Accédez directement au site compétition

ESS : Ce mardi, la fête dans les hauts plateaux

La direction de l’ESS a demandé à une entreprise d’Alger compétente d’organiser un grand concert en marge du dernier match de championnat entre l\\\'ESS et le CS Constantine ce mardi.

Cette société est habituée à organiser des célébrations nationales telles que la fête de l\\\'Indépendance et la fête du 1er-Novembre. Ce mardi, il est prévu des feux d\\\'artifice et des lâchers de ballons au stade du 8-Mai-1945. En outre, il est prévu la remise à l’Entente de Sétif de la coupe du championnat  par le président de la Ligue de football professionnel, Mahfoud Kerbadj.

 

Un bus pour exposer la coupe aux supporters mercredi

La direction de l’ESS a également prévu d’organiser une tournée pour les joueurs à bord d’un bus qui sillonnera l’artère principale de la ville mercredi prochain pour exhiber le trophée du championnat au public jusqu\\\'au siège de la wilaya. La coupe sera remise au premier responsable de la wilaya, Abdelkhader Zouk, qui a prévu une fête en l\\\'honneur des Sétifiens au cours de laquelle il devrait révéler le montant de la prime qui sera distribuée aux camarades de Belkaïd et qui dans tous les cas sera supérieure à 100 millions pour chaque joueur.

 

La crainte de la perte qui peut gâcher la fête

Au milieu des préparatifs de l\\\'administration sétifienne qui veut une grande fête digne du titre de champion pour la deuxième saison consécutive, il reste la peur de l\\\'impact des célébrations sur la concentration des joueurs et la crainte d’une défaite contre une équipe constantinoise qui va jouer avec toutes ses forces pour gagner les trois points.

 

Hamar et Arab invités chez Hamel

Le président du conseil d\\\'administration de l’ESS, Azzedine Arab, et le président du club, Hassan Hamar, ont été invités hier par

le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, à la cérémonie organisée par la DGSN en l\\\'honneur du détenteur du titre de champion d’Algérie, l’ESS, et le vainqueur de la coupe d’Algérie, l’USM Alger. La direction de l’Aigle noir a préparé des cadeaux à l\\\'intention du directeur général de la Sûreté nationale, en reconnaissance aux efforts déployés par les services de sécurité pour sécuriser les rencontres tout au long du championnat.

K. A.

 

Les négociations avec Aoudia aujourd’hui

Le président du club Hassan Hamar s’est réuni en privé avec le buteur du club, Mohammed-Amine Aoudia, dès la fin de la rencontre face l’US Bitam du Gabon, où il a été convenu de passer aux négociations aujourd’hui des conditions de renouvellement de son contrat avec l\\\'ESS. A noter que le joueur se trouve dans le calepin de plusieurs clubs en Algérie et à l’étranger. 

 

Et aussi d’autres cadres

En plus des négociations avec l\\\'attaquant Mohamed-Amine Aoudia, qui recevra ses trois salaires non perçus jusqu\\\'à présent, la direction a donné rendez-vous à quelques cadres de l’équipe pour négocier le renouvellement de leur contrat qui coïncide avec le paiement des salaires de cinq mois pour chaque joueur.

Convaincre les cadres est actuellement la priorité de l\\\'administration après que le président du conseil d’administration, Azzedine Arab, a révélé que l\\\'administration fera tout son possible pour assurer le renouvellement des cadres.

K. A.

 

L’Entente doit verser 1.7 milliard à Benkhoudja

A la suite de la plainte du gardien Benkhoudja, la commission des litiges de la Ligue de football professionnel a remis hier sa décision finale à la direction de l’ESS en lui exigeant le paiement de douze mois de salaire. La commission des litiges a ordonné à la direction de l’ESS de verser au joueur un milliard 700 millions, sinon la direction ne pourra pas recruter pour renforcer l’équipe la saison prochaine. A noter que le gardien Benkhoudja a eu recours à la Commission des litiges car la direction du club n’a pas tenu sa promesse à la suite de la mésentente entre les deux parties lors des transferts d\\\'hiver, où le joueur avait obtenu l’accord de toucher la moitié des salaires restés de son dû et de percevoir la somme de 500 millions au moment de la signature de l\\\'accord, en plus de renoncer à deux salaires. Le président Hamar a essayé de trouver un accord avec le joueur pour lui verser le montant en tranches après avoir révélé publiquement que son administration a commis des erreurs concernant le joueur.

K. A.

 

La délégation de Bitam a quitté Sétif hier

La délégation de la formation de l’US Bitam a pris le vol hier vers Casa et puis Libreville. A Sétif, tout le monde craint le match retour et cela après les frictions entre les joueurs des deux camps à la fin du match, ce qui poussera sûrement les joueurs de Bitam à répondre de façon similaire dans le match retour.

 

Une seule séance avant le match des Sanafir

L’entraîneur Velud a donné deux jours de repos à ses joueurs avant la fin du championnat national. Il a programmé la reprise hier à 17h, où les camarades du capitaine Mourad Delhoum effectueront deux séances d’entraînement avant d’affronter le CSC et essayer d’enregistrer une 15e victoire au stade 8-Mai-1945 depuis le début de la saison.

 

Ferrahi : «Le but d’Aoudia nous qualifiera» 

Il a été l’auteur d’une excellente prestation, de l’avis de tout le monde. Le milieu de terrain sétifien, Ferrahi Rachid, aura non seulement été au four et moulin dans la récupération mais aussi il a alimenté ses partenaires en bon nombre de balles de but.

 

Par Kacem A.

- Vous devez être soulagés d’avoir marqué deux buts au match aller contre l’US Bitam, alors que dans quinze jours vous devrez vous rendre au Gabon pour la confirmation... - Je vous assure que ça n’a pas vraiment été facile pour nous de gagner ce match. Nous avons tout fait pour oublier vite le titre du championnat et faire de notre mieux pour réaliser un résultat positif afin de garder nos chances d’aller en poules de la coupe de la CAF. - On aura même constaté que vous avez voulu tuer le match très tôt, en témoignent ces nombreuses occasions ratées en première mi-temps. Qu’en pensez-vous ? - C’est normal, on jouait chez nous, donc c’était à nous de faire le jeu et d’aller les inquiéter. C’est vrai qu’au début, on voulait tout de suite marquer le premier but pour nous libérer, mais je dois avouer que nous sommes tombés sur une équipe coriace qui nous a vraiment rendu la tâche difficile. Néanmoins, la chose la plus importante que je devrais vous signaler est que nous n’ayons pas été pris de panique même si, à la mi-temps, le résultat n’était que d’un but à zéro seulement. - Justement, à votre sortie de la pelouse à la mi-temps, une frange de supporters vous a pris à partie, cela ne vous a-t-il pas déstabilisés ? - Je sais que nos supporters doivent nourrir un sentiment de regret à la suite des buts ratés. Cela a fait qu’ils ne se sont pas déplacés en masse aujourd’hui. Je crois qu’avec cette victoire, ils reviendront en masse partager avec nous la fin de saison. Nous avons besoin de leur soutien. A la mi-temps, on savait qu’il y avait de la place pour marquer plusieurs buts même si je dois reconnaître que si nous n’avons pas été efficaces en première mi-temps, il faut accorder le mérite à leur portier qui les a sauvés de deux buts au minimum. - La seconde période a été plutôt meilleure ; quel a été le discours tenu par le coach ? - A la pause, on a essayé de garder notre concentration totale pour le match, on savait tous que ce résultat de un but à zéro est très compromettant d’autant que nous devrions jouer chez eux dans deux semaines. Je dois aussi dire que nous avons évité d’encaisser un but, ce qui aurait pu nous couper carrément les jambes. A force d’attaquer, on n’était pas à l’abri d’un contre. Le but libérateur est venu à point nommé libérer les esprits et même le jeu, si vous avez bien remarqué, a évolué. - Un but aussi n’aurait pas été sécurisant, n’est-ce pas ? - Connaissant un peu maintenant l’Afrique, on se devait d’en marquer un deuxième, voire même un troisième, seulement il fallait d’abord gérer cette avance et opérer à l’offensive intelligemment. Le deuxième but est donc arrivé au grand soulagement de tous. Avec ce score, il ne nous reste qu’à jouer avec beaucoup d’abnégation, les poules ne devraient nous échapper. - Vous contenterez-vous de garder ce score au retour, autrement dit jouer la défensive ? - Jamais nous ne tomberons dans ce piège. Il est vrai que nous avons pris une bonne option pour nous qualifier, mais nous irons au Gabon non pas pour nous contenter de jouer durant 90 minutes en défense, mais aussi pour marquer là-bas. Un but nous qualifiera directement aux poules, et c’est déjà un objectif plus intéressant que nous aurons atteint.

K. A.

 

Le public sétifien, l’autre force de frappe de l’Entente

 

La formation de l’ES Sétif a remporté le titre de champion d’Algérie pour la deuxième saison consécutive. Un titre fortement mérité pour cette formation qui n’a pas lâché le flambeau des clubs dominant la haute sphère du football algérien, à savoir le CRB, le MCA, la JSK, l’USMA, le MCO et même le NAHD ainsi que l’USMH. A l’instar des ces clubs, l’Entente peut se targuer d’avoir un public en or derrière ses nombreux exploits réalisés dans ses sorties tant en Algérie qu’à l’étranger. La présence des supporters, qui se déplacent en masse à Sétif ou à l’extérieur, reste une des forces de cette équipe qui fait plaisir à voir. Le soutien moral de ces fans a souvent porté ses fruits comme l’attestent ces nombreux titres décrochés par les gars d’Aïn El-Fouara depuis l’indépendance du pays. Pour être clair, le public sétifien reste l’autre force de frappe de l’Entente.

 

Par L. M. Azzi.

Participation quotidienne dans la vie de club

De tout temps, le public des Noir et Blanc a toujours été proche de l’équipe. Même en dehors des matches, la masse sétifienne est présente quotidiennement dans la vie active du club et de la formation première. Dans les rues de Sétif, dans ses cafés ou même dans la vie de la société, les Sétifiens ne parlent que de l’Entente et de ses participations dans les différentes échéances.   

 

Chaque cité respire l’Entente et le football

Dans chaque quartier ou cité de la ville d’Aïn El-Fouara et ses environs, l’Entente fait partie des sujets et même des activités. Les différentes activités des citoyens dans la vie sociale ont, de près ou de loin, un lien avec la vie de l’équipe. Chaque endroit a ses particularités quand il s’agit de parler de l’Entente ou de se préparer à la suivre de près dans ses différentes rencontres. C’est dire que chaque cité ou quartier de la ville respire cette équipe qui fait vibrer toute une ville, voire toute une région.   

 

Tandja, cité des fous de l’ESS

A l’instar des quartiers de la ville des Aiglons, Tandja reste de loin la cité qui attire les plus fous. Ceci dans la mesure où sa masse populaire ne vit que pour cette équipe des Noir et Blanc. Tandja reste la cité des fous de l’Entente tellement la principale préoccupation de ses habitants reste l’activité footballistique de leur équipe fétiche.

 

Quand l’Entente va, tout va

C’est le moins que l’on puisse dire maintenant que l’état mental des supporters dépend de l’Entente. Le moindre bon résultat de cette équipe déclenche une réaction agréable chez les gens portant les couleurs de l’ESS dans le cœur. C’est la joie et la folle ambiance dans les quatre coins de la ville. Dans le cas d’un mauvais résultat ou d’un échec, c’est la tristesse qui rode dans la ville. En clair, quand l’Entente va, tout va à Sétif et Aïn El-Fouara.  

 

La préparation pour chaque match commence trois jours à l’avance

Les matches de la formation des Aiglons sont attendus avec impatience par les supporters. Chaque rencontre est commentée suivant son importance et la valeur de l’adversaire ainsi que de la nature de son issue finale. Autrement dit, les préparatifs pour chaque match commencent trois jours à l’avance par les fans de l’Entente sétifienne.

 

Des pages web sur le Net pour jouer le rôle d’éducateur

La vie active de l’équipe phare des Hauts Plateaux est commentée sur les réseaux d’internet. En effet, sur le Net, de nombreuses pages sont quotidiennement réservées à tout ce qui touche au club. Les administrateurs ont un rôle positif à jouer tellement la nature des sujets évoqués a un rapport avec l’éducation et la moralité tout court. C’est dire que les pages incitent les internautes à faire preuve de sportivité quel que soit le résultat final de l’équipe sétifienne.

 

Laârarsa, Zobri, Samo et Garita, cafés des chauvins

Parlant des cafés implantés à Sétif, il est utile de mettre en exergue leur rôle dans la vie de l’équipe. Mais certains dépassent l’imagination tellement leurs consommateurs ne parlent que de l’Entente. Il s’agit des cafés Laârarsa, Zobri, Samo et Garita. Des cafés pleins de chauvins dont la seule préoccupation reste cette équipe de Kahla wel Beida.

 

Kasali Abderrahmane : «L’Entente mérite le sacre»

«Je crois qu’il est utile de dire que l’Entente mérite le sacre. Il n’y a qu’à se référer aux résultats de notre équipe qui a dominé le championnat grâce à un parcours formidable. Les nombreuses victoires ramenées de l’extérieur et les buts marqués tout au long de a saison sont édifiants.»

 

Mattem Khaled : «Notre équipe a la tradition des titres»

«Ce titre de champion d’Algérie n’est pas une surprise, car notre équipe a la tradition des titres. Depuis l’indépendance, ça été toujours comme ça avec l’Entente. Pourvu que ça dure.»

 

Wahab Abdenour : «On mérite amplement ce titre»

«out au long de la saison, notre équipe a fait preuve d’une régularité digne des grands clubs. C’est pourquoi, je peux dire qu’on mérite amplement ce titre. L’Entente a été la plus régulière cette saison.»

 

Mourad Djellab : «Notre public est la force de l’Aigle noir»

«Les résultats de l’équipe sont les fruits de la qualité et du talent de nos joueur. Il ne faut pas oublier aussi l’apport des supporters. Notre public reste la force de l’Aigle noir.»

 

Hamoudi Noui : «Sétif est une ville de foot»

«De tout temps, Sétif a été une ville de football. Les gens respirent cette discipline qui les fait vibrer grâce surtout à l’Entente qui est souvent au rendez-vous.»

 

Fayçal Arif : «Nous avons une équipe qui écrase tout»

«Si nous sommes champions, c’est grâce à la qualité de notre équipe. Nous avons une équipe qui écrase tout sur son passage.» 

L. M. A.

 

Les 22 joueurs qui ont décroché le 6eme titre

 

Velud a peut-être l’embarras du choix, mais il n’a sollicité que 22 éléments durant toute la saison, il s’est surtout reposée sur une ossature imperturbable formée par le  gardien Khedaïria, les défenseurs Ziti, Legraâ et l’expérimenté Belkaïd, mais le plus régulier avec 28 matches est le virevoltant Gourmi qui n’a raté que le match d’El-Harrach lors de la 3e journée. Il y a aussi  le métronome Karaoui, le stratège Delhoum ainsi que Djahnit, Ferrahi et Benabderrahmane qui ont atteint le cap de 20 matches. En termes de minutes jouées, la palme revient au gardien Khedaïria et son défenseur Ziti avec 2430 minutes.   

 

 

 

 

Joueurs

Nb de

matches

Nb de

minutes

Gourmi

28

1952

Khedaïria

27

2430

Ziti

27

2430

Legraâ

27

2342

Belkaïd

25

2225

Karaoui

25

2034

Delhoum

23

1968

Djahnit

23

1719

Ferrahi

21

994

Benabderrahmane

20

1683

Aoudia

19

1581

Madouni

18

1114

Ogbi

18

1009

Tiouli

18

646

Naïdji

14

767

Chalali

13

818

Lakhdari

11

790

Koffi

8

316

Soltani

7

375

Benchadi

7

271

Barry Demba

5

372

Mammeri

5

450

Annab

3

54

Ghoul

2

180

Amokrane

2

90

Ammour

2

9

 

Tags: ,

Classement