JSK

JSK : Hannachi baisse enfin les armes

Après avoir déposé deux plaintes, l’une en référé et l’autre en civil, pour annuler les décisions prises par l’assemblée des actionnaires tenue le 7 août dernier, l’ancien président Mohand-Chérif Hannachi a décidé contre toute attente de les retirer.

Sadmi nouveau président de la JSK

Fin de l’ère Moh Cherif Hannachi. La page du désormais ancien président des Canaris est définitivement tournée après 24 longues années de règne sans partage.

Sadmi nouveau président de la JSK

 

Fin de l’ère Moh Cherif Hannachi. La page du désormais ancien président des Canaris est définitivement tournée après 24 longues années de règne sans partage. La JS Kabylie et ses supporters viennent d’embrasser une nouvelle étape celle de l’ancien emblématique latéral de la Jumbo-Jet qu’est Hamid Sadmi. Celui-ci a été élu, en effet, à l’unanimité président du directoire des Canaris du Djurdjura au terme d’une assemblée générale extraordinaire du conseil d’administration tenue hier en après-midi à Tizi-Ouzou.

JSK : Cavallo Rocco prêt à mettre 35 millions d’euros

Même si Hamid Sadmi, candidat à la présidence de la JSK a refusé catégoriquement de s’exprimer sur l’apport de la société italienne que possède Cavallo Rocco, avec lequel il compte signer un contrat de partenariat, une source autorisée nous a révélé dans la journée d’hier que Cavallo Rocco est prêt à mettre jusqu’à 35 millions d’euros pour accompagner Sadmi dans son projet.

Cavallo Francisco : «Avec moi, Sadmi sera un grand président»

A la fin de la réunion ayant regroupé les Italiens avec Sadmi, on a pris attache avec Cavallo Francisco, le patron de la société italienne qui signera le contrat de partenariat avec la JSK dans le cas où Sadmi accéderait à la présidence. C’est grâce à son interprète que nous avons pu avoir un entretien avec lui sur le projet qu’il réserve pour la JSK. Il a de grandes ambitions pour le club et si Sadmi succède à Hannachi, la JSK prendra sans nul doute une autre dimension.

JSK : Les vérités d’Azlef

Très discret sur certains sujets depuis la destitution de Hannachi, Malik Azlef a décidé de dire ses vérités pour que les supporters sachent ce qui se passe réellement dans leur équipe. Il réaffirme pour la énième fois qu’il n’est pas intéressé par le poste de président, mais il précise que dans le cas où il n’y aura pas un repreneur sérieux, il n’abandonnera pas la JSK.

JSK : La plainte de Hannachi a été traitée hier

Comme nous l’avons rapporté dans notre dernière édition, l’appel interjeté en référé par l’ancien président de la JSK Mohand-Chérif Hannachi pour bloquer les dernières décisions prises par l’assemblée des actionnaires du 7 août dernier a été traité hier par la section commerciale du tribunal de Tizi Ouzou.

JSK : Hannachi veut bloquer l’AG du 7 septembre

Comme nous l’avons rapporté dans notre dernière édition, le présidentHannachi a déposé une plainte en référé pour bloquer les décisions de l’assemblée des actionnaires tenue le 7 août dernier. Il veut bloquer aussi la réunion prévue pour le 7 de ce mois et à l’issue de laquelle le conseil de surveillance et le directoire seront installés.

Sadmi se confie : «Mon projet est très solide»

Hamid Sadmi, candidat à la présidence de la SSPA/JSK s’exprime pour la première fois sur son projet. Il avait toujours refusé de s’étaler sur sa candidature, mais comme notre journal a fait part dans son édition d’hier des négociations qu’il a entamées avec Malik Azlef et Mohamed Zeghdoud pour la reprise de la JSK, Sadmi a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions. Il entretient toujours le suspense quant au nom de la société italienne qui est derrière lui, mais il promet d’ores et déjà de rassembler la famille JSK et de faire le maximum pour redorer au club son blason d’antan. «Mon projet est très solide. Si j’ai décidé de postuler à la présidence de la JSK, c’est pou l’aider à retrouver son image d’antan», affirme-t-il.

«Je suis un rassembleur»
Pour rassurer tout le monde quant à sa ligne de conduite dans le cas où il reprendrait le club, Sadmi affirme qu’il rassemblera toute la famille de la JSK. «Je suis un rassembleur. Je suis animé de bonnes intentions et celui qui est capable d’apporter un plus, il sera le bienvenu», assure l’ancien président de la section football de la JSK.

«Je n’écarterai aucune compétence»
Ayant dénoncé ces dernières années la gestion de Hannachi, lequel avait fait le tour autour de lui, Sadmi tend d’ores et déjà la main à toutes les bonnes volontés. «Toutes les compétences seront les bienvenues. Si je viens en tant que rassembleur et celui qui est capable d’apporter un plus, il sera le bienvenu.»

«L’ultime rendez-vous avec les représentants italiens ce lundi»
Comme nous l’avons rapporté dans notre dernière édition, c’est une société italienne qui est derrière la candidature de Sadmi qui refuse toujours de dévoiler son nom pour le moment. Il est en pourparlers avec les représentants de cette société depuis plusieurs jours et il devra les revoir ce lundi pour tout arrêter avec eux. «J’ai un ultime rendez-vous avec les représentants de la société ce lundi. Les négociations avec eux sont en bonne voie et il ne reste que quelques détails à régler», a-t-il confié.

«C’est un parrainage et non pas un rachat»
L’ex-président de la section de football que nous avons eu hier au téléphone a tenu à préciser que la société italienne dont il continue à taire le nom parrainera sa candidature. «Ce n’est pas un rachat, mais c’est un parrainage. Tous les moyens seront mis en place pour que la JSK retrouve son lustre d’antan.»

«Je dévoilerai le nom de la société italienne au moment opportun»
Malgré notre insistance à avoir le nom de la société italienne qui parrainera sa candidature à la présidence de la SSPA/JSK, Sadmi n’a rien voulu dire pour l’instant. «Je dévoilerai le nom de la société italienne au moment opportun. Je préfère taire son nom pour l’instant», a-t-il conclu.
A. H.


Doudane débute officiellement sa mission
Comme nous l’avons rapporté dans notre dernière édition, Karim Doudane, le nouveau manager général des Jaune et Vert, a entamé hier sa mission. Son retour fera beaucoup de bien à l’équipe, laquelle s’est distinguée ces deux dernières années par des scandales administratifs. Il a beaucoup d’expérience et comme les dirigeants actuels lui ont assuré qu’ils mettront tous les moyens pour qu’il réussisse dans sa mission, l’ancien milieu des Canaris affirme qu’il ne rechignera pas sur l’effort pour apporter le plus attendu de lui. Il connaît bien la maison JSK et cela lui permettra sans nul doute de résoudre certains problèmes dans les plus brefs délais. Il aura les pleins pouvoirs dans le cadre de son travail bien sûr, ce qui l’aidera à apporter sa touche.

Contrat
Ayant toujours refusé de faire dans le bricolage, Doudane a signé un contrat de deux saisons. C’est quelqu’un qui aime travailler à long terme et dès ses premiers contacts avec les dirigeants, il leur a dit qu’il ne rechignera pas sur l’effort pour apporter le plus attendu de lui. Sa seule exigence est de travailler à long terme et d’avoir de larges prérogatives pour mener à bien sa mission. Sa démission en août 2015 en signe de protestation contre la gestion dictatoriale de Hannachi prouve que ce n’est pas quelqu’un qui s’accroche à son poste. S’il n’avait pas reçu des garanties pour avoir le pouvoir décisionnel, il n’aurait pas dit oui aux dirigeants même s’il entretient de très bons rapports avec eux. Il a toujours refusé de faire dans la figuration, car il sait que si ses prorogatives sont limitées, il ne pourra jamais réussir dans sa mission.

Ekedi
Dès la prise de ses fonctions, Doudane a pris en main le dossier de l’attaquant camerounais Steve Ekedi. Ce dernier se trouve toujours au Portugal en attendant d’obtenir son visa d’entrée en Algérie. Ainsi, pour savoir pourquoi ce dernier n’a toujours pas obtenu le fameux sésame qui lui permettra de réintégrer le groupe, Doudane a appelé hier son manager, lequel lui a tout expliqué. Le cas du Camerounais sera en principe réglé dans les prochains jours et Doudane devra se pencher sur d’autres dossiers.
A. H

Doudane : «Ce n’est pas normal qu’Ekedi n’ait pas encore obtenu sonvisa»
Le néo-manager général de la JS Kabylie, Karim Doudane, se dit très surpris par le fait que l’attaquant camerounais n’ait pas obtenu son visa d’entrée en Algérie. «Ce n’est pas normal qu’Ekedi n’ait pas encore eu son visa d’entrée en Algérie. Cela fait près de deux semaines qu’il a fait sa demande de visa et je ne comprends pas pourquoi il ne l’a pas encore obtenu. Il doit avoir son visa le plus vite possible pour qu’il puisse réintégrer le groupe», s’interroge Doudane.

«Même s’il n’est pas qualifié, il doit s’entraîner avec l’équipe»
Pour Doudane, la non-qualification d’Ekedi ne justifie en rien son absence prolongée aux entraînements. «Je sais qu’il n’est pas encore qualifié, mais il doit vite revenir pour reprendre les entraînements avec ses partenaires. Il doit être prêt sur le plan physique pour qu’il joue dès qu’il sera qualifié. Cela fait plus de deux semaines qu’il ne s’est pas entraîné avec le groupe et cela c’est trop», regrette Doudane.

«Je reviens à la maison»
Sur son retour, Doudane a toujours dit qu’il ne pourra jamais tourner le dos à la JSK. «Je suis officiellement de retour. La JSK est ma seconde famille et je reviens à la maison. Je suis conscient de ce qu’on attend de moi et je ferai de mon mieux pour apporter le plus attendu de moi. La JSK nous a tout donné et à notre tour de la
servir», affirme-t-il.

«Le plus important est d’occuper le milieu de tableau à la fin de la
phase aller»
Sachant qu’il y a beaucoup de manques dans l’équipe, Doudane se montre réaliste quant aux objectifs du club. «Je crois que le plus important est d’occuper le milieu du tableau d’ici la fin de la phase aller. On aura tout le temps pour faire notre bilan avant de renforcer l’effectif avec des joueurs qu’il faut au prochain mercato hivernal.»

«Il y a des potentialités dans cette équipe»
Présent samedi dernier au stade du 1er-Novembre à l’occasion de la rencontre de la première journée du championnat face à la JS Saoura, Doudane n’a pas relevé que des choses négatives dans l’équipe. «J’ai assisté au match de samedi dernier face à la JSS et je peux vous dire qu’il y a des potentialités dans cette équipe. On doit continuer à travailler d’arrache-pied afin d’enregistrer les meilleurs résultats possibles», espère-t-il.
A. H.

 

Sadmi : «J’ai contribué au départ de Hannachi»

Dans un communiqué adressé hier à notre rédaction, Hamid Sadmi, un sérieux prétendant pour la présidence de la JS Kabylie, revient sur le départ de Hannachi. «La journée  du 7  août  2017 marque le départ d’un président, plutôt la fin d’un règne qui s’est terminé par la métamorphose d’une grande institution sportive la J.S.Kabylie à une quelconque équipe de football sans aucune infrastructure !!! En plus avec l’abandon de toutes les autres disciplines sportives (volley-ball, basket-ball, handball...).  D’une manière autonome avec toute responsabilité je revendique une part dans le départ de l’ex-président par des actions que j’ai menées allant dans le même sens et la même direction  que les leviers actionnés à cet effet. Toute ma gratitude pour les personnes et les supporters qui ont   participé de  près ou de  loin au départ  de l’ex-président dans le respect et l’intérêt exclusif de la
J.S.Kabylie.»

 

«Les pouvoirs publics doivent veiller à une succession légale»

 C’est avec plein d’espoir mais avec beaucoup d’inquiétudes que je constate cette vacance temporaire du pouvoir à la tête de notre cher club la J.S.K. Pour cela :

 

L’accession à la direction et au contrôle de ce club prestigieux et historique ne doit pas être :

 •       Ni un héritage
•       Ni une continuité
•       Ni une succession à des privilèges
•       Ni le résultat de combines
Pour cela, j’interpelle les janissaires de la plume et des discours au service de groupes d’intérêts occultes à beaucoup de sagesse, de responsabilité et d’honnêteté intellectuelle. Je demande aux pouvoirs publics de veiller à une succession légale.  Cette vacance de pouvoir doit ouvrir la voie  à une alternative qui sera une rupture définitive avec les anciennes pratiques de gestion,  qui fera de la J.S.Kabylie   une institution sportive (toutes
disciplines confondues) respectée et qui restituera la dignité aux supporters.

 

 « Avec moi, il y aura des moyens financiers et un partenariat avec une
firme étrangère»

 Cette alternative unique solution, je l’incarne et se fera avec :

 •       Des moyens financiers à la hauteur de notre prestigieux club.

 •       Avec une gestion moderne, transparente et légale au service d’un

projet réaliste et ambitieux.

 •       Des hommes dignes et compétents dévoués à cette cause.

 Ces hommes sont  autour de moi, les moyens financiers sont disponibles

en plus d’un partenariat sportif avec une firme étrangère. J’appelle les supporters et le peuple de la J.S.K sur tout le territoire national et dans l’immigration à la vigilance et à l’adhésion pour cette alternative.

 Vive J.S.K

Respect  aux supporters

      «    Abdelhamid Sadmi »

 

Après la plainte déposée en référé par Hannachi

Azlef et Zeghdoud convoqués  par la justice pour le 3 septembre

Alors que l’affaire opposant l’ancien président de la JS Kabylie Mohand- Chérif Hannachi aux nouveaux dirigeants est programmée pour le 4 octobre, on a appris d’une source sûre que Malik Azlef et Mohamed Zeghdoud chargés de gérer les affaires du club jusqu’au 7 septembre sont convoqués à comparaître devant la justice pour le 3 septembre.  Bien que sa destitution soit faite dans le respect total de la réglementation, Hannachi ne désespère pas pour revenir à la présidence de la SSPA/JSK. La convocation d’Azlef et Zeghoud à comparaître devant la justice pour le 3 septembre a surpris plus d’un surtout qu’on a laissé entendre au départ que la plainte de Hannachi n’avait aucune chance d’aboutir. Acceptant mal d’être éjecté de son poste par l’assemblée des actionsnaires après 24 ans de règne sans partage, Hannachi n’a pas trouvé mieux que d’interjeter un appel devant les tribunaux pour tenter d’annuler la dernière assemblée des actionnaires. On laisse entendre qu’il bénéficie toujours de soutiens, mais ses chances de retrouver le poste de président de la JSK sont inexistantes. Les supporters ne veulent plus le revoir à la tête du club. Il ne s’attendait pas à ce que des personnes auxquelles il dictait ce qu’elles devaient faire aillent jusqu’à le destituer au moment où il passait ses vacances au Maroc en compagnie de sa famille. Il n’a fait aucune déclaration depuis sa destitution, mais cela ne veut nullement dire qu’il accepte son triste sort. La preuve, il a entamé une action en justice contre Azlef et Zeghdoud qui devront s’expliquer sur ce qui s’est passé le 7 août dernier lors de l’AG des actionnaires.

 N Boumali

 

Les dirigeants contre-attaquent  «Hannachi doit s’expliquer sur tout l’argent qu’il a dépensé pendant 24 ans»

 Contraints de réagir après la plainte déposée contre eux par l’ancien président de la JSK, Mohand-Chérif Hannachi,  les dirigeants actuels menacent à leur tour de le poursuivre en justice pour mauvaise gestion. Au départ, ils avaient déclaré qu’ils ne demanderont pas des comptes à Hannachi, lequel avait pourtant dépensé des milliards et des milliards pour que la JSK joue le maintien,  mais comme celui-ci les a attaqués en justice, ils ont décidé à leur tour de l’ester en justice pour qu’il s’explique sur chaque centime déboursé durant ses 24 ans de règne. On ne sait pas encore s’ils vont réellement passer à l’acte ou ils essayent juste de lui faire peur, mais s’ils joignent l’acte à la parole, Hannachi se retrouvera dans une situation très délicate.  Tellement sa  gestion était catastrophique, même ceux qui avaient travaillé avec lui et qui n’osaient même pas placer un mot devant lui se sont mis à le critiquer maintenant.  Les dirigeants affirment que tous ses bilans seront passés au peigne fin et qu’il devra s’expliquer sur la moindre anomalie. Meftah, le membre du CSA, espère que Hannachi ne bénéficiera d’aucune circonstance atténuante. «Il faut que la loi s’applique à tout le monde. Hannachi a très mal géré le club et il doit maintenant s’expliquer sur tout l’argent qu’il a déboursé», déclare-t-il.

 

 Escalade

Désormais, la guerre est déclarée entre Hannachi et les dirigeants actuels. Son silence a été interprété par certains comme l’acceptation de sa destitution,  mais l’ancien président, qui avait géré le club d’une main de fer pendant 24 ans, n’est pas prêt à accepter le sort qui lui a été réservé. On assistera certainement à des révélations fracassantes dans les jours à venir, car dans cette guerre pour la présidence de la JSK , tous les coups seront permis.

 N. Boumali


Les titulaires s’imposent devant l’équipe B

Lors du match d’application joué hier entre les joueurs, les titulaires n’ont pas vraiment brillé face aux remplaçants. Ils ne se sont imposés que par 3 buts à 2 dont l’un a été marqué par Redouani.  Il y a beaucoup de lacunes dans l’équipe et si le staff technique ne les comble pas, la JSK continuera sans nul doute à enregistrer de mauvais résultats en ce début du championnat.

 
Tafni s’illustre

Le jeune Tafni qui a évolué avec l’équipe B s’est illustré de fort belle manière en inscrivant un doublé. Il n’a eu droit qu’à quelques minutes de jeu lors du premier match du championnat face à la JSS, mais au vu du rendement catastrophique de l’équipe, Tafni aura certainement sa chance dans les matches à venir.

 

Tizi-Bouali : «Je continuerai à travailler pour gagner la confiance de mon entraîneur»

 Non retenu dans la liste des 18 lors du premier match du championnat face à la JSS, le défenseur Tizi-Bouali ne désespère pas pour gagner la confiance de son entraîneur. «Je ne m’attendais pas à ce que l’entraîneur ne me convoque pas, mais je respecte son choix. Je dois continuer à travailler afin de gagner sa confiance. J’ai été déçu par le nul concédé devant la JSS et on doit tous redoubler d’efforts pour se ressaisir. Ce n’était que le premier match de la saison, mais on doit se racheter pour rendre le sourire à nos fans», déclare Tizi-Bouali

N. Boumali

 

JSK : Abdat sur le banc, Redouani dans l’axe

Finalement, l’entraîneur Mourad Rahmouni changera sa charnière centrale à l’occasion du premier match de la saison face à la JS Saoura. Il avait fait confiance au duo Abdat-Saâdou lors des matches de préparation joués en Tunisie, mais comme sa défense avait pris de l’eau de partout, il a décidé d’apporter des correctifs nécessaires.

L’appel de Moussouni aux supporters : «On n'y arrivera pas sans vous»

L’entraîneur kabyle estime que malgré les problèmes vécus durant l’intersaison, le groupe est plus que jamais déterminé à faire le nécessaire pour empocher les trois points de la victoire face à la JSS. Pour lui, les joueurs veulent tout donner pour bien débuter et notamment oublier le cauchemar de la saison passée.

JSK : Hannachi joue la carte de la déstabilisation

Hier matin, les deux responsables jaune et vert qui gèrent les affaires courantes de la JSK en attendant l’ouverture du capital et la venue d’un nouveau président ont reçu des convocations de la part du tribunal administratif de Tizi Ouzou. Azlef et Zeghdoud seront appelés à se présenter le 14 octobre prochain devant la chambre administrative du tribunal de la ville de Tizi Ouzou.

JSK : Kerbadj provoque la colère des Kabyles

Les supporters de la formation du Djurdjura ainsi que les responsables du CSA et les autres actionnaires du club le plus titré d’Algérie n’arrivent pas à comprendre la dernière sortie du président de la LFP.

Fabbro passe à l’action : «OK, je vais saisir la justice»

Hier, Enrico Fabbro, le technicien italien, nous a adressé un communiqué qu’il estime être sa «réponse définitive aux déclarations de M. Azlef» dans le conflit qui l’oppose au club kabyle qui, pour rappel, l’a sollicité pour prendre en charge l’équipe de la JSK avant de la JSK ne se rétracte et de poursuivre avec le staff technique de l’exercice écoulé.