Accédez directement au site compétition

EN : Voilà pourquoi Belkalem va mal

Les fans des Verts et de la JSK ont sans doute remarqué avec inquiétude la baisse de forme du défenseur international kabyle Essaïd Belkalem.

Ce dernier est, depuis la dernière CAN, sur une courbe descendante, et la rencontre de l’EN contre le Bénin disputée le 26 mars dernier a confirmé ce malaise qu’est en train de vivre l’enfant de Mekla, poussant ses nombreux fans à s’interroger sur les vraies raisons de ce malaise.

 

Le match contre le MCA confirme, il y a bel et bien malaise

Samedi passé, la JSK se déplaçait au 5-Juillet pour y jouer le Mouloudia d’Alger dans un clasico censé motiver les joueurs. C’est d’ailleurs ce qu’on a ressenti dès le début de la rencontre avec deux équipes voulant coûte que coûte gagner, mais au fil du temps, le Mouloudia a pris un certain avantage à débuter par cette ouverture du score sur un penalty plus que valable, causé par une main de Belkalem. Le geste du joueur, pourtant connu pour sa grande concentration, était flagrant avant que celui-ci ne remette ça en seconde période avec une faute flagrante dans la surface, et donc un nouveau penalty. Dès lors, les fans de la JSK commençaient à chercher les causes de ce rendement douteux du joueur, car, quelques jours auparavant, il avait inquiété plus d’un avec un rendement catastrophique contre le Bénin qui a même étonné Vahid qui en fait l’un des piliers de son team.

 

Aucun sou depuis le début de saison 

Comme on le sait, Belkalem est revenu de loin. Sa blessure avec les A’ lors du CHAN au Soudan l’a expatrié de force au Qatar où il a dû patienter plus d’un an pour soigner une pubalgie. Et après s’être fait opérer, il est revenu au pays, et vite, il a commencé à rejouer avec son club. 2 matches étaient suffisants pour taper dans l’œil du coach Vahid qui en a vite fait l’un des piliers de sa défense. Mais entretemps, le joueur vivait des moments difficiles au sein de son club qui, dans un premier temps, ne lui a versé aucun sou lorsqu’il se soignait. Et quand le joueur est revenu, la direction lui a proposé une prolongation du contrat qu’il a poliment rejetée, et ce fut d’ailleurs le point de départ de ses soucis.

 

40 millions/mois, le salaire de la discorde 

En tant qu’enfant du club, Belkalem ne méritait pas autant d’indifférence. C’est l’avis des fans de la JSK, et c’est devenu avec le temps celui des amoureux de l’EN aussi, car, pour continuer à progresser, il faut réunir les conditions qu’il faut pour ça, mais Belkalem a continué à encaisser les coups bas, car, d’après des sources proches du club kabyle, Hannachi n’a pas vu utile de donner plus de 40 millions comme salaire à son meilleur défenseur, chose que n’a pas apprécié ce dernier. D’ailleurs, cette même source nous a ajoutés que le joueur n’accepte plus d’encaisser cette somme dérisoire qu’il considère comme une vraie honte pour lui. Le président a refusé de revaloriser son salaire, et c’est la cause du refus du joueur de prolonger.

 

Des joueurs qui ne jouent pas touchent 120 millions/mois

Cette succession de coups bas a influé négativement sur le moral du joueur, d’où ses récentes prestations à l’approche de la date de la fin de son contrat avec la JSK. Il aurait voulu que ça se passe différemment, lui qui aime profondément son club auquel il est attaché, ce qui explique d’ailleurs le fait qu’il continue de jouer gratuitement, car un autre joueur n’aurait pas accepté de continuer à jouer sans être correctement rémunéré, car, en même temps, il y a de nouveaux joueurs au sein de la JSK, voire des gardiens, qui touchent pas moins de 130 millions/mois sans vraiment les valoir.

 

Même les primes de matches…

De nos jours, un joueur qui joue gratuitement, il n’en existe pas des centaines, mais Belkalem continue de le faire. Récemment, des dirigeants l’ont appelé pour lui demander de venir encaisser des primes de matches, mais le joueur a refusé de les prendre. Il ne veut pas abandonner ses principes, alors qu’il est à quelques semaines de son départ définitif du club. Un départ qu’il veut par la grande porte et qui sera la solution définitive des problèmes que vit actuellement le joueur au sein de son club et qui auront eu raison de lui en sélection, avec sa nette baisse de forme qui inquiète à l’approche des rendez-vous décisifs du mois de juin.

M. A.            

 

Classement