Équipe nationale

6e but de la saison pour Mahrez (Vidéo)

De retour dans le onze de départ de Man City, face à Everton, Mahrez a inscrit son 6e but de la saison. Bien servi par Bernardo Silva, il déclenche une frappe aux abords des 18m sur le côté droit, qui finit au fond (63’) alors que le score était de 1 à 1. Un but de toute beauté qui a permis à Man City de prendre l’avantage au score à l’heure de jeu. Grâce à cette belle réalisation, Man City, qui avait repris le dessus pliera le match à la 77’ pour terminer sur le score de 3 à 1. Comptant 10 points d’avant sur Manchester United, City creuse l’écart et enchaine avec une 16e victoire de rang.

Bensebaïni met Mahrez au défi

A une semaine du très attendu face-à-face Mönchengladbach-City en Ligue des champions et la rencontre entre deux joueurs de l’EN, Bensebaïni côté allemand et Mahrez côté anglais, le latéral gauche des Verts a accordé une longue interview à la BBC Afrique.

Khalef se lâche : «Hannachi aimait la JSK, mais beaucoup plus l’Algérie»

Il est rare, ces dernières années, de voir Mahieddine Khalef s’exprimer dans la presse. Le héros de la Coupe du monde 1982 avait décidé de son plein gré de prendre du recul. ‘’J’évite d’aller au stade.’’ Une phrase que Khalef répètera maintes fois, lors de sa rencontre samedi avec ses anciens poulains en équipe nationale Belloumi, Chaïb, Kaci-Saïd Mohamed et Kouici, qui lui ont rendu visite à son domicile en compagnie de Kada Chafi, le président de l’association La Radieuse, qui a proposé à ces anciens internationaux des années 80 d’aller à la rencontre de Mahieddine Khalef.

Lyon 1 - Montpellier 2 : Delort surprend Slimani et Benlamri

La rencontre, samedi soir, entre l’Olympique Lyonnais et Montpellier avait la particularité de réunir 3 joueurs de l’EN, à savoir Djamel Benlamri et Islam Slimani, côté lyonnais, et Andy Delort dans le camp montpelliérain. Cependant, ces retrouvailles n’ont pas porté chance aux trois capés de Djamel Belmadi.

La métamorphose Boulaya

 Depuis l’entame de la saison 2020/2021, Farid Boulaya marche sur l’eau avec 5 buts marqués et 4 passes décisives délivrées. Le talent du  meneur de jeu du FC Metz ne laisse personne indifférent en Hexagone. Pourtant, à 27 ans, Boulaya n’est pas à sa première saison en pro ; ses buts et sa technique raffinée suscitent l’intérêt des médias en France. Hier, le quotidien l’Equipe lui a consacré un article avec des témoignages d’entraîneurs et coéquipiers qui l’ont croisé depuis le début de sa carrière en pro. Pour son coéquipier et ami  Opa Nguette : ’’On le voit quotidiennement, on sait de quoi il est capable. Mais là, il est  en confiance», expliquera Nguette.

 

Antonneti l’a métamorphosé

Pour beaucoup de gens au FCM, Farid Boulaya s’est libéré en donnant le meilleur de luièmême grâce en partie à un homme qui est derrière son éclosion tardive, en l’occurrence son actuel entraîneur Frédéric Antonneti. ‘’En 2018-2019, quand on était en L2, le coach était parvenu à me mettre à l’aise, que j’étais capable de grandes choses, par de petites phrases’’, reconnaît Farid Boulaya à propos du rôle joué par Antonneti dans son éclosion dans le haut niveau. Certes, pour le coach messin, la relation est naturelle : ‘’Les joueurs ont besoin d’êtres aimés.’’ Pour avoir tissé le même lien, Corine Diacre, l’actuelle sélectionneuse de l’équipe de France féminine qui l’a croisé lors de son passage à Clermont-Ferrand en 2016 : ‘’Farid est quelqu’un de timide, je ne suis pas très expressive non plus ; on avait une communication non verbale, on se comprenait d’un geste, d’un regard. Il pouvait donner l’image d’un jeune homme qui se repose sur ses lauriers, mais en réalité, il manquait de confiance. On a travaillé là-dessus, on lui donnant du poids dans l’équipe, du temps de jeu.’’ Corine Diacre ajoutera : ‘’Les centres d’entraînement n’étaient pas adaptés à une personnalité comme celle de Farid à ce moment de sa vie.’’ Pour dire qu’il n’était pas prêt pour ce déracinement.

 

Nobilo : ’’On sentait qu’il avait sous la sandale’’

Jean-Marc Nobilo, l’ancien sélectionneur des U20 qui a participé à la CAN 2013, qui l’avait croisé en 2011 alors qu’il débutait sa carrière professionnelle, a rapidement repéré que le gamin avait du talent : ‘’Il m’avait fait une bonne impression au milieu de terrain ; on sentait qu’il avait sous la sandale, qu’il y avait du joueur mais qu’il devait en faire plus sur le plan physique.’’ Mais Farid Boulaya se défend : ‘’C’est vrai, on a toujours dit que j’étais un joueur nonchalant. Enfant, je ne savais même que cela signifiait (sourires). Je fais des efforts mais c’est dans ma gestuelle, mon langage corporel.’’ Pour épurer son jeu, il lui a fallu du temps. Aujourd’hui, Boulaya, qui est fan de Leo Messi, a conscience de ne plus être un enfant. Pour Frédéric Antonneti toujours : ‘’Il est capable d’aller très, très haut, jusqu’en Ligue des champions. » En clair, Farid Boulaya a encore de la marge.

  1. S.

Slimani, lance son aventure lyonnaise

On n’en doutait pas, Islam Slimani n’allait pas rester longtemps muet. Attiré par le but, l’international algérien, qui peinait à débloquer son compteur, n’a pas raté la première occasion que lui a donnée Rudi Garcia, qui l’a titularisé mardi soir en coupe de France face à Ajaccio en 1/32 de finale (5-1).

Gouiri considéré comme le nouveau Benzema

Ayant signé à l’OGC Nice cet été, Amine Gouiri n’a pas mis beaucoup de temps pour s’affirmer comme la meilleure recrue estivale du club azuréen. Très adroit dans les balles arrêtées, ce jeune attaquant d’origine algérienne, à peiné âgé de 20 ans, et dont le nom revient souvent comme futur capé de Djamel Belmadi en EN, a vu sa notoriété dépasser les frontières françaises.

CHAN 2022: la CAF passe le flambeau à l'Algérie

La Confédération africaine de football (CAF) a remis le flambeau à l'Algérie, futur pays hôte de la prochaine édition du Championnat d'Afrique des nations CHAN-2022, décalée à 2023, à l'issue de la finale de la 6e édition disputée dimanche soir au stade de Yaoundé (Cameroun), a indiqué la Fédération algérienne (FAF) lundi.

C'est l'ambassadeur d’Algérie à Yaoundé, Merzak Bedjaoui, qui a reçu le drapeau de la CAF des mains des officiels de l’instance africaine de football, précise la même source.

Pour rappel, le Maroc a remporté, dimanche, la finale du CHAN-2020 en dominant 2 à 0 le Mali, à Yaoundé. Déjà vainqueurs en 2018, les "Lions de l’Atlas" deviennent la première sélection à remporter la compétition deux fois de suite.

La troisième place du tournoi est revenue à la Guinée, vainqueur du Cameroun (pays hôte) sur le score de 2-0.

Le CHAN-2020, décalé à 2021 en raison du Covid-19, s'est déroulé dans quatre stades de trois villes camerounaises du 16 janvier au 7 février 2021.

FAF : El Morro plus qu’un simple lièvre

Le président du conseil d’administration de la SSPA/ASM Oran, Mohamed El Morro, confirme son intention de présider la FAF. Après avoir fait circuler son nom la semaine passée, l’ex-candidat à la présidence de la LFP est passé à l’application du programme qu’il a tracé avec ses proches collaborateurs en annonçant, hier, sa candidature sur les ondes de la radio algérienne.

Le paradoxe Mahrez !

La situation de Riyad Mahrez à Manchester City a toujours fait débat, que ce soit en Angleterre, mais surtout en Algérie ou l’on s’interroge pourquoi il n’a jamais eu ce statut de titulaire indiscutable.

Zetchi tient au changement des statuts

Lundi passé, au moment où la FAF inaugurait son académie de Sidi Bel-Abbès dans une ambiance festive, en compagnie des 57 petits stagiaires qui entament leur formation sur place, l’ancien membre du BF, Walid Sadi, s’adressait par courrier destiné au ministre de la Jeunesse et des Sports l’interpellant sur la nécessité d’interrompre le processus d’amendement des statuts de la fédération engagé par Zetchi et son BF, leur reprochant de vouloir écarter les concurrents à la présidence de l’instance. Il a ainsi demandé de reporter l’opération jusqu’à la tenue de l’AGE les mois prochains.

Blessures à répétition d’Atal : L’ancien préparateur physique pointé du doigt

Victime de blessures musculaires à répétition, le cas Youssef Atal suscite bien des questions à Nice où l’on n’arrive pas à cerner les véritables raisons de cette fragilité récurrente  qui porte préjudice à l’équipe, dont il est l’un des éléments indispensables. L’entraîneur Adrian Ursea a, cette semaine en conférence de presse, évoqué le cas Atal.