire pour que la cohésion soit vite faite.»

« Titraoui n’a pas volé sa chance»

Le jeune Paciste profite de la blessure d’Abeid pour arracher un billet pour Doha ; le coach en parle : « Comme je l’ai dit à Yacine, c’est une opportunité pour lui, elle n’est pas volée, c’est un petit jeune talent comme beaucoup d’autres. Il est respectueux et très à l’écoute et des qualités que vous connaissez, tant mieux pour lui et pour nous, car j’aime beaucoup le joueur.»

«Mbolhi sera le capitaine »

Pour l’entraîneur national, les dés du capitanat sont jetés : «Le capitanat reviendra à Mbolhi, le plus capé et le plus expérimenté, c’est clair là-dessus.»

« Velud connaît le joueur algérien, mais… »

Le coach du Soudan n’est autre que Hubert Velud, qui a travaillé à l’USMA, au CSC, à Sétif et la JSK, il connaît bien le jeu algérien. Bougy donne son avis : « Bien sûr, le coach Velud a travaillé ici longtemps, il connaît le joueur algérien et la mentalité algérienne. Ce n’est pas une surprise de connaître les joueurs algériens de l’équipe A, mais chaque match est différent. On les a bien étudiés, je pense qu’ils ont fait de même. Que le meilleur gagne !»

«J’entame cette première aventure avec beaucoup de fierté »

Bougherra dirigera pour la première fois l’EN algérienne dans un match officiel. Il parle de cette aventure et de ce qu’il ressent : « Beaucoup de fierté, d’envie et d’excitation de commencer cette première compétition, la première dans ma carrière de coach. C’est une compétition unique ; on va tout faire pour réaliser de bons résultats. Techniquement, on a la qualité ; après, c’est une question de mentalité.»

«Nos adversaires jouent avec beaucoup d’envie et de hargne»

Avant l’Egypte, les Verts joueront deux matches piège. Bougy qui le sait en parle : « Ce qui est sûr, chaque match est une finale. On a bien étudié le Soudan et le Liban ; beaucoup d’envie et de hargne dans leur jeu. Cela peut faire la différence dans cette compétition. On ne parle pas techniquement, ça va être des matches compliqués de deux équipes qui nous attendent, on est très attendus. Donc, beaucoup de patience et d’abnégation, après, on ne va pas rentrer dans les détails», conclut Bougherra qui a affirmé prendre le chiffre des 33 matches des A comme source de motivation, sachant que cette série ne les concerne pas vu qu’il ne s’agit pas de l’équipe de Djamel Belmadi.

  1. M. A.

 

Les Verts depuis hier à Doha : Que l’aventure des 5 millions de dollars commence !

Les Verts depuis hier à Doha

Que l’aventure des 5 millions de dollars commence !

L’équipe nationale A’ est arrivée hier en début d’après-midi à Doha après un voyage d’environ 9 heures.

Le périple de Bougherra et des locaux a commencé à l’aube, puisque l’avion spécial d’Air Algérie a quitté le tarmac de l’aéroport d’Alger vers 3h45 du matin, en direction Tunis.

Une heure plus tard, l’avion était déjà sur place ; l’embarquement des 6 éléments du championnat tunisien n’a pas pris beaucoup de temps. A 5h, l’avion a redécollé en direction du Qatar. Après 6 heures de vol, l’EN, arrivée à destination vers 13h, a été accueillie par le comité d’organisation local qui a dirigé le groupe avant d’accompagner la délégation vers son lieu de résidence. Un premier galop d’entraînement était programmé hier soir.

Le groupe n’est pas encore complet

Sur place, l’EN a trouvé le groupe, du moins une partie, puisque quelques éléments manquaient à l’appel, à savoir le trio du championnat saoudien Mbolhi, Abdellaoui et Sayoud, tous les trois concernés hier par un match de championnat. Ils sont attendus très tôt ce matin à Doha pour fouler la pelouse lors du premier galop d’entraînement dès ce soir, en prévision du match de ce mercredi contre le Soudan.

L’aventure pour nos A’ peut donc commencer, dont l’objectif est de passer ce premier tour et ensuite tenter d’aller au bout de l’aventure. Une aventure qui pourrait rapporter 5 millions de dollars aux caisses de la FAF. Cette somme astronomique explique le désir de l’ensemble de la délégation de gagner le trophée.

Un petit rappel des chiffres s’impose : si le vainqueur de la compétition empoche la coquette somme de 5 millions de dollars, le finaliste touchera un chèque de 3 millions de dollars, le 3e percevra 2 millions de dollars, alors que le perdant du match de classement aura 1 million et demi de dollars. Les quarts de finaliste, qui réussiront à sortir des poules, toucheront 1 million de dollars chacun, et, enfin, toutes les équipes qui prendront part à ce tournoi sont sûres de revenir chez elles avec un chèque de 750 mille dollars, quels que soient leurs résultats lors du tournoi. Des récompenses suffisantes pour motiver les joueurs et les pousser à aller au-delà de leurs limites. Ce qui va élever le niveau de la compétition, rendant la mission des hommes de Bougherra plus compliquée que prévue.

  1. M. A.

 

Après son récital face au PSG, Mahrez : ‘’2 fois meilleur que Messi’’

Après son récital face au PSG

Mahrez : ‘’2 fois meilleur que Messi’’

La preuve est donnée par la notation des joueurs par L’Equipe au lendemain de la rencontre Manchester City - Paris Saint-Germain (2/1) en Ligue des champions, le célèbre quotidien sportif français a attribué à Ryad Mahrez la note suprême de 8/10 (le mieux noté), soit le double de la note attribuée à Leonel Messi (4/10). Pour L’Equipe, le capitaine de la sélection algérienne a été dans ce match le joueur le plus dangereux avec ses dribbles déroutants et centres toujours bien travaillés. On attendait les Neymar, Messi ou M’Bappé mais à la fin c’est Ryad Mahrez qui a plané sur le terrain de l’Etihad-Stadium. Très en verve, le gaucher algérien a été un danger permanent pendant toute la rencontre et les défenseurs parisiens avaient du mal à le neutraliser car tout simplement il était insaisissable !

Au centre d’un débat

Désigné homme du match, après sa prestation mercredi soir, les fans de Manchester City se sont interrogés comment un joueur sous-payé (il touche 160 000 livres sterling par semaine) à comparer avec les salaires des autres stars présentes sur le terrain, très reconnaissants les amoureux de Manchester City estiment que Ryad Mahrez mérite de percevoir plus par rapport à son rendement plus bon que celui de tous ses autres coéquipiers dans cette soirée européenne, ils réclament aussi de Pep Guardiola de ne plus le marginaliser en Premier League où le coach catalan ne l’a titularisé après 12 journées qu’une seule fois contrairement aux matches de Ligue des champions pour lesquels il lui fait toujours confiance et le capitaine des Verts le lui rend bien en étant à chaque fois excellent.

Face à Benrahma demain

Ce dimanche Manchester City (2eme)  va affronter West Ham United (4eme). La particularité de cette rencontre, c’est qu’il y a un international algérien dans chaque camp. La dernière fois que les deux équipes s’étaient croisées, c’était le 27 octobre dernier (4eme tour de la coupe de ligue) et ce soir-là, Saïd Benrahma qui au passage est entré jeudi en 2eme mi-temps à Vienne (0/2)  avait en marquant le dernier penalty réussi à propulser son équipe au prochain tour. Nul doute que demain les fans algériens suivront avec un gros intérêt cette affiche (coup d’envoi à 15H00).

  1. S.

Amendement des statuts de la FAF : Charaf-Eddine : «Nous ne sommes pas en retard»

Amendement des statuts de la FAF

Charaf-Eddine : «Nous ne sommes pas en retard»

Beaucoup de choses ont été dites concernant les statuts de la Fédération qui n’ont pas été amendés.

Récemment, une date a été avancée, mais l’intervention du MJS a repoussé l’échéance. Le président de la FAF pense que l’opération doit prendre le temps qu’il faut pour être finalisée, reconnaissant qu’il y a eu des imprévus. Mais il trouve que la FAF n’est pas en retard. « Nous ne sommes pas en retard, les questions à régler étaient plus importantes que ce qui était prévu en réalité. Je me suis engagé dans un travail de modernisation, mais le texte prévu n’était pas idoine, il fallait retoucher et ça prend plus de temps. Nous sommes actuellement en phase finale, ça nous donnera des textes modernes pour atteindre nos objectifs», a-t-il déclaré à la radio nationale.

 

«Pas de désaccords avec le MJS, mais…»

Concernant les relations avec la tutelle, CEA enchaînera : « Il n’y a pas eu de désaccords avec le MJS, mais des prises de position de part et d’autre. Il fallait être en conformité avec les exigences de la FIFA et les exigences règlementaires en Algérie ; ça a provoqué des incompréhensions un peu rigoureuses. Mais si on n’avait pas discuté, on serait arrivé à des situations de blocage. Quand on a ouvert le dialogue, beaucoup de choses ont été faites.» Et de préciser : « Le texte avec lequel travaille la FIFA n’était pas en totale harmonie avec ce qui était prévu, il fallait trouver le juste milieu. Les relations avec le MJS sont excellentes. Depuis que je suis dans ce monde de football, je ne pense pas qu’elles furent aussi meilleures qu’aujourd’hui.»

 

«La dernière AGEx est réglementaire»

Des voix s’étaient élevées récemment pour affirmer que la tenue de l’AGEx de dimanche passé n’était pas réglementaire, avançant l’article 29 des statuts qui fixe 3 points pour le déroulement d’une AGEx. Mais le juriste Charaf-Eddine a un autre avis : « L’AGEx est réglementaire, l’AGO on l’a tenue, toutes les autres ne peuvent être qu’extraordinaires. Et puis, pour programmer un tel changement, ça ne pouvait se tenir que dans une AGEx, il y a eu une mauvaise lecture de l’article 29.»

 

«L’ENTV et Mobilis devaient tenir leurs engagements»

Le président de la FAF répond aux rumeurs annonçant que sa Fédé souffre de difficultés financières. Il calme le jeu, mais rouvre le feu sur les partenaires dont l’ENTV, coupables, d’après lui, de ne pas respecter leurs engagements : « Dans le rouge ? Non, on n’est pas en faillite, la FAF a eu un décalage dans la trésorerie par rapport aux engagements de nos partenaires financiers, dont l’ENTV. Si cette dernière et Mobilis remplissaient leurs engagements à temps, on ne serait pas aujourd’hui dans cette situation de décalage. Je valorise l’effort qu’ils font, mais parfois, quand il y a des décalages, c’est nous qui subissons les contraintes de la situation. La FAF n’est pas en faillite et nous avons des actifs très importants qui ont pris de la valeur durant les 6 derniers mois.»

 

«Mes relations avec Belmadi sont en parfaite symbiose»

Concernant ses relations avec Belmadi, CEA a déclaré : «Elles sont en parfaite harmonie ! J’ai entendu dire ici et là des choses, mais je vous rassure que les relations sont en parfaite symbiose, l’objectif étant le même. Le coach aime son pays, qui l’aime aussi, on a le même objectif, on a la même sélection qu’on soutient dans cette direction.»

 

«Nous jouerons la coupe arabe pour la gagner»

Concernant la coupe arabe, CEA n’a d’yeux que pour une victoire : «Chez les locaux, 9 à 10 joueurs des A joueront à Doha. Donc, ça rentre dans un cadre global de préparation. L’échéance est aussi importante. Si nous entrons dans une compétition, c’est aussi pour la gagner.»

 

«L’hôtel du Fennec sera réceptionné en mars»

Pour ce qui est des travaux du CTN, le patron de la FAF a expliqué : « Nous avons lancé des travaux de réfection, l’état du CTN n’était pas très bon. Il fallait reprendre un nouvel hôtel sur place, le réaménager, le meubler et le mettre aux standards internationaux, car il s’agit des joueurs de l’EN A, qui ont l’habitude d’être dans des standards internationaux. Il fallait aussi le faire avec les annexes. L’équipe entrera dans sa nouvelle résidence, la résidence des Verts, en mars.»

 

«Les terrains sont pris en charge »

La pelouse du CTN est aussi en travaux : «Elle est en phase de maintenance, elle a subi quelques problèmes dus à des défaillances, mais les choses sont reprises en main. On a engagé une société spécialisée, elle est sur place ; on y travaille pour avoir une pelouse aux normes internationales.»

 

«Les académies ne sont pas au stade d’être rentables»

Lancé par Zetchi, le projet de construction des académies de la FAF tarde à voir le jour : «Ces centres ne sont pas au stade d’être rentables, ça vient de commencer. La FAF fait face aux dépenses de ces centres sur ses fonds et le compte Forward financé par la FIFA. Ce compte contribue énormément à la création de ces centres.»

 

«Un nettoyage s’impose dans le football amateur»

A propos du fonds créé pour subventionner le football amateur, pour le président, un grand nettoyage s’impose : « Nous avons créé un fonds sur la base des subventions que reçoit la FAF en tant qu’association ; il sera destiné entièrement au football amateur, mais avant, il faut nettoyer. Dans certaines régions, il y a beaucoup de clubs sur une petite superficie. Il faut nettoyer pour permettre aux vrais clubs de football de bénéficier de ces subventions.»

 

«La DTN a besoin de renforcement, il nous faut une DTN consciente»

Du nouveau pour bientôt à la DTN, c’est du moins ce qu’a laissé croire CEA à travers ses propos : « La DTN a besoin de renforcement, de réorientation, les échéances qui nous attendent sont importantes. Il nous faut une DTN consciente. Le CHAN et la CAN en Algérie, c’est très clair, on doit les gagner.»

S. M. A.

Pressé par le SG de la CAF à travers une correspondance Le Cameroun réplique et s’accroche à sa CAN

Pressé par le SG de la CAF à travers une correspondance

Le Cameroun réplique et s’accroche à sa CAN

Les médias africains et dans le monde entier ont relayé, hier, un document de plusieurs pages d’une lettre adressée au président du comité d’organisation de la CAN.

L’auteur de cette lettre, datée du 17 de ce mois, n’est autre que le SG de la CAF Veron Mosengo-Omba. Ce dernier a rappelé aux organisateurs du rendez-vous africain leur engagement de terminer leurs projets, notamment celui du stade d’Olembe dans la capitale camerounaise, avant le 30 novembre prochain.

A moins de 50 jours du début de la Coupe d’Afrique des nations 2021, le secrétaire général de la CAF porte à la connaissance du ministre camerounais des Sports de «sérieuses inquiétudes concernant l’organisation du tournoi», pouvait-on lire sur ce document qui commence par le retard accusé au niveau dudit stade.

L’autre élément d’inquiétude concerne les pelouses. Selon la CAF, le programme de maintenance des pelouses reste inconsistant à ce jour. «Le site de Bangou est impraticable, même pour des entraînements et les travaux sont inachevés», indique Veron Mosengo-Omba, qui annonçait, à cet effet, l’arrivée d’une équipe de maintenance professionnelle sur le site pour les travaux nécessaires. Le dirigeant d’origine congolaise note aussi qu’en matière d’audit des stades, « aucune des recommandations émises par l’équipe d’experts de la CAF, lors de sa tournée du 3 au 15 octobre 2021, pour des travaux d’aménagement n’a été prise en compte, selon nos informations ».

« Pas question de délocaliser l’ouverture »

Le protocole du Covid a aussi été évoqué, ainsi que des questions liées au recrutement des bénévoles, à l’utilisation inappropriée du logo officiel du tournoi, de la mascotte officielle et du nom officiel du tournoi (impression de faible qualité, association graphique, non-respect de la charte graphique, etc.), et l’absence d’informations relatives aux procédures douanières, notamment en vue de faciliter l’entrée des marchandises et les équipements au Cameroun. Plusieurs actions sont recommandées à cet effet aux autorités locales afin non seulement de pallier tous les manquements observés, mais, surtout, de lever toutes les inquiétudes qui persistent.

Les dirigeants camerounais ont reçu avec beaucoup de colère la fuite de ce document et n’ont pas tardé à réagir, d’abord en publiant sur le Net des photos récentes du stade ciblé par les critiques. Elles montrent des ouvriers en plein boulot en train de finir la main courante du stade. Les travaux d’aménagement extérieur ont, eux aussi, été accélérés depuis la réception de cette lettre il y a une semaine. Selon une source camerounaise, l’entreprise canadienne Magil, qui prenait en charge le projet, a fait appel à son allié français de Razel. L’alliance entre les deux a déjà fait des miracles sur les chantiers dans les autres sites. C’est ensemble qu’ils ont attaqué les 13 derniers jours de ce mois afin de terminer les travaux à l’extérieur du stade.

En ce qui concerne le cas du stade de Bangou, le Cameroun s’est dit prêt à recevoir une équipe de la CAF pour améliorer la qualité du gazon, mais il précise qu’il a déjà pris le dossier en main en engageant une entreprise privée qui est en activité.

Des réponses concernant les autres reproches ont été données dans ce communiqué signé par le ministre des Sports Narcisse Mouelle Kombi, qui a terminé sa lettre en précisant que « en aucun cas, l’hypothèse de la délocalisation de la cérémonie d’ouverture n’est pas envisagée et ne peut être acceptée par le gouvernement camerounais », qui a pris toutes les dispositions pour préparer le stade d’Olembe, lequel a déjà accueilli le 3 septembre dernier le match Cameroun-Malawi, avant de réclamer « le respect et la confiance » pour une bonne organisation de l’événement, ouvrant la porte à un « échange en visioconférence qui pourrait être une opportunité supplémentaire d’apporter d’autres précisions en cas de nécessité ».

  1. M. A.

 

Toujours cloué au banc de touche Mandi : Une situation qui interpelle Belmadi

Toujours cloué au banc de touche

Mandi : une situation qui interpelle Belmadi

 Ce mardi, Villeréal FC a reçu sur son terrain le Manchester United de Cristiano Ronaldo (0/2). Un match que Mandi a suivi à partir du banc de touche. Le longiligne défenseur de l’EN, comme les précédentes rencontres livrées par son équipe, est resté cloué sur le banc. Alors, faut-il  craindre pour cet élément, de surcroît cadre de notre sélection nationale ? Djamel Belmadi, qui suit de près la situation de ses joueurs en club, ne devrait pas être content du tout de celle d’Aissa Mandi, on l’imagine. Belmadi ayant toujours donné la priorité dans ses choix de joueurs à leur temps de jeu en club, l’ancien défenseur de Real Bétis Séville n’a joué qu’avec la sélection nationale. Sinon, le plus grave en début de saison, son entraîneur Unai Emrey le faisait jouer dans certains matches en Liga et le faisait entrer en Ligue des champions sauf que, depuis un bon moment, le coach de Villeréal FC ne lui accorde plus la moindre minute. Cette situation inédite pour Mandi (il a toujours été titulaire dans ses anciennes équipes) perdure. Les appréhensions de le voir avec un niveau moins bon lors des futures sorties de l’EN s’amplifient au fil du temps.

La CAN arrive !

Dans un mois et demi, l’EN ira au Cameroun pour défendre son trône continental. Belmadi  fait de cette compétition son deuxième objectif cette saison après celui de la qualification au Mondial du Qatar. Pour y parvenir, il a besoin d’avoir sous sa coupe des joueurs en forme et compétitifs. Admettons que d’ici le départ au Cameroun, Aissa Mandi n’aura joué aucune rencontre avec Villeréal FC, Belmadi prendra-t-il le risque de le faire jouer à la CAN ? Pour un attaquant ou un milieu de terrain, le risque est minime, mais il existe bel et bien quand il s’agit d’un défenseur lorsqu’il est en manque de compétition, il perd de son agilité et sa vitesse d’intervention. La semaine dernière contre le Burkina Faso (2/2) à Blida, tout le monde a constaté qu’il était en manque de rythme. Encore faut-il le rappeler que certains entraîneurs de clubs européens, en sachant que leurs joueurs vont s’absenter longtemps en début d’année en raison de la CAN,  préfèrent aligner leurs concurrents au poste vu qu’ils seront à leur disposition durant cette période. On redoute qu’Unai Emrey raisonne comme ses autres pairs. Ce samedi, son équipe reçoit le FC Barcelone, une équipe contre laquelle Aissa Mandi avait souvent sorti une grosse prestation lorsqu’il portait les couleurs du Real Bétis Séville. Après la faillite de son équipe mardi et sa défense qui a été incapable de neutraliser Cristiano Ronaldo, désigné homme du match, Unai Emrey, façon de bousculer son groupe, va-t-il opérer des changements ? On espère en tant qu’amoureux de notre sélection nationale qu’il daignera enfin donner du temps de jeu à Mandi, qui a plus que jamais besoin de compétition pour retrouver sa forme optimale.

  1. S.

 

Un député demande à Tebboune de décorer Belmadi de l’Ordre du Mérite

Dans son intervention au cours d’une plénière de l’Assemblée populaire nationale, un député a demandé au président de la République de décorer Djamel Belmadi de l’Ordre du Mérite. « Cet entraîneur est un exemple de réussite pour notre pays en dépit d’une campagne de déstabilisation. De cette tribune, je rassure Djamel Belmadi que même si, à l’avenir, les résultats de l’équipe nationale ne seront pas bons, il aura toujours notre soutien. D’ailleurs, je profite de cette occasion pour demander au président Tebboune de le décorer de l’Ordre du Mérite», dira ledit député.

City 2 - PSG 1: Un très bon Mahrez

Manchester City réussi à conserver sa première place dans le groupe A en s’imposant sur le score de 2 à 1 face au PSG. Déjà qualifiée avant cette rencontre City voulait creuser l’écart, ce qui est désormais fait avec quatre points d’avance sur le deuxième qui était l’adversaire de la soirée. Comptant 12 points contre 8 pour les parisiens, les citizen joueront le dernier match contre Leipzig sans pression. Avec un excellent Riyad Mahrez, les anglais ont outrageusement dominés malgré l’absence de plusieurs cadres à l’image de De Bruyne, Foden ou encore Grealish. Par contre l’international algérien était bien présent sur le terrain et aura fourni une excellente prestation. Bien présent dans le match et touchant de nombreux ballons Mahrez aurait pu à plusieurs reprises trouver le fond des filets de Navas, mais c’était ou bien ce dernier qui s’interposait ou la défense, comme sur cette action ou l’international algérien voyait sa frappe au fond avant que Hakimi mette la tête pour la dévier de justesse. Véritable poison pour l’adversaire, il était également précieux pour l’arrière garde qu’il venait aider. Dans le match malgré la domination des mancuniens, la première période s’est terminée sur un score nul et vierge. Au retour des vestiaires, Mbappé à dupé les anglais pour ouvrir le score à la 50’. Augmentant la cadence, Manchester City qui a raté plusieurs occasions finira par en concrétiser une première à la 63’ par l’intermédiaire de Sterling sur un service de de Jesus, avant que ce dernier n’ajoute le deuxième but à la 76’ après une belle offrande de Silva. Une deuxième réalisation derrière laquelle est Mahrez qui avait ajusté un centre dans la surface pour le passeur décisif. Meilleur joueur sur le terrain, ce que les sites spécialisés confirment, l’ancien attaquant de Leicester, qui a pris part à toute la rencontre aura grandement contribué à cette victoire face aux Messi, Neymar, Verrati et autre Di Maria. Comme à son habitude, Mahrez a une nouvelle fois régalé par sa touche de balle, ses contrôles, ses gestes techniques. Rarement titulaire en Premier League, Mahrez se lâche en Ligue des Champions et est souvent titulaire pour savoir toujours se montrer à la hauteur et faire son travail à la perfection ou presque.

Le tirage au sort des 1/8e le 13 décembre

Concernant le tirage au sort des 1/8e de finale de la Ligue des Champions, elle aura lieu le lundi 13 décembre à Nyon en Suisse. Un tirage qui sera diffusé en directe à partir de 12h00.

Calendrier des huitièmes

  • Aller, 15-16 et 22-23 février
    • Retour les 8-9 et 15-16 mars.

Les coups d'envoi seront donnés à 21 heures.

Le tirage au sort des quarts de finale, des demi-finales et de la finale aura lieu le vendredi 18 mars.

 

Mahrez face au PSG c’est :

 

90 min. joué.

64 passes au total.

3 passes clés.

59/64 (92 %) Passes réussies.

96 touches

3 tirs au but.

Meilleure évaluation sur 365 scores (8 .1)

EN: Zedadka, la grosse nouveauté de la CAN

Belmadi aurait relancé le joueur

Zedadka, la grosse nouveauté de la CAN

«On suit Zedadka depuis qu’il joue en Ligue 2 française, il a des qualités appréciables. Mais il y a des choses qui me dérangent, d'où son absence. Je ne vais pas en parler à travers ce micro. J’ai parlé avec son agent, un ancien joueur, et je vois une progression», dira le sélectionneur national Djamel Belmadi qui a déclaré, il y a quelques jours en conférence au CTN, qu’il suivait le latéral droit du Clermont Foot, à savoir Akim Zedadka.

Belmadi a toutefois reconnu qu’il y a quand même des choses qui lui déplaisent dans le profil de ce joueur, voire sa façon de jouer : «Il a un peu le même profil qu'Atal. La différence de profil nous a permis de maîtriser Mané à la CAN. Zedadka est à mettre en avant, mais avec lui, c’est beaucoup plus qu’un problème de profil. Il y a des aspects dans le jeu sur lesquels il doit progresser.»

En résumé, Belmadi a bien voulu tenter l’aventure Zedadka, mais il trouvait que le moment n’était pas propice, car il avait d’autres solutions en main, qui ont plus ou moins donné satisfaction. Il faut dire qu’en l’absence d’Atal et même de Zeffane l’an dernier, Halaimia avait su en profiter. Il a réalisé des matches acceptables, mais le match contre Djibouti en Egypte a tout faussé. Le coach national fut déçu par sa prestation. Ce qui l’a poussé à lancer Benayada dans le bain. Le joueur de l’ES Sahel a fait tout ce qu’il pouvait, ça a plu à certains, mais pas assez à Belmadi, car l’architecte de la 2e étoile africaine serait en train de manœuvrer pour renforcer ce côté droit de la défense avant la CAN.

Concurrence

Selon des sources concordantes, Belmadi a décidé d’actionner l’option du Clermontois Akim Zedadka ; la décision est intervenue après la dernière date FIFA. Le coach des Verts veut un vrai concurrent à Atal. La partie jouée par Zedadka le week-end dernier contre l’OGC Nice d’Atal justement a rassuré le coach dans ce sens.

Zedadka a-t-il enfin pu ressembler au joueur parfait que Belmadi voyait en lui ? Possible, en tout cas, selon la même source, le coach aurait relancé les proches du joueur. Ce dernier pourrait très sérieusement faire partie de la liste élargie de l’EN, voire de la short-list qui ira à Doha en décembre prochain pour préparer la CAN.

Cette nouvelle va certainement allumer la concurrence dans ce poste qui a tant fait souffrir le coach. On sait déjà qu’Atal va reprendre incessamment l’entraînement (aujourd’hui ou demain) ; en même temps, Benayada sera au Qatar avec les A’, où il sera suivi de près. Belmadi s’accorde encore du temps avant de trancher. Il est cependant certain que l’arrivée de Zedadka va relancer la concurrence à distance. Affaire à suivre.

  1. M. A.

 

Manchester City- Paris Saint Germain (21h) : Mahrez retrouve Paris

Manchester City- Paris Saint Germain (21h)

Mahrez retrouve Paris

Les matches de la Ligue des champions ne passionnent pas seulement les férus du football, mais également les joueurs qui adorent écouter avant le coup d’envoi l’hymne de cette prestigieuse compétition. Ce soir, Riyad Mahrez, qui garde de bons souvenirs des belles soirées européennes, va retrouver une équipe qui lui a tant réussi la saison dernière en demi-finale, le Paris Saint Germain (il a marqué 3 buts lors de la double confrontation entre les deux équipes). Pour la star algérienne, s’illustrer contre le club des Qataris a une saveur particulière, car le PSG est le club de la ville où il a vu le jour un 21 février 1991. En outre, comme Manchester City est la propriété d’un groupe émirati, Mahrez et ses coéquipiers savent qu’un succès sur le PSG des Qataris est le plus cadeau qu’ils pourront offrir à leur employeur vu l’énorme rivalité entre les deux voisins du golfe Persique. Cela pour illustrer la motivation qui anime les Citizens, sans oublier l’enjeu de la rencontre sur le plan mathématique, le champion d’Angleterre compte un point d’avance sur le PSG. Afin de finir la phase de poules à la 1re place, gagner est l’unique alternative pour espérer garder la tête du groupe A.

 

Remplaçant en championnat, mais titulaire en LDC

Alors qu’on a joué le week-end dernier la 12e journée de la Premier League, Riyad Mahrez n’a été qu’une seule fois dans le onze de départ (face à Burnley), paradoxalement, Pep Guardiola l’a toujours aligné dans les rencontres de Ligue des champions. Une confiance que le capitaine de la sélection algérienne a souvent bien honorée, en marquant des buts et contribuant aux victoires de son équipe. Ce soir, il est d’ailleurs annoncé dans le onze de départ. Au match aller, malgré la défaite (2/0), Ryad Mahrez fut l’une des rares satisfactions de son équipe. S’il n’a pas eu l’honneur de visiter les filets parisiens, ce soir, il espère rectifier le tir en marquant et surtout aider Manchester City à préserver son fauteuil de leader du groupe A. Enfin, pour les téléspectateurs algériens, ils pourront regarder cette affiche alléchante sur la chaîne Canal+.

  1. S.

 

Athlético Madrid- Milan AC (21h)

Bennacer devrait commencer remplaçant

Le Milan AC va abattre son ultime carte ce soir à Madrid. Bon dernier du  groupe B avec seulement un point récolté, le club lombard est sous pression avant ce déplacement en Espagne. Quant à Ismail Bennacer, qui garde un mauvais souvenir du match aller contre l’Athlético Madrid. Sur une perte de balle de sa part, les Espagnols avaient marqué ce soir-là. Certes, il y avait faute sur lui. Hélas, M. Turpin (arbitre français) n’a pas sifflé la faute, au grand dam de Bennacer, qui, d’après les prévisions, commencera la partie de ce soir sur le banc de touche. Cette rencontre sera diffusée en direct sur Bein Sport 1.

  1. S.

Charaf-Eddine depuis la nuit dernière au Caire

Il prendra part aux travaux de l’AGEx de la CAF ce vendredi

Charaf-Eddine depuis la nuit dernière au Caire

Le président de la Fédération algérienne de football s’est envolé, hier à 17h25, au Caire via Istanbul, pour assister vendredi prochain aux travaux de l’assemblée générale extraordinaire de la CAF.
Après avoir tenu l’AGEx de la FAF et fait passer son nouveau système pyramidal du championnat, le patron du football algérien s’est envolé vers l’Egypte ; c’est la 4e fois que l’ancien président du Chabab se rend au Caire. Cette fois, il aura la mission de représenter le pays à l’AG extraordinaire de la Confédération africaine de football. C’est pourquoi d’ailleurs il ne s’est pas déplacé seul.

Première sortie de Debichi

En effet, le patron de la Fédération a s’est déplacé avec son nouveau secrétaire général, à savoir Mounir Debichi. Ce dernier, qui a pris ses fonctions il y a un peu plus d’une semaine, aura l’occasion de se frotter à l’ambiance du football africain et tenter de remplir son carnet d’adresses et de contacts. Une nouvelle aventure pour lui qui aura une mission délicate d’autant qu’il devra faire mieux que son prédécesseur qui n’a pas fait l’unanimité.

L’autre accompagnateur du président de la FAF dans cette expédition au pays des Pharaons n’est autre que le vice président Yassine Benhamza  et Djilali Touil, le membre du Bureau fédéral qui a été choisi par le président de la FAF pour ce voyage de travail. Il

Entre autres missions de la délégation de la Fédération, discuter avec des responsables des autres fédérations pour d’éventuels échanges à l’avenir, parmi eux la programmation de rencontres amicales de préparation pour les Verts à la fin du mois prochain, lors du stage qui devrait avoir lieu à Doha.

Rappelons qu’à l’ordre du jour l’assemblée générale extraordinaire de la CAF, 5 points sont inscrits. D’abord, la révision du budget annuel 2021-2022, le programme de développement des infrastructures du football en Afrique, le calendrier international des matchs de la FIFA et la Super-Ligue panafricaine, la prolongation des mandats des présidents et vice-présidents des organes juridictionnels de la CAF pour une durée pouvant aller jusqu’à 30 jours après l’AGO de la CAF de 2022.

Notons que la veille de cette AGEx, le comité exécutif se réunira pour fixer la date et le lieu du tirage au sort des barrages de la Coupe du monde, prévus en mars prochain.

  1. M. A.

Xavi: «Baghdad est un grand joueur, mais il n’y a aucun intérêt du Barça»

Bounedjah : Xavi dément

«Baghdad est un grand joueur, mais il n’y a aucun intérêt du Barça»

Depuis que Xavi Hernandez est devenu l’entraîneur FC Barcelone, la rumeur annonçant le recrutement de Baghdad Bounedjah a pris de l’ampleur, essentiellement parce que l’attaquant de pointe de l’EN était son joueur à Al Sadd. Cette rumeur a encore enflé lorsque le quotidien catalan Sport a indiqué que Bounedjah a été proposé par Xavi à ses dirigeants afin de combler le probable départ à la retraite de l’Argentin Kun Aguero en raison d’un problème cardiaque qui pourrait le contraint à mettre un terme à sa carrière de footballeur. Notre confrère espagnol a même mis cette information sur la Une du journal, donnant quelque crédit à la rumeur qui a enflammé les internautes algériens lesquels sont partagés, les uns l’accueillant avec ferveur et enthousiasme, les autres estimant qu’il s’agit d’une intox et que la marche serait plus haute pour l’auteur du but victorieux en finale de la CAN 2019.

La réponse qui a tué cette rumeur est tombée hier en fin d’après-midi. En conférence de presse, avant le match important contre Benfica Lisbonne de ce soir en Ligue des champions, Xavi a été interpellé sur le sujet. ‘’Baghdad Bounedjah est un grand joueur, mais il n’y a aucun intérêt du Barça. Je ne sais par qui a sorti cette information. Je ne toucherai pas aux joueurs d’Al Sadd’’, a clairement démenti le néo-coach du Barça. Maintenant, faut-il le croire sachant qu’un club ne se prononce généralement pas sur un transfert avant d’être conclu ? La petite question reste posée.

Samedi passé, après le derby catalan, Xavi a déclaré que Kun Aguero n’a pas mis un terme à sa carrière, démentant Samir Nasri, l’ancien équipier de l’Argentin à Manchester City, qui avait affirmé que avoir échangé des messages avec Kun laissant croire à la fin de sa carrière. ‘’Il m’a envoyé un message, malheureusement c’est confirmé’’, annonçait l’ancien milieu de terrain de l’équipe de France dans l’émission de Match of Ze Day de Canal Plus.

 

Le Barça avait vainement été tenté par le passé Belloumi et Mahrez

La première fois que le FC Barcelone a pensé à recruter un Algérien remonte à 1981, quand Lakhdar Belloumi a été contacté officiellement par le directeur sportif Helenio Herrera, une information confirmée par le légendaire numéro 10 de l’EN des années 1980 : ‘’Après le match Algérie-Nigéria (2/1) à Constantine, je suis rentré à Alger dans la même voiture avec Helenio Herrera et, pendant le trajet, il m’avait demandé de jouer au Barça.’’ Toutefois, le transfert ne s’est pas fait à cause d’une loi qui interdisait à l’époque à tout international de quitter le championnat national avant l’âge de 28 ans. Récemment, une autre star algérienne a été approchée par le Barça. En effet, avant que Riyad Mahrez ne signer à Manchester City, son agent avait rencontré les responsables du FC Barcelone, mais n’ayant pas obtenu des garanties sportives, Ryad Mahrez a repoussé l’offre du club catalan. On avait fait savoir à son représentant que dans la hiérarchie, Mahrez arrivait après la célèbre MSN que composaient Messi, Suarez et Neymar...

  1. S.

Bennacer : c’est quoi le problème ?

Toujours laissé sur le banc en championnat

Bennacer : c’est quoi le problème ?

A l’instar de Ryad Mahrez à Manchester City, qui est toujours titulaire dans les matches de la Ligue des champions, mais pas en championnat, Ismail Bennacer vit la même situation. Stefano Pioli ne l’aligne dans son onze rentrant que dans les matches de Série A. Le poumon  de l’EN commence sur le banc de touche pratiquement à chaque rencontre disputée par le Milan AC en championnat. Ce samedi contre Fiorentina, il est entré à la 74’, alors que son équipe était menée 3/2. Ismail Bennacer a apporté un peu de vitesse dans l’entrejeu en donnant, en outre, quelques bons ballons à ses coéquipiers de l’attaque. Finalement, le Milan s’inclinera (4/2). La situation de Bennacer est paradoxale, car à chaque fois qu’il entre, il ramène un plus à son équipe et la presse transalpine le couvait souvent de louanges. Les premiers temps, on prétendait qu’en raison de ses blessures musculaires récurrentes son entraîneur gère son temps de jeu pour l’épargner d’une éventuelle rechute. Sauf que cette situation perdure. On aurait cru que Pioli sait que Bennacer sera absent plusieurs semaines en début d’année en raison de sa participation à la CAN du Cameroun, mais ce n’est pas la vraie raison, car son coéquipier Franck Kessié, qui est titulaire que ce soit en championnat ou en Ligue des champions, va lui aussi participer à la CAN avec son pays la Côte d’Ivoire. Donc, cette hypothèse est écartée. En conclusion, on pense que Bennacer fait les frais d’une concurrence à son poste avec Sandro Tonali qui, pour l’heure, jouit de la confiance de Pioli.

 

Sa dernière saison au Milan AC

Arrivé en été 2019, Ismail Bennacer, qui a flambé sous le maillot noir et rouge dès sa 1re saison, a impressionné tous les observateurs en Italie, suscitant en même temps les regrets d’Arsenal, son premier club à l’étranger après avoir quitté la France très jeune, et qui l’a libéré pour Empoli sans lui donner sa chance. Bennacer a vu sa cote monter sensiblement au point que les grands clubs européens se sont intéressés à lui. Selon un de ses proches, s’il n’avait pas succombé au chant des sirènes, c’était surtout par loyauté envers un club, à savoir le Milan AC qui a cru en lui. Cependant, à la fin de saison dernière, il aurait fait un deal avec le directeur sportif Paolo Maldini pour une 3e saison au club et participer à la Ligue des champions. Toutefois, vu son statut actuel, il n’est pas motivé pour rester à l’issue de l’exercice bien que son employeur souhaite prolonger son contrat en doublant son salaire, à condition toutefois que sa clause libératoire, fixée à 50 millions d’euros, soit revue à la hausse.

 

Manchester City s’est positionné sur le dossier  

Lorsqu’il prendra la décision définitive de quitter le Milan AC, Ismail Bennacer n’aura que l’embarras du choix. Certes, intéressé pendant longtemps par ses services, le Paris Saint Germain se serait rabattu sur son coéquipier Franck Kessié, dont le contrat expire en juin prochain. Néanmoins, si les contacts avec le PSG sont rompus, un autre cador européen est prêt à racheter son contrat l’été prochain. En effet, Manchester City et Pep Guardiola voient en lui le digne successeur de Fernandinho. D’après une source bien informée, le champion d’Angleterre est déterminé à passer à l’action l’été prochain.

  1. S.

FAF: Le nouveau système de compétition adopté à l’unanimité

63 voix sur 75 votants ont dit oui au système proposé par la FAF

Le nouveau système de compétition adopté à l’unanimité

Les membres de l'assemblée générale de la Fédération algérienne de football, réunis dimanche à l’hôtel Aurassi d’Alger en session extraordinaire, ont adopté à la majorité le retour à une Ligue 1 professionnelle à 16 clubs, à partir de la saison 2022-2023.

Sur les 75 membres qui ont voté, 63 ont validé ce nouveau système, décidant ainsi d’annuler le système actuel instauré par Zetchi et son bureau précédemment.

Le quorum arrêté à 55 a été largement atteint, ce qui a permis au vote de commencer. La réunion tenue mercredi par Charaf-Eddine avec les présidents des ligues lui a permis de les convaincre de faire passer son projet, malgré l’opposition de plusieurs présidents de clubs de Ligue 1 notamment, puisque sur les 75 votants présents dans la salle, 9 se sont abstenus, alors que 3 ont refusé la proposition en disant clairement non.

Ainsi donc, au terme de la saison en cours, qui se joue avec la participation de 18 formations, 4 clubs seront rétrogradés en Ligue 2 amateur. Par ailleurs, les deux champions des deux groupes (Centre-Est et Centre-Ouest) de la Ligue 2 accéderont en Ligue 1, alors que 4 de chaque groupe quitteront la Ligue 2 vers le championnat inter-régions. «Le changement du système de compétition va donner lieu à un championnat disputé et crédible. Ce n'était pas une priorité, mais c'était inévitable. Je reconnais qu'un système à 20 clubs n'était pas une réussite», a déclaré CEA en conférence.

  1. M. A.

 

L’article 29 des statuts de la FAF et un décret exécutif de 2014 piétinés

Sur quelle base juridique s’est tenue cette AGEx ?

C’est la question qui est revenue le plus souvent hier avant, pendant et après les travaux de l’AGEx de la FAF.

Sur quelle base Charaf-Eddine Amara a-t-il pu tenir cette assemblée pour changer le système de compétition, alors que les statuts de la FAF, qui datent de 2015, sont encore valides et ne permettent pas une telle manœuvre ?

En effet, l’article 29 des statuts de la Fédération dans leur paragraphe 6 affirme que l'assemblée générale extraordinaire est compétente pour se prononcer sur : - le changement du lieu du siège de la FAF ; - la modification des statuts et la dissolution de la Fédération, pas un point de plus.

L’autre point non respecté concerne les prérogatives, puisque le décret exécutif 14-330 du 3 décembre 2014 indique que le collège technique national, organe consultatif créé à la faveur de l’amendement des statuts de la FAF lors de l’assemblée générale extraordinaire du 25 novembre 2015 et prévu par le décret exécutif n° 14-330 du 3 décembre 2014 fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement des fédérations sportives nationales, ainsi que leur statut-type, est le seul organe chargé de formuler toutes propositions, recommandations et avis susceptibles de contribuer à la détermination des objectifs et méthodes, ainsi que les actions liées à l’organisation, l’animation, la promotion et le développement du football au sein de la Fédération. Toutefois, ce collège installé en 2015 n’est plus fonctionnel, et la FAF actuelle se devait de le relancer avant de compter sur lui dans son nouveau projet. Cela n’a pas été fait. Certes, Amara affirme qu’il est en voie de création, mais tant qu’il n’a pas été consulté, le changement de compétition ne pouvait être validé comme cela a été le cas hier d’une manière inattendue.

Appelés à commenter cette transgression des lois, les différents intervenants, côté FAF, n’ont pas été convaincants dans leurs réponses.

  1. M. A.

 

AG extraordinaire de la FAF ce matin à l’Aurassi : Retour attendu à un championnat pro à 16 clubs

AG extraordinaire de la FAF ce matin à l’Aurassi

Retour attendu à un championnat pro à 16 clubs

La Fédération algérienne de football tiendra ce matin une assemblée générale extraordinaire à 10h à l’hôtel Aurassi d’Alger.

Après une première programmation de la FAF, puis l’annulation du MJS, le département ministériel a fini par donner son feu vert pour la tenue de cette AGEx, et ce, au terme d’une réunion tenue mercredi soir entre les responsables du MJS et de la FAF.

Un nouveau programme a été arrêté, comprenant cette AGEx de la FAF et des AG de la LFP. Mais avant cela, le président Charaf-Eddine a tenu à présider une réunion le 17 de ce mois ; il a accueilli les représentants et présidents de 61 ligues amateurs.

Le décor a été donc planté depuis mercredi, car le président de la FAF savait que pour faire passer ce nouveau système de compétition, il fallait jouer la carte de la majorité. Il faut dire que le système, qui sera proposé aux membres votants de l’AG, ne fait pas les affaires de tout le monde, notamment les clubs professionnels de la Ligue 1. Ce championnat sera soumis à un rude examen cette saison, puisqu’il va devoir perdre 4 équipes en fin de saison, afin de rétablir un championnat à 16 teams professionnels. Un examen que la plupart des présidents de club ne sont pas prêts à passer, car la plupart ont peur de la relégation. Ce qui nous rappelle le scénario de l’an dernier lorsque plusieurs présidents ont rejeté la proposition d’un demi-championnat avec une phase de play-offs. Rien que parce qu’il favorise la relégation des teams à faible budget, le président du NCM Bennacer s’était farouchement opposé au projet. Hier encore, il est revenu pour annoncer son intention de boycotter le championnat si un tel projet venait à être approuvé.

Rappelons que la proposition, qui sera faite aujourd’hui aux membres de l’AG, et qui sera soumise à leur approbation, prévoit un retour à un championnat professionnel à 16 équipes (4 relégués cette saison et 2 teams arriveront de la Ligue 2), 2 groupes de 16 équipes en Ligue 2 (4 relégués de chaque groupe vers l’inter-régions). Alors que ce championnat devrait être composé de 6 groupes, ce vaste remaniement, qui intervient en plein milieu de saison, va lui aussi susciter la polémique, surtout que le règlement prévoit l’annonce des modalités d’accession et de relégation avant le début de saison, ce qui n’a pas été respecté.

Pour tous ces obstacles prévus, le président de la FAF a anticipé en faisant appel aux présidents des Ligues, qui devraient lui assurer l’approbation du nouveau système de compétition. On en saura un peu plus à l’issue de cette AG.

  1. M. A.

 

 

Benrahma : son départ à la CAN inquiète les Hammers

Benrahma : son départ à la CAN inquiète les Hammers

Au fil des matches, Said Benrahma est devenu un élément indispensable au sein de West Ham United, dont l’objectif est de finir sur le podium en Premier League. Les prestations de l’international algérien ont contribué au bon parcours de l’équipe londonienne. Dans l’entourage de celle-ci, la participation de son atout offensif à la CAN en janvier, avec la perspective d’une longue absence de son stratège si, par bonheur, l’EN atteint la finale, inquiète beaucoup. Afin de pallier cette absence, dans les médias anglais, on parle d’un retour en prêt de Jessie Lingard que Manchester United avait prêté pour 6 mois l’année dernière. Ce retour est considéré comme la seule alternative pour combler l’absence de Said Benrahma.

 

Il est sorti à la 71’

Hier après-midi, West Ham United était en appel à Wolverhampton. Comme lors des précédentes rencontres, Said Benrahma était titulaire. Mais sans doute, après les deux matches joués dans la semaine avec l’EN, il était moins brillant que d’habitude. D’ailleurs, David Moyes l’a remplacé après l’heure de jeu. A noter dans le camp adverse la titularisation de Rayan Ait-Nouri, qui a fourni une bonne prestation dans ce match remporté par son équipe (1/0).

  1. S.

 

Galtier donne des nouvelles de ses deux internationaux algériens 

Lors de sa conférence de presse de veille de match, Christophe Galtier a donné des nouvelles sur l’évolution de l’état de santé de ses deux internationaux algériens.

Youcef Atal : il devrait intégrer l’entraînement collectif cette semaine

Pour l’arrière droit de l’EN, le coach azuréen s’est montré rassurant. « Youcef, comme on le sait, a été victime d’une lésion musculaire contre Montpellier. Il est déjà de retour sur le terrain d’une manière individuelle, en espérant que la semaine prochaine, il intégrera le groupe à travers les séances collectives », indiquera Galtier.

 

Hicham Boudaoui : il ressent toujours de vives douleurs

Quant au deuxième international algérien de l’effectif de Nice, en l’occurrence Hicham Boudaoui, son retour aux entraînements n’est pas encore fixé. « Il a un problème de lombalgie et a de vives douleurs. On le traite, mais le traitement nécessite un arrêt », prévient le coach niçois.

  1. S.

 

OL - OM (20h45)

 Une affiche faite pour Slimani

Ce soir, la France du football vibrera pour son Olympico. Toujours âprement disputées, les confrontations entre Lyonnais et Marseillais sont  passionnantes et spectaculaires. Dans ce genre de match, il faudrait des joueurs qui jouent avec la rage de vaincre, soit l’une des principales caractéristiques d’Islam Slimani, souvent loué par ses entraîneurs qui apprécient beaucoup l’énergie qu’il dégage pendant le match.

 

Bosz hésite entre lui et Shaqiri

D’après le quotidien l’Equipe, qui a consacré une large couverture à l’Olympico de ce dimanche soir, l’entraîneur Peter Bosz hésiterait entre titulariser devant Islam Slimani ou le Suisse Shaqiri. Il paraît que le coach hollandais attendra la dernière minute pour trancher.

  1. S.