Accédez directement au site compétition

Belmadi : «Tchaker ? C’est du sabotage, on aurait dû demander à délocaliser nos matches»

Au début de la conférence de presse hier, on a vu un Belmadi qui en avait gros sur le cœur. La raison de cette colère n’est ni son équipe ni son entourage, mais tout simplement l’état de la pelouse du stade Tchaker.

 

En effet, le mythique stade de Blida, qui n’a jamais été complètement adapté aux matches de l’EN, que ce soit dans les tribunes ou les autres endroits, a cette fois échoué dans l’examen le plus dur, celui de fournir une pelouse praticable à l’EN à l’occasion du début de la campagne Qatar 2022. Pour Belmadi, c’est comme une trahison, lui qui décidait, il y a quelques mois, de jouer tous ses matches dans ce stade. Le voilà contraint aujourd’hui d’évoluer sur un champ de patates. Pour lui, c’est devenu une habitude, car il a toujours remarqué un laisser-aller dans la gestion de cette infrastructure : « Depuis mon arrivée en 2018, il n’y a pas eu beaucoup de choses qui ont changé ; si ça change, ça change le temps d’un match, d’une date FIFA. Il n’y a pas jamais eu de constance dans l’entretien que nécessite un stade qui reçoit l’EN », dira-t-il d’emblée.

 

« Les responsables sont incompétents et malhonnêtes»

Belmadi, qui n’y va pas avec le dos de la cuillère, tire à boulets rouges sur les responsables du stade et même sur le wali, coupable, selon des proches du dossier, de cette situation : « L’état du terrain n’est pas bon, à la limite du praticable, c’est la situation qu’on a hérité de l’incompétence des responsables, voire même de la malhonnêteté. Chacun doit prendre ses responsabilités.»

 

«J’y suis resté 15 secondes et je suis reparti»

Belmadi raconte la mauvaise découverte : « Au mois de juin dernier, nous avons eu une pelouse. On a travaillé dans ce sens-là avec les responsables de cet entretien. Après avoir changé la pelouse, on a eu un résultat surprenant, au-delà de nos attentes. Après avoir décidé de jouer nos éliminatoires de la Coupe du monde dans ce stade, sur demande des joueurs et même des responsables après des travaux dans les vestiaires, etc., comme par magie deux mois après, on trouve une calamité. Je suis resté 15 secondes sur la pelouse avant de la quitter. C’est une catastrophe ! Pour moi, c’est du sabotage. Ne me parlez pas des conditions climatiques, je vis dans un pays où il fait 60 degrés. Au moment où je vous parle, ils ont une trentaine de pelouses. Même chez les clubs de 2e division, on a vu l’équipe de Bougherra jouer dans un petit stade doté d’une pelouse parfaite.»

 

«On a laissé la pelouse se dégrader exprès»

« Nous, malheureusement, on ne veut pas que l’EN ait un terrain digne de ce nom, comme on a pu l’avoir au mois de juin. Je ne suis pas complotiste, je constate des faits. J’ai entendu une personne chargée de l’entretien dire à quelqu’un de la FAF, il y a 2 à 3 semaines : ‘’On ne m’a pas signé la convention de l’entretien du terrain.’’ Qui signe ce document ? Apparemment, c’est la wilaya ; il a décidé doncde laisser la pelouse se dégrader et qu’il allait réagir de manière vive pour la remettre en état, c'est-à-dire jouer avec le feu, car au-delà de la qualité du terrain, on parle de sécurité. Cette pelouse est dangereuse, on y glisse, des accidents peuvent se produire… Déjà en termes d’éthique, c’est dangereux de la laisser la comme ça, sans oublier l’aspect praticable.»

 

«J’ai trouvé un comité de 10 personnes au stade, j’ai quitté les lieux sans les saluer »

Donc, la laisser se détériorer pour que tout le monde réagisse puisqu’il parle de la wilaya. A ce moment-là, tout le monde appellera le super héros à la salopette, puisque c’est comme ça qu’il est vêtu. Quand je suis allé voir le terrain, il y a 4 jours, je trouve un comité de 10 personnes qui m’attend. Très bien habillés, un tantinet sadiques, ils attendent quoi ? Que je voie la pelouse, leur fasse un grand sourire et leur dise ‘’ce n’est pas très bon les gars, tâchez de faire mieux’’ ? Non, je suis resté 15 secondes. Evidemment ,je ne les ai pas salués et je suis reparti. Ces 10 personnes-là, pourquoi elles n’étaient pas là tous les jours ? Elles savent très bien qu’il y a un match de qualification de Coupe du monde qui arrive et qui est programmé depuis 6 mois. Elles voulaient que j’habite à Tchaker, que je prenne une petite chambre pour venir tous les jours voir s’ils travaillent.»

Classement