Accédez directement au site compétition

ESS : 2 milliards pour libérer Beldjilali

Convoité par l’Aigle noir, le jeune meneur de jeu du nouveau promu de la Ligue 1, la JSS, Beldjilali Kaddour, est plus que séduit par l’idée de s’établir dans la capitale des Hauts Plateaux.

Sous contrat jusqu’en 2014 avec la JSS, Beldjilali ne peut matérialiser son transfert sans l’aval de sa direction. Voulant le garder à tout prix, le président de la JSS, Zerouati, a trouvé une parade en fixant à deux milliards de centimes la clause libératoire de son joueur. Une façon indirecte de décourager les Ententistes et toutes les autres équipes solliciteuses. 


 

1 milliard pour un prêt de 6 mois
Ayant eu vent que la direction a mis la barre très haut, le jeune Beldjilali s’est entretenu avant-hier soir avec les responsables de son club dans le but de les convaincre de faciliter son départ. Beldjilali a clairement fait savoir à ses interlocuteurs qu’ils ne pouvaient rien espérer de lui durant la phase retour et qu’il serait judicieux et préférable de le laisser partir. Face à cette volonté de changer d’air, Zerouati s’est finalement ravisé en réclamant à la direction de l’Aigle noir 1 milliard de centimes pour un prêt de six mois. Pour le premier responsable du club de la JSS, il est hors de question de libérer le joueur qu’on considère à Béchar comme le plus talentueux.

 

Hamar refuse les 2 propositions

Hamar a refusé cette proposition craignant que la cote du joueur grimpe de façon vertigineuse dans le cas où il réussirait une phase retour de haut vol avec l’Aigle noir.

 

L’agent du joueur propose 600 millions pour le rachat du contrat
Insistant pour rejoindre les rangs de l’Aigle noir, Beldjillali, son agent et un membre de sa famille ont eu une réunion d’urgence avec le président Zerouati. Le clan du jeune prodige a été clair avec le boss de la JS Saoura en lui proposant le rachat du contrat moyennant la somme de 600 millions de centimes. Surpris par cette dernière sortie de Beldjillali, Zerouati a demandé un temps de réflexion avant de rendre sa réponse, celle-ci étant prévue dans les heures qui viennent.

K. A.

 

Bras de fer Yaya-Hamar

Le 1er veut partir, le 2e le prêter

 

La veille du match face au CABBA, nous avions reproduit dans ces mêmes colonnes la liste des joueurs libérés que le premier responsable à la barre technique a remise au président du club. Ladite liste renferme les noms de Koffi, Aloui, Soltani et Yaya. Ce dernier, qui a été mis à l’écart et s’entraîne avec les espoirs depuis presque un mois, n’était pas surpris d’apprendre qu’il a été officiellement libéré par la direction du club, alors qu’il été souvent non convoqué et jamais aligné. Alors que la direction de l’ESS a déjà entamé l’opération recrutement, nous avons appris que les libérés n’ont toujours pas eu leur lettre de libération. C’est le cas de Yaya Fouzi qui traverse une période des plus difficiles, puisque l’ESS compte le prêter et non pas le libérer d’une manière officielle. Cette décision l’a perturbé, lui qui espérait récupérer sa lettre de libération afin de pouvoir opter pour l’équipe de son choix.

Plusieurs clubs le suivent
Par ailleurs, Faouzi Yaya est convoité par plusieurs formations des Ligue 1 et 2, qui suivent ses traces depuis un bon moment. Seulement, ces dernières veulent qu’il ramène avec lui sa lettre de libération, ce qui lui serait pratiquement impossible du moment que les dirigeants sétifiens ne comptent pas se séparer de lui définitivement.

Yaya : «J’espère que je parviendrai à trouver une solution»

Contacté par nos soins hier soir, Yaya Faouzi nous a révélé qu’il n’a toujours pas récupéré son document, alors que plusieurs formations des Ligues 1 et 2 le convoitent : «Sincèrement, je n’ai toujours pas récupéré ma lettre de libération du moment que la direction de l’ESS compte seulement me prêter. D’ailleurs, je ne peux même pas choisir ma destination étant donné que les clubs qui souhaitent s’attacher mes services me réclament toujours mes papiers. J’espère que je parviendrai à trouver une solution.»

K. A.

 

 

Lagraâ : «Ne jamais prendre un match de coupe à la légère»

 

A l’issue du match ESS-CABBA, nous nous sommes approchés de l’arrière gauche de l’ESS, Lagraâ Mohamed, qui était l’un des meilleurs joueurs sétifiens sur la pelouse. Ce dernier, qui était plus que jamais heureux, nous a révélé que son équipe aurait pu facilement gagner avec un score plus large que 3 à 1 et le plus important est de préserver sa série de sept victoires consécutives à domicile. Concernant le match de la Coupe d’Algérie, qui verra l’ESS affronter le PAC à Alger, il nous a révélé que son équipe est prête pour franchir cette étape et se concentrer par la suite sur le match du CSC et le stage de préparation qui aura lieu en janvier prochain.

 

- Après une série de six victoires consécutives à domicile, vous avez enregistré la septième face au CABBA. Qu’avez-vous à nous dire là-dessus ?
- C’est une victoire méritée que nous avons enregistrée lors du derby face au CABBA du moment que nous étions vraiment à la hauteur en livrant un beau match. Après avoir encaissé le premier but, nous avons réussi à remettre les pendules à l’heure avant la fin de la rencontre sur penalty après le fauchage de Benabderahmane dans la surface de réparation et conserver le score jusqu\'à la fin de la rencontre. La réalisation de CABBA à cinq minutes de la fin de la première période nous a motivés davantage. Sincèrement, on aurait pu gagner sur un score de cinq à six but si nous avions réalisé les occasions, dommage ce n’était pas le cas !
- Ne trouvez-vous pas que vous avez raté plusieurs occasions en première mi-temps ?
- Non pas seulement en première mi-temps, mais aussi en seconde période. Comme vous l’avez constaté, notre adversaire ne s’est pas créé trop d’occasions. Comme je viens de vous dire, on regrette amèrement que nous n’avons pas marqué plus que trois buts, d’autant plus que nous avons réussi à gérer convenablement la partie jusqu’à la dernière seconde.
- Alors que personne n’avait cru en vous, vous avez réussi quand même à décrocher la première place. Un commentaire...
- Si vous vous rappelez bien, nous avons déclaré que l’ESS retrouvera son meilleur niveau avant la fin de la phase aller. La preuve, nous avons réussi à récolter 30 points sans parler des 9 points que nous avons perdus à l’extérieur lors des 14 matchs joués jusqu\'à présent. Ah, si nous avions réussi à nous montrer intraitables à l’extérieur ! On aurait certainement occupé la première place avec quatre a cinq points d’avance sur l’USMH. N’empêche, il reste encore
15 matchs à disputer au retour. On essayera de se montrer encore plus efficaces.
- Alors que vous n’avez pas encore joué la dernière journée du championnat, vous devez vous pencher sur la Coupe d’Algérie en on affrontant la formation du PAC. Comment s’annonce pour vous cette empoignade ?
- Il ne faut jamais prendre un match de Coupe d’Algérie à la légère, car cette compétition nous a toujours réservé des surprises. Autrement dit, nous devons prendre cette partie très au sérieux afin d’éviter tout mauvais résultat. Nous allons affronter une bonne équipe du PAC. Donc, nous devons gagner et assurer une qualification aux 16es de finale.

K. A.

 

Hamar : «Chellali et Soltani devront confirmer leur statut ou…»

Le président de l’Aigle noir, Hassan Hamar, a tenu une conférence de presse hier au siège du club en compagnie des membres du staff technique, et à leur tête le coach Hubert Velud, pour éclairer plusieurs sujets concernant la gestion du club. La première question qui a été posée à Hamar concernait les deux joueurs franco-algériens, Soltani et Challali, où il a confirmé que ces deux joueurs devront confirmer leur statut ou bien c’est la révision de leurs salaires ou la résiliation du contrat.

 

«Dimba nous a caché sa blessure à l’épaule»

Dans le même contexte, il a relevé le drap sur l’affaire du défenseur malien, Bari Dimba, qui se trouve actuellement au Mali pour soigner sa blessure à l’épaule. Il a confirmé que le joueur a caché sa blessure lors de la signature de son contrat et que sa direction garde la possibilité de résilier son contrat.

 

«Velud nous a remis une liste de 3 joueurs à libérer»

En matière des joueurs à libérer, le président de l’Entente de Sétif a déclaré que Velud lui a remis une liste de trois joueurs à libérer. Il s’agit de l’attaquant ivoirien Koffi Michack, du milieu de terrain offensif Yaya et du gardien Aloui.

 

«Michak, Yaya et Aloui entre transfert définitif et prêt» 

Dans le même contexte, il a confirmé que sa direction veut récupérer un peu d’argent qu’elle a dépensé pour ces trois joueurs et que leur sort sera entre le transfert définitif en vendant leur lettre de libération, soit ils partiront à titre de prêt pour revenir en fin de saison.

 

«Nous avons dépensé 12 milliards»

En matière des dépense, le boss de l’Etente à déclarer que sa direction a dépensé 12 milliards depuis le début de saison en matière des salaires, les primes du match, les dettes et les déplacements de club en Algérie.

K. A.

Tags: ,

Classement