Ligue 1

Zemmamouche restera à l’USMA

Il y a quelques jours de cela on vous a  révélé dans nos colonnes que Mohamed-Lamine Zemmamouche risquait de changer d’air cet hiver.

La LFP tranchera aujourd’hui tous les dossiers de litiges

Les dossiers de litiges opposants les clubs et les joueurs ne cessent d’alimenter le débat sur la scène footballistique nationale. La commission de résolution des litiges (CRL) aura, depuis l’ouverture du marché des transferts d’hiver, étudié quelques cas. A l’instar de celui de l’attaquant de l’USM El-Harrach, Hamza Banouh.

Kerbadj – présidents de clubs : Une réunion sur fond de rumeurs

Une réunion a regroupé hier les présidents des clubs de Ligue 1 et Ligue 2 Mobilis, et le président de la LFP Mahfoud Kerbadj, cette réunion qui a eu lieu à l’hôtel Dar Soltane à Hussein-Dey a vu la présence de pas moins de 26 représentants de club, un chiffre qui en dit long sur le soutien de ces derniers à Kerbadj.

Journal du mercato J+19 : A la recherche de la bonne affaire

Le mercato hivernal se poursuit dans le championnat de Ligue 1 Mobilis. La tendance au calme prime toujours mais ceux qu’on attendait ont finalement répondu et ce n’est pas fini. Les autres formations s’activent en coulisses pour essayer de trouver les perles rares.

Zemma entre El- Hayfa Essaoudi et El-Ittifak Essaoudi

Mohamed-Lamine Zemmamouche ne poursuivra certainement pas à l’USMA cette saison. Il y a plusieurs semaines déjà on vous faisait savoir que le keeper usmistes avait des offres d’Arabies Saoudite et qu’il était très intéressé par l’idée de partir.

Journal du mercato : c’est le calme plat

 

D’habitude, le marché des transferts hivernaux est très animé en Ligue 1 Mobilis. Toutefois, cette saison, ce n’est pas la même donne. Ouvert depuis 5 jours, force est de constater que c’est plutôt très calme.

Le CSC fait sensation, l’USMB et l’USB donnent des frissons

La première moitié du championnat de Ligue 1 Mobilis a baissé rideau le week-end dernier. Ses pensionnaires partent en repos hivernal, histoire de se ressourcer et corriger les ‘’imperfections’’ avant de reprendre les épreuves officielles à l’occasion des 1/32 de finale de Dame coupe prévus /les 29 et 30 du mois en cours.

Professionnalisme : Retour à la case départ

Ça y est, c’est fait, la FAF a tenu le fameux symposium qui lui tenait à cœur, à peine 9 mois après avoir pris les commandes, le nouveau BF a réussi à secouer le cocotier et provoquer des décisions, certaines vont lui permettre sans doute d’avancer à grands pas vers l’avant sans avoir peur de se retrouver sous les feux de la critique, il faut dire qu’il y a des évidences qui n’attendaient qu’une approbation des connaisseurs pour qu’elles soient appliquées, chose rendue possible par ce symposium, parmi ces résolutions, l’arrêt du projet du professionnalisme après son échec cuisant.

Mettre en application les recommandations du symposium

Durant 48 heures, les dirigeants du football algérien, le MJS, techniciens et anciens joueurs ont étudié la façon de relancer le football algérien. Une série de recommandations a été faite et il s’agira maintenant de les appliquer.

Les éclaircissements de Kerbadj

Le président de la Ligue de football professionnel qu’on a eu hier au téléphone a fait le point sur les dossiers d’actualité. Entre le mercato d’hiver, les clubs engagés en compétitions africaines et la phase retour, l’intervenant a fait le tour de la question.

Hannachi sort de son silence «Je n’avais pas laissé un club endetté» (vidéo)

Muré dans le silence depuis sa destitution le 7 août dernier, l’ancien président Mohand-Chérif Hannachi sort de sa réserve pour s’expliquer sur toutes les accusations portées contre lui depuis son départ de la JSK. Il a rappelé qu’à son départ, la JSK n’était pas endettée comme l’ont affirmé les responsables qui se sont succédé à la tête du club. Il est allé plus loin en nous annonçant hier qu’il avait laissé pas moins de 4 milliards de centimes dans les caisses du club.

«C’est faux, je n’ai pas laissé les dettes. Il y avait 4 milliards dans le compte du club et les caisses allaient être renflouées par 5 milliards de centimes par l’argent de notre principal sponsor, à savoir Ooredoo. Tout ce qui a été dit sur les dettes du club à mon départ n’est pure fantaisie», nous a confié l’ex-président de la JSK. Ses successeurs ne cessent de dire que les dettes du club sont énormes, mais Hannachi rétorque qu’à son départ il avait laissé de l’argent dans les caisses du club.

«Si mon recrutement était une calamité, les dirigeants ne chercheront pas à prolonger les joueurs»
Tout en se défendant d’avoir laissé un club endetté jusqu’au cou, Hannachi a répondu à ceux qui disaient qu’il avait recruté des joueurs qui n’avaient pas le niveau pour porter le maillot des Jaune et Vert. «Si mon recrutement était une calamité, les dirigeants actuels ne feront pas dès maintenant des propositions de prolongation de contrat à certains joueurs avant même la fin de la première manche du championnat. J’avais fait un recrutement de qualité et j’avais laissé de l’argent dans les caisses du club», s’est défendu Hannachi qui n’a pas apprécié tout ce qui a été dit sur lui depuis son départ de la JSK.

«Les recrues ont d’énormes qualités»
Estimant qu’il avait fait un recrutement de qualité, Hannachi avoue que si la direction actuelle décide de mettre sur le marché les joueurs actuels, les autres clubs feront tout pour les recruter. «Des joueurs comme Yettou, Redouani, Ferhani, Raïah, Guemroud et Chetti ont d’énormes qualités. S’ils sont mis sur le marché des transferts, la plupart des clubs de l’élite feront le maximum pour les engager. Cela dit, il y a de bons joueurs à la JSK», a-t-il conclu.

  1. H.